Journée internationale de la sage-femme: Le vieux et le plus beau métier de tous les temps

par -
0 417
Vue d’un nouveau-né
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Sage –femme, mère et famille : partenaire de vie », c’est sous ce thème que le monde entier a célébré la journée internationale de la sage –femme, le vendredi 05 mai 2017.

C’était une occasion pour plusieurs partenaires œuvrant dans le domaine de la population de faire découvrir au grand public le travail des femmes et hommes  donneurs de vie, ainsi que leur importance au sein d’une  société. La journée du 05 mai est dédiée à l’un des métiers considéré comme le plus vieux du monde et rare. Mais aussi, ce travail de sage-femme paraît être l’un de plus beau–métier du monde. Cette profession englobe plusieurs facettes qui ne sont pas encore connue du grand public. La journée dédiée à la sage-femme est une de manière de montrer au monde et même sur le niveau international, le travail de donneuses des vies. Elle permet aussi de valoriser les femmes et les hommes qui pratiquent ce métier. Le travail de la sage- femme, jadis réservée aux femmes, est devenu un métier mixte, c’est –à-dire, on y trouve également les hommes qui exercent ce métier. La sage–femme a pour mission fondamentale d’accompagner les femmes enceintes, voir même avant, pendant la grossesse, et après l’accouchement.  D’ après une étude faite, plusieurs femmes dans le monde ne recouvrent pas aux services des sages-femmes, et pourtant ils savent qu’en travaillant en collaboration avec les femmes enceintes, ces dernières sont un soutien pour que les femmes puissent prendre de bonnes décisions. Et ce, enfin que l’accouchement se passe dans de bonnes conditions sans aucun risque. Ceci permet également la protection du bébé dans le ventre de la mère.

En République Démocratique du Congo, ce métier semble aussi être négligé. Madame Germaine Tusevo, une femme-sage interrogée dans un centre hospitalier basé à Kinshasa, donne les raisons qui lui ont poussé à faire ce métier : « J’ai choisi le métier de sage-femme parce que j’ai voulu cas-même recevoir les bébés. Faire venir les bébés dans le monde me plait beaucoup et c’est pour cela que j’ai voulu faire ce métier et aujourd’hui ça fait 32 ans que j’exerce. Pendant les accouchements, vous pouvez avoir un accouchement qui est normal, mais aussi après il y a des complications post-partum, et il y a des complications pendant l’accouchement. Il peut y avoir une hémorragie post-partum, qui peut aussi amener un décès maternel. Il y a aussi des avantages, surtout quand vous avez un bébé qui vient au monde, et que la maman va bien, ça me plait ».

En somme, il sied de noter que la particularité de cette journée était d’enseigner au grand public la profession, ainsi que la place qu’occupe ce métier dans le corps médical. D’après le rapport annuel de  « Babatunde Osotumehim », directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), 300.000 femmes perdent la vie tous les ans, pendant la grossesse ou lors de l’accouchement. A cela s’ajoute environ trois millions des bébés qui ne dépassent pas le premier mois de vie et deux millions d’enfants sont mort-nés dans le monde.

(Sarah Bukasa/stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse