« Le dialogue doit impérativement se tenir »: Joseph Kapita, Secrétaire général de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi

par -
0 1123
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Le dialogue doit impérativement se tenir »

Qu’il vente ou qu’il pleuve, il se tiendra parce qu’il y va de l’avenir de la Nation

*Joseph Kapita, Secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti cher à Etienne Tshisekedi wa Mulumba, a déclaré au cours d’un point de presse qu’il a tenu en début de semaine à Kinshasa, que le dialogue devait se tenir, qu’il y allait de l’avenir de la Nation

*En même temps, il s’en est pris à ceux qui s’y opposent. « Qu’il pleuve ou qu’il neige, le dialogue se tiendra parce qu’il y va de l’avenir de la Nation ». Ceux qui s’opposent à ce forum alors qu’ils en étaient demandeurs hier, sont de mauvaise foi, a-t-il dit.

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, parti cher au lider maximo Etienne Tshisekedi wa Mulumba, n’a pas voulu rester indifférente suite aux manœuvres de ceux-là qui avaient fait du dialogue leur sujet de prédilection. Dans un point de presse qu’il a tenu dernièrement, M. Joseph Kapita, Secrétaire général de l’UDPS, s’est posé la question de savoir si les ennemis de ce dialogue pouvaient soutenir que tous les signataires de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, ainsi que toutes les résolutions de l’ONU prises par les membres permanents du conseil de sécurité œuvraient déjà pour le glissement et pour le troisième mandat.

L’orateur s’étonne de constater que les grands défenseurs du dialogue, pour avoir créé des plates-formes politiques, dont la coalition pour le vrai dialogue (CVD), Sauvons le Congo ou encore, Forces politiques sociales ont animé des meetings, conférences de presse et organisé des marches quant à ce. Et que, faisant volte-face, ils soient subitement devenus ennemis de ce dialogue.

C’est ici qu’il a expliqué que le président de l’UDPS et son parti ont toujours insisté sur le respect des délais constitutionnels, autant que sur la médiation de la communauté internationale. Pour l’UDPS, l’accusation contre l’entourage du président Tshisekedi relève de la diffamation. « L’UDPS exige de M. Fayulu des excuses par la même voie et dans les mêmes conditions », dit-il, avant d’ironiser qu’Etienne Tshisekedi un meurtrier, parce que tout au long de son combat beaucoup de Congolais sont morts en suivant son mot d’ordre ! Que votre confrère (Mike Mukebayi) rende notre Seigneur Jésus-Christ responsable de la persécution des apôtres qui l’avaient suivi ; qu’il traite aussi de meurtrier Gandhi, Martin Lutter King et Mandela !

Qu’il pleuve ou qu’il neige, insiste-t-il, le dialogue se tiendra, parce qu’il y va de l’intérêt supérieur de la Nation. Et croyez-nous, ceux qui font semblant de s’y opposer, y prendront part et l’UDPS réitère son ultimatum et demande que le dialogue soit convoqué avant fin novembre 2015.

Un dialogue avec ou sans médiation internationale

Au sujet de l’ultimatum lancé par l’UDPS, il sied de souligner que la Majorité présidentielle y avait déjà répondu, en soulignant qu’il ne revient pas à ce parti politique de donner des injonctions. Et ce, d’autant plus que cela est du ressort du Chef de l’Etat. En effet, le garant de la Nation a commencé à recevoir les deux présidents des chambres législatives, plusieurs couches sociales du pays, et même les ambassadeurs et chargés des missions diplomatiques, pour définir les contours de ce que sera le dialogue.

C’est dans cette perspective que le président Joseph Kabila a annoncé, lundi 9 novembre courant aux diplomates accrédités en RDC, son intention de convoquer bientôt le dialogue national, avec ou sans médiation internationale. Le Président de la République pense qu’après 50 ans d’indépendance, les Congolais sont capables de dialoguer avec ou sans la médiation étrangère, compte tenu du caractère souverain du processus électoral, a rapporté le doyen du corps diplomatique et ambassadeur du Cameroun en RDC, Chungong Ayafor, au sortir de la rencontre avec le chef d’Etat congolais.

«Lui-même a (évoqué) le sujet (NDLR : de la médiation internationale) en indiquant que ce n’est pas un point de blocage. A notre entendement, c’est possible comme ce n’est pas possible», a poursuivi le diplomate camerounais. Néanmoins, Joseph Kabila Kabange souhaite un dialogue inclusif devant se tenir sur le sol congolais, a précisé le diplomate camerounais.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse