Journée internationale des parents, Etre parent à Kinshasa : un vrai casse-tête Chinois

par -
0 528
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Etre père ne coute pas grand-chose dans le contexte kinois actuel. N’importe quel garçon en bonne santé peut s’amuser à flirter avec une fille et faire d’elle facilement une mère. La cité et toutes les communes de la capitale sont pleines de ces filles rendues mères par des hommes totalement irresponsables dont certains ont aussitôt disparu dans la nature. Etre parent, c’est-à-dire père ou mère responsable dans le contexte kinois est un véritable défi. Si quelqu’un pense qu’il suffit de mettre au monde pour se dire parent, il est temps qu’il apprenne le sens de ses responsabilités. Ce défi d’être vrai parent à Kinshasa peut s’expliquer par les paramètres ci-après:

L’emploi précaire (ou le chômage)

De l’avis de tous, le travail assure le bonheur. Il procure un revenu régulier et permet à un homme et à sa famille de faire face aux dépenses de l’existence : tu mangeras à la sueur de ton front, soutiennent les saintes écritures auxquelles beaucoup de Kinois se réfèrent continuellement.

La Rdc est malheureusement parmi les pays les plus pauvres de la planète. Le revenu moyen de sa population est modique et ne permet nullement de nouer les deux bouts du mois. Un travail qui fait gagner à un homme l’équivalent de 50 ou 60 dollars américains est un emploi précaire dans la mesure où cet homme même s’il vit seul ne saurait correctement payer son loyer, sa nourriture, ses vêtements ainsi que ses soins médicaux. L’on constate malheureusement que la plupart des petits boulots à Kinshasa paient cette tranche de salaire.

En considérant un homme marié ayant des enfants (la moyenne kinoise étant de cinq enfants par famille), la situation devient pire. Comment faire face à l’achat de la nourriture de toute la famille, les soins médicaux, les vêtements et les frais scolaires ?

Le revenu d’un Kinois ne lui permet pas généralement de faire face à toutes ces dépenses ci-haut décrites. Et lorsqu’on ne travaille pas, c’est la mort. On doit abandonner plusieurs de ses prétentions en matière d’encadrement de la famille. Il est constaté qu’un père ou une mère qui ne sait plus pourvoir aux besoins primaires de sa progéniture perd une bonne partie de son autorité, les enfants se rebellent ou se tournent vers la rue à la recherche des solutions à leurs préoccupations. L’argent est donc très important dans l’éducation des enfants, car il permet à la famille d’accéder aux besoins sociaux de base.

Pour n’avoir pas d’argent, beaucoup de parents sont incapables d’assumer convenablement leurs rôles, même s’ils ont une vision claire de ce qu’ils veulent faire de leurs progénitures. La bonne vision ne suffit pas, elle doit être accompagnée des moyens.

L’environnement pollué

Kinshasa étouffe. Prévue pour 400 milles âmes par les belges, la capitale congolaise a dépassé toutes les prévisions de démographes pour atteindre à ce jour environ 12 millions d’habitants avec presque les mêmes infrastructures. Les parents et leurs enfants vivent étouffés dans des habitations insalubres et exiguës où il est difficile de s’épanouir. Un environnement qui ne favorise ni la bonne santé, ni la bonne éducation. Comment être un parent responsable lorsqu’on partage la même chambre avec ses enfants de 10 à 15 ans voire plus ?

Pour autant que la maison et son environnement immédiat influent sur la santé et l’éducation, le père ou la mère, faute des moyens se recroquevillent dans les cabanes à peine respirables et insalubres, l’éducation y est complètement compromise. Chaque vrai parent désire loger les siens dans une bonne maison, mais les réalités à Kinshasa sont tout autre…

L’influence sociale

« Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es », soutient un adage populaire. Beaucoup de quartiers kinois produisent du bruit infini que les municipalités supportent pour des raisons inconnues. Dans ces quartiers pleins de bistrots, des night clubs, des restaurants-Malewa, des boutiques et terrasses, églises et autres unités à production sonore, l’éducation y est presque hypothéquée. Le bruit ne permet pas la concentration. Les enfants dès le bas-âge s’adonnent à la musique, aux jeux violents et autres scènes déplorables. Difficile dans ces conditions de préserver sa famille contre ces mauvaises influences sociales. Les parents doivent veiller à  chaque petit détail pour que leurs enfants ne prennent pas les mauvaises habitudes des voisins, ce qui n’est pas facile. Même l’école qui était hier le meilleur milieu en termes d’éducation, n’offre plus de garantie et les parents sont confrontés à un défi de taille : aller parfois à l’encontre des habitudes admises par tous dans ce milieu de vie. La télévision, l’internet, les jeux…ne facilitent toujours pas la tâche  aux parents qui tiennent à assumer pleinement leur rôle au sein des familles.

La disponibilité

Si un père et une mère ont déployé d’intenses efforts pour gagner de l’argent et placer leurs enfants dans un bon environnement, ils auront un dernier défi à relever : la présence à la maison auprès des enfants. A regarder de près le style de vie kinois, papa et maman sortent le matin et ne rentrent que tard le soir ou la nuit et cela du lundi à vendredi. Pas facile pour les enfants qui doivent grandir avec l’influence de la bonne ou d’autres proches de la famille. Or, il est important que les vrais parents, soucieux de l’éducation de leurs enfants, leur consacrent du temps, échangent avec eux et pénètrent leurs soucis et visions de la vie.

Comment concilier la recherche effrénée des moyens financiers et la présence à la maison pour l’éducation des enfants ? Pas impossible de vivre dans une maison où le père est absent 5 à 6 mois (à la recherche de l’argent), pendant que les enfants se débrouillent tout seul pour leurs devoirs à domicile.  Comment se payer un congé en famille lorsqu’on survit en gagnant un peu d’argent du jour au jour. Dur d’être  parent à Kinshasa. Ceux de parents qui arrivent à s’en sortir sont à féliciter. Courage, chers parents kinois, tenez bon…

(Simon Kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse