Journée internationale de la démocratie

par -
0 729
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Graham Zebedee salue le courage et la constance politique de Joseph Kabila

« En Rdc, le Président Kabila a choisi de s’engager à respecter la Constitution, et à ne pas la changer. Il a agi ainsi pas à cause de la pression internationale, mais parce que c’est la bonne chose à faire ». Tels sont les mots de l’ambassadeur britannique en Rdc dans message officiel à l’occasion de la journée internationale de la démocratie. Par la même occasion, Graham Zebedee juge essentielle la tenue des élections présidentielles et législatives en novembre 2016 et estime que c’est possible tant sur le plan logistique que financier.

Comme le 15 septembre de chaque année, l’humanité a commémoré hier mardi, la Journée internationale de la démocratie. Et, l’ambassadeur britannique accrédité en République démocratique du Congo, M. Graham Zebedee a, à cette occasion, fait une déclaration sur l’importance de la démocratie. Dans ce message officiel, le diplomate critique la situation au Burundi, mais salue en même temps le courage et la constance politique du Président de la République Joseph Kabila.

« Dans son histoire récente, la RDC vient de loin. Nous ne devrions pas oublier qu’il y a 20 ans de cela la RDC était encore une dictature, et il y a 15 ans le pays était dans un état de guerre et de dissension civile. A bien d’égards, les progrès réalisés au cours de la dernière décennie ont été remarquables. Deux scrutins électoraux à l’échelle nationale, la fin de conflits à grande échelle, et une croissance économique rapide pour y correspondre. En cette journée internationale de la Démocratie, cela vaut particulièrement la peine de célébrer les dividendes de la jeune démocratie de la RDC », déclare l’ambassadeur Graham Zebedee.

Pour le représentant de Londres à Kinshasa, les événements récents vécus au Burundi voisin rappellent de manière salutaire combien ces acquis de la démocratie en Rdc sont fragiles. « Au Burundi, le Président Nkurunziza a décidé de rester au pouvoir de façon que beaucoup de gens au Burundi et à travers le monde considèrent illégale. Depuis lors, le pays enregistre des assassinats politiques, une tentative de coup d’Etat et de dizaines de milliers de Burundais devenus refugiés, y compris en Rdc ».

Burundi très mal coté

Le diplomate britannique poursuit en affirmant que les actions du Président Pierre Nkurunziza ont poussé les principaux partenaires du développement du Burundi de cesser de travailler avec le gouvernement. « Ceci aura un impact majeur sur ce gouvernement, quoique pas sur les Burundais les plus pauvres. Ces partenariats ne peuvent marcher que s’ils sont basés sur des valeurs partagées, comme la démocratie et le respect de l’état de droit. Si ces valeurs ne sont plus partagées, aucun partenariat ne peut être conclu. Une discussion est en cours sur les sanctions prises contre des individus au sein du gouvernement Burundais ».

Actuellement, l’’économie du Burundi se porte également très mal, confirme l’ambassadeur Graham Zebedee qui estime que l’emploi et la croissance dépendent de la stabilité politique conférée par le respect de l’Etat de droit. « Les investisseurs, locaux et étrangers, doivent avoir l’assurance qu’ils seront traités correctement ».

Selon lui, un chef de l’Etat ne peut envoyer un signal plus clair de ce manque de confiance que par le non-respect de la constitution de son propre pays, particulièrement quand cette constitution émane d’un règlement post-conflit.

Kabila a choisi de respecter la Constitution

Contrairement à la situation au Burundi, Graham Zebedee salue le courage et la constance politique du Président de la République Joseph Kabila. Il souligne qu’ « en Rdc, le Président Kabila a choisi de s’engager à respecter la Constitution, et à ne pas la changer. Il a agi ainsi pas à cause de la pression internationale, mais parce que c’est la bonne chose à faire ».

Nonobstant cela, Graham Zebedee pense que suivant l’histoire de la Rdc, les investisseurs et le reste du monde resteront sceptiques quant à la tenue des élections dans les meilleurs délais jusqu’à ce qu’il y ait un calendrier et un décaissement d’argent pour leur tenue. Le Président Kabila s’est clairement exprimé lors des réunions tenues avec la communauté internationale que le financement des élections relève de la responsabilité du Gouvernement, a-t-il rappelé.

« En Rdc, le Président est au centre de l’univers politique. S’il excède son mandat, les conséquences sur la légitimité du gouvernement sont beaucoup plus sérieuses que si les sénateurs, les députés, les gouverneurs ou les autres font de même », a déclaré l’ambassadeur Graham Zebedee dans son mot officiel.

Il estime qu’il est essentiel que des élections présidentielles et législatives se tiennent en novembre 2016. « Ceci demeure possible sur le plan logistique et financier », dit-il, avant de souhaiter une heureuse journée internationale de la démocratie  aux dizaines de millions de Congolais « qui veulent un gouvernement efficace, redevable dans ce beau pays ».

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse