Joseph Kabila: Une sortie honorable

par -
0 144
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après deux dialogues politiques : celui de la Cité de l’OUA (dialogue d’Eden Kodjo) et de la Saint-Sylvestre dirigé par les évêques de la CENCO, l’espoir a renaît dans les cœurs des Congolais épris de paix. En dépit de ces deux dialogues et des déclarations personnelles du Chef de l’Etat de respecter la Constitution, les sceptiques continuaient à prêter des intentions au Président de la République, pour un probable troisième mandat. Et ce, pendant que la loi suprême ne le lui permettait pas.

De l’intérieur comme de l’extérieur, des voix se sont élevées, demandant à Joseph Kabila de se prononcer ouvertement comme si on lui disait tacitement que tu as droit au troisième mandat, mais nous ne voulons pas que tu sois candidat. Comment pouvez-vous demander au Président fin mandat de se prononcer, pendant que la Constitution avait réglé son sort politique comme lui-même ne cessait de le réitérer ?

En dehors du respect de la Constitution, la parole d’un chef a force de loi, même si elle est loin d’être parole d’évangile.

Le 19 juillet 2018, l’opinion tant Nationale qu’internationale attendait encore la position du Chef de l’Etat par rapport à son avenir politique et surtout au choix du dauphin. Et après ce discours sur l’Etat de la Nation, grande a été la déception de certains Congolais de ne pas entendre Joseph Kabila donner le nom de son successeur. Nous pouvons dire que ce discours n’a pas étanché la soif de certains compatriotes congolais et étrangers qui attendaient Joseph Kabila aux mots.

La question majeure que tout observateur averti pouvait se poser est celle de savoir : Pourquoi le Président Kabila n’a pas voulu faire connaitre le nom de son dauphin un peu plus tôt ?

Loin de nous la prétention de répondre avec exactitude à cette question, mais en observant bien la classe politique Rd congolaise, il nous semble que la médiocrité, la prostitution politique et l’inconstance font partie du mérite des politiciens congolais et seraient des raisons valables pouvant pousser Joseph Kabila de prendre un temps nécessaire d’observation. La classe politique congolaise s’est distinguée dans l’hybridisme de mauvais goût. C’est plus qu’au Congo où les idéologies politiques n’ont pas d’importance. On peut être de gauche hier, aujourd’hui on bascule vers la droite à cause du ventre. Nous trouvons au Congo une classe politique ‘’caméléon’’ et nous osons croire que Joseph Kabila, après avoir passé 17 ans à la tête de ce pays, connait mieux son entourage et sait qui est réellement avec lui. Il fallait pour Kabila de prendre du temps, car un remplaçant est choisi après une conviction et cela n’est pas chose facile surtout au Congo où les politiciens n’ont pas la culture du respect de la parole.

Pouvons-nous dire que le choix de Joseph Kabila sur Emmanuel Ramazani Shadary était précipité ? Nous répondons par « Non ». Le Président Kabila est le berger qui connait mieux ses brebis, et connaissant Ramazani Shadary, il a opéré ce choix bien avant sans que le choisi soit mis au parfum peut être.

Pouvons-nous penser que Shadary pouvez être le seul homme de confiance de Joseph Kabila ? Nous disons une fois de plus « Non ». Nous osons seulement croire que Joseph Kabila voulait être cohérent en choisissant un homme qui ne s’est pas distingué dans la prostitution politique comme c’est le cas pour plusieurs.

L’hypothèse selon laquelle Kabila aurait choisi Shadary sur base de son appartenance à la tribu « Bangubangu » ; tribu de la mère du Président tiendrait-elle débout ?

Nous disons pas forcement pour des raisons suivantes :

  1. Emmanuel Ramazani Shadary n’est pas le seul Bangubangu se trouvant dans le sillage du Président ;
  2. Emmanuel Ramazani Shadary n’est pas du même village que la mère du Président, le premier est du village « Sombe », village situé à 25 km du Kabambare centre, tandis que la seconde est du village « Mupapay », village situé à 18 km de Kabambare centre. Or, il y a d’autres fils et filles du terroir sur qui le Chef n’a placé confiance. C’est donc une question de la grâce et du libre choix de Joseph Kabila lui-même.

Nos analyses n’ont pas des couleurs ni politiques, ni tribales, nous réfléchissons en toute indépendance et nous voulons seulement éclairer les lecteurs en particulier et les Congolais en général sur ce qui se dit dans la rue. Loin de nous la prétention de faire l’éloge, la publicité de Shadary ou prédire sa victoire sur les élections avenir, mais nous avons voulu seulement épingler des raisons probables qui ont poussé Joseph Kabila à choisir Emmanuel Ramazani Shadary comme son candidat successeur.

Que ça soit Shadary ou un autre digne fils et fille de ce pays qui méritera la confiance du peuple, notre joie sera parfaite le jour de la passation du pouvoir entre le Président sortant et l’entrant, et la Rdc sera comptée parmi les Nations civilisées.

Comme toute œuvre humaine ne manque d’imperfection, nous tenons à féliciter le Président Kabila pour ses nombreuses réalisations.

 

Quid de la réforme de l’administration

 

Qu’il nous soit permis de rappeler qu’en 2012, nous avons publié un article sur l’Administration Publique Congolaise. Dans cet article-là, il était  question de la reforme de l’Administration Publique, qui depuis 2005, n’a jamais abouti aux résultats beaucoup fiables. Or sans une Administration fiable, le pays sera condamné au sous-développement. Nous saisissons cette occasion pour proposer à Ramazani Shadary de faire de l’Administration Publique et de la Lutte contre la corruption son principal et premier chantier.

Nous l’exhortons en outre de militer sur l’unité de tous les notables du Maniema  avant les échéances électorales avenir. Il est grand temps de se regarder dans les yeux, se demander pardons et d’accepter le pardon des autres afin de consolider la base électorale. Enterrez la hache de guerre et sachez que la reconnaissance n’est pas de ce monde.

Nul n’étant un prophète chez lui, tout le monde ne va pas vous aimer même dans votre propre plateforme politique, mais vous êtes obligé de voir tout le monde, parler avec tout le monde et s’humilier en s’oubliant comme Christ s’est humilié en dépit de sa supériorité, afin de gagner tout le monde. Comme nous le disons en langage diplomatique : « Entre les Etats, se sont les intérêts qui comptent… ». Nous croyons qu’en politique, c’est la même chose, d’où il faut rassurer tout le monde.

Que cet hymne des Bangubangu vous stimule à la réconciliation avec  vos frères et sœurs qui vous ont offensé hier, certains oubliant qu’ils sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui à cause de la grandeur de votre cœur :

  1. Keskeskaayi? – Keske n’yumba
  2. a n’yumba ? – n’yumba lele
  3. a lele ? – lele mbayu
  4. a mbayu? – mbayu fundi
  5. a fundi ? – fundi sefu
  6. a sefu ? – sefu tanga
  7. a tanga ? – tanga maziba
  8. a maziba ? – maziba nganga
  9. a nganga ? – nganga batchu
  10. a batchu ? – batchu lwamba
  11. a lwamba ? – lwamba katcheche
  12. a katcheche? – katcheche nguya
  13. a nguya ? – nguya mwezi
  14. a mwezi? – mwezi kibali
  15. a kibali ? – kibali Jyombo
  16. a Jyombo? – Jyombo kenge
  17. a kenge? – kenge ndoli
  18. a ndoli ? – ndoli boonga
  19. na tutama twaye tulifinywa ngusu.

Si une réconciliation des fils et des filles du territoire de Kabambare serait une réalité, ce vieux territoire datant de l’époque coloniale allait déjà décoller et ne serait dans l’état ou il se trouve à ce jour. Car jusqu’à preuve du contraire, le territoire de Kabambare, surtout, son chef-lieu est considéré comme un territoire stérile, sans enfants. Et sans les efforts individuels de la population, même les maisons en tôle seraient à compter au bout des doigts. Et cela est pareil pour tous  les autres coins de la RDC.

Adolphe Kapiteni Kasimu (Diplomate de formation et Expert de lutte contre la corruption en Rdc).

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse