Journée de Réflexion ‘Province du Bas – Uélé’

par -
0 850
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ramazani Baya : « Au-delà de l’élection du futur gouverneur, les questions culturelles doivent nous interpeller… »

« Au-delà de l’élection du futur gouverneur, les questions culturelles doivent nous interpeller… », a déclaré le sénateur Ramazani Baya los de son message d’unité et de cohésion adressé à ses pairs ressortissants de la nouvelle province du Bas – Uélé. C’était lors de la journée de réflexion organisée par l’Association des Cadres et Agents de la Province Orientale (Acapor) tenue le samedi 25 avril dernier au Collège Boboto.

Pour rappel, cette rencontre d’échange était axée principalement sur le profil du futur gouverneur de la province du Bas-Uélé ainsi que la mise en place du comité de rédaction du cahier des charges ainsi que les structures d’appoint.

Affirmant que la compétition politique est indispensable dans la concrétisation d’une meilleure démocratie, le sénateur Ramazani Baya a tenu à rappeler qu’en dépit de ses diversités culturelles et ethniques , l’on constate qu’il n’y a pas de luttes entre les différentes communautés . Globalement, a-t-il fait remarquer, il n’y a pas de différends ; en revanche, l’on assiste à une intégration culturelle, la province du Bas-Uélé constitue un espace qui a une histoire commune que ses originaires veulent protéger à tout prix. « Il n’existe pas d’imprimerie chez nous, pour ne pas parler des écoles en délabrement sinon presqu’inexistantes. Il faudrait cultiver le moderne avec des ordinateurs, internet, des ouvrages à jour pour les enfants. L’Etat central n’a pas assez de moyens, la province du Bas-Uélé doit les  inventer, les mettre en place … », a-t-il dit.

Pour cette notabilité, il faudrait rapprocher les l’administration des administrés. En dehors de l’élection du futur gouverneur de la Province du Bas-Uélé, il existe de larges espaces où l’on peut évoluer, car les élections n’apportent pas toujours la qualité attendue. Pourquoi doit-on avoir peur de la décentralisation ? La Démocratie comporte aussi des risques que l’on doit assumer. Le profil du gouverneur, c’est prioritairement la compétence et l’amour de la province. Mais ce qui est très important, c’est de jeter les bases d’un véritable développement du Bas-Uélé en vue d’analyser sans esprit partisan, a-t-il conclu , en notant l’urgence à accorder sur les points des convergences pour une vision commune.

Avant lui, plusieurs personnes sont intervenues, notamment la présidente de l’Acapor, Mme Rydie Noka, la présentation historique et administrative de l’ancien district du Bas – Uélé , le profil du Gouverneur par Mme Odette Babandoa, la lecture du compte-rendu de la réunion du 4 avril 2015 par Franck Ambangito Baabamotiga, suivi du débat.

Pour rappel, lors de la 1ère rencontre , des interventions étaient axées sur : – la pauvreté accrue à Buta, chef-lieu de la future Province du Bas-Uélé, – de l’indifférence des opérateurs économiques et des opérateurs politiques vis-à-vis du milieu, – de l’insécurité dans certaines parties de la Province Orientale à cause de la présence des éleveurs Mbororo et des rebelles de la LRA, – de la mentalité négative des ressortissants du Bas-Uélé, de l’absence du leadership , du manque des partis politiques créés par les originaires du Bas-Uélé, du manque d’infrastructures mobilières et immobilières pour accueillir les institutions provinciales à mettre en place, – le délabrement très avancé des infrastructures existantes, du manque de consensus en matière électorale, etc.

(Franck Ambangito Baabamotiga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse