Jean Pierre Kalamba : « Le montant de 1,8 milliard ne couvre pas que la seule année 2017 »

La déclaration de Pierre Kangudia a suscité fantasmes, polémiques et défections. Devant la presse mercredi, le ministre d’ État en charge du budget avait reconnu l’ incapacité du gouvernement Badibanga à pouvoir mobiliser une bagatelle somme 1,8 milliard  de dollars pour la tenue des élections d’ ici fin décembre 2017. A l’ occasion, l’ ancien dircab de Vital Kamerhe avait lancé un appel à l’ endroit de la communauté internationale pour sauver le processus électoral. A la Ceni, on rappelle que ce montant ne couvre pas que la seule année 2017 mais prend en charge tout le plan triennal du  processus. D’ après Jean Pierre Kalamba, rapporteur de la centrale électorale, son institution travaille depuis quelques jours sur le réaménagement de son budget.

« Si aujourd’hui on soulève le problème de 1 milliard 800 millions de dollars qui est une prévision budgétaire donnée dans le contexte de ce qui s’était passé à la cité de l’UA, on a fait à la va vite un budget qui devrait répondre pour respecter le timing. Après, on est en train de réaménager, on a regroupé les trois élections et le budget ne serait même plus à cette hauteur-là », confie -t-il.  Jean Pierre Kalamba affirme que ce budget est même déjà en exécution avec notamment l’ opération de refonte du fichier électoral laquelle a permis à la Ceni d’ enrôler  près de 14 millions de personnes dans les 13 provinces du pays déjà visitées.

« A partir de l’année passée, avec le gouvernement Matata qui n’avait pas aussi des moyens pour donner tout ce qui était prévu dans le budget, a présenté les moyens qui étaient disponibles. La CENI a fait un plan de seize mois plus un pour l’acquisition du matériel, pour lancer la révision du fichier électoral, en vue de constituer les listes pour organiser les onze types d’élections prévues dans nos textes ».

Entretemps, la Ceni  attend que l’ exécutif central lui dise officiellement la somme dont il saura disponibiliser , question de permettre au bureau Nangaa de saisir d’éventuels partenaires.

Jean Pierre Kayembe

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse