J. Bitakwira et S. Mbikayi enfin au Comité préparatoire

par -
0 370
Steve Mbikayi(NCPS/PT), Justin Bitakwira (ARCN) obtenant leurs badges de participation active au Comité préparatoire au Dialogue. Ph/Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il serait malhonnête et injustifié que les pionniers du dialogue soient mis à l’écart du Comité préparatoire, étant donné qu’ils ont été au cœur même du soutien de ces assises, au lendemain des audiences au mois de juin, du Chef de l’Etat Joseph Kabila aux opérateurs politiques. En effet, Steve Mbikayi qui dans sa gibecière, transportait ses gibiers de la libération des prisonniers politiques, condition sine qua non de la participation de l’opposition au dialogue politique. Il est aussi connu comme étant le maître à penser de la transition politique par un compromis politique sans toutefois violer la Constitution. « Aujourd’hui, le gouvernement de la République a fait part des exigences de l’opposition de libérer lesdits prisonniers, puisque Steve Mbikayi l’en avait signifié au Président Joseph Kabila », déclare un acteur politique.

Pour sa part, Justin Bitakwira qui croit dure comme fer qu’il n’ira jamais à la troisième sanction législative, aussi longtemps que les Assemblées provinciales et le Sénat n’y sont pas allés qu’une seule fois. Donc, « égalité de chance, égalité de droit », défend-il. En plus, au cas où le G5 (Ruberwa, Mbikayi, Bitakwira, Mushi Bonane, Arthur Zahidi Ngoma) n’est pas au Comité préparatoire, ils seront la chique male au pied d’Edem Kodjo. Car, soutient Justin Bitakwira, l’on ne peut pas manger la sauce puis se passer de la casserole. Entendu, les pionniers et défenseur du dialogue ne peuvent pas être écartés au forum puisqu’ils en sont les défenseurs. Au cas contraire, la « grand-mère maudirait le dialogue ».

Par leur présence au Comité préparatoire depuis vendredi 26 août, les cœurs ne battent plus au rythme de maudire ledit dialogue. Ces deux personnalités qui ont rejoint Azarias Ruberwa et Matezolo, représentant de Zacharie Ne Mwana Nsemi, ont élargi le rang de l’opposition au Comité préparatoire.

A les en croire, dès leur présence à l’Hôtel Béatrice de la Gombe, ils sont reconnaissants du travail abattu par leurs collègues. « Moi, et l’honorable Bitakwira, nous sommes pratiquement les co-géniteurs de ce dialogue. On ne peut pas être absents de la maternité où l’enfant prend forme, mais il fallait le faire pour le respect de notre personnalité, on voulait bien avoir une invitation claire pour être là en tant que délégués de nos composantes. C’est ça ce qui a été fait aujourd’hui, voilà pourquoi, nous sommes là aujourd’hui », a dit Steve Mbikayi, qui justifie l’inclusivité au dialogue par la pression faite à la Commission de l’Union africaine.

Cependant, pour Justin Bitakwira, ils ont beaucoup contribué pour que ce dialogue ait lieu et qu’ils trouvent inconvénient et indécent que ceux qui ont combattu le dialogue soient au Comité préparatoire, plutôt qu’eux qui l’ont  soutenu et défendu. « C’est notre droit le plus élémentaire, Steve Mbikayi et Moi et Mushi Bonane qui a manqué ces assises. Par rapport à ma grand-mère, je l’avais dit : même en esprit, on devrait être dans la salle, se transformer en corps dans la salle », a-t-il fait savoir. Sinon, ils félicitent la facilitation pour avoir compris que Justin Bitakwira et Steve Mbikayi étaient des personnalités marquantes de l’histoire et de l’origine du dialogue.

Pour ce faire, Justin Bitakwira soutien leur poids politique par cette thermite capable de faire tomber le baobab, plutôt qu’un lion et/ou éléphant incapable de faire tomber le baobab. De ce fait, leur contribution a été importante et leur présence s’est faite remarquer dans la salle, tout en reconnaissant l’apport de tout un chacun, partant de la présence de Léon Kengo dans la salle et qu’au dialogue, l’opinion ne soit surprise de voir Etienne Tshisekedi au dialogue, affirme Steve Mbikayi.

Cependant, aux termes des travaux du Comité préparatoire, Justin Bitakwira précise qu’ils (Steve Mbikayi et lui) étaient de particularité aux travaux du Comité préparatoire, puisque les ayant pris en cours. Toutefois, l’opinion doit retenir que s’ils ne s’étaient pas engagés à convaincre cette classe politique de la nécessité et de l’importance du dialogue, même les assises du Comité préparatoire n’auraient pas eu lieu.

« C’est une question de fierté pour nous-mêmes et pour le pays, parce que pour un bon joueur, même  à cinq minutes de la fin du match, il peut faire gagner la coupe à toute une nation. J’avais retenu qu’il était hors de question, qu’un repas pour lequel on n’a pas contribué, nous ne pourrions pas laisser les gens s’approprier les travaux du Comité préparatoire, alors que hier, ils étaient en train de le maudire. Nous remercions le facilitateur qui, en fin de compte, a compris qu’il y a quand même des citoyens congolais pour aboutir à un repas, il y en a qui ont cherché les bois, qui ont puisé l’eau, qui ont tamisé le manioc et ont même allumé le feu », a-t-il justifié sa présence au Comité préparatoire, tout en faisant comprendre à ceux qui hésitent que la majorité de la classe politique congolaise est au dialogue, au risque d’être des grenouilles qui s’isolent des autres et de connaître une mort honteuse.

La crainte de l’opposition injustifiée

Tous ceux qui ont cru à la triche de la Majorité présidentielle contre l’opposition se sont mordu les doigts. A l’entendre parler, Justin Bitakwira rejette cette appréhension. Il faut dire par contre que l’opposition tout comme la Majorité partagent les écoles, les hôpitaux et même les repas, voir les routes. Donc, ensemble ils sont capables de partager la réflexion du fait que le pays leur appartienne à tous, pas seulement de la Majorité présidentielle, ni de l’opposition. Par ailleurs, invite-t-il, qu’il faille affronter la réalité parce qu’il n’y aura probablement pas élection cette année 2016, mais en responsable politique, il faut  réfléchir, anticiper les événements pour ne pas tomber dans le chaos. Et d’interpeller la classe politique : « Même s’il y a chaos, nous finirons par le dialogue. Et pourquoi ne pas le faire avant ? »

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse