J.B Mpiana rejoint « Bomoko »

par -
0 1493
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Alors que l’on croyait mis à l’écart, l’artiste musicien J.B Mpiana « Salvatore de la patria papa chéri moto pamba », leader charismatique de Wenge BCBG fait bel et bien partie de l’association « Bomoko », a indiqué avec force un de ses collaborateurs en la personne de M. Roger Ngandu. Son absence lors de la sortie officielle se justifie par son séjour à Lubumbashi et le finissage des travaux de son nouvel album intitulé « bal de match » dont la sortie est annoncée pour le mois de novembre prochain, a-t-il poursuit.

A l’instar de « Maïsha Park », l’ association « Bomoko » regroupant les artistes musiciens congolais venait de voir le jour à Kinshasa. A première vue, il s’agit des artistes du groupe de Goma, qui avaient dernièrement   effectué le déplacement à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la 1ère Dame de la République Démocratique du Congo. De retour à Kinshasa, ils ont songé mettre en place une association qui prétend assurer la prise en charge des musiciens et sauver la culture congolaise en perdition.

A la tête de cette brochette des musiciens se retrouvent  Shungu Wembadio dit Papa Wemba, le coordonnateur provisoire, entouré d’Elisabeth Tshala Muana, Mbilia Belle, Félix Wazekwa, Werrason, Adolphe Dominguez, Manda Chante, Grand-père Benz Bozi Boziana, Jean Goubald, Redy Amisi… A voir la pléiade d’artistes qui constitue le monde musical kinois, l’opinion continue à s’interroger pourquoi les autres seraient simplement « écartés ». Les esprits se sont déjà surchauffés, compte tenu de l’absence remarquée de Vercky Kiamuangana Mateta, actuel président de la Socoda, président des Musiciens congolais (Umuco), le Vieux Bombenga et Koffi Olomide. Sans mentionner les plus adulés du moment à l’exemple de Fally Ipupa, Ferré Gola, Héritier Watanabe,  Fabregas  et Brigade Sarbaty.

Ce qu’ils ont dit

 Elisabeth Tshala Muana : « Nous projetons un avenir meilleur, un changement dans notre vie musicale, pour aller de l’avant et se prendre en charge. Ce qui se passe actuellement dans notre corporation est déplorable. Il faut de nouvelles habitudes. Nous avons commencé depuis Goma ».

Mbilia Bel : « Bomoko ce n’est pas parler simplement, mais mettre en pratique les bons comportements, les uns et les autres, na bizaleli ya malamu ».

Félix Wazekwa : «J’appuie cette sagesse. Ceux qui vont nous rejoindre seront les bienvenus. Le musicien ne peut pas vivre de la mendicité. Il doit vivre de son travail. Je suis content, on a besoin aussi des autres » …

Werrason : « Bomoko ne vise qu’un seul objectif, sauver notre culture et surtout l’image de notre musique ».

Lambio Lambio : « J’ai apprécié cela. Il faut que tout le monde soit impliqué, l’idée est bonne… ».

Sam Tshintu  alias « Che Guevara l’homme de cent ans » ancien du Quartier latin (1er fils de Quadrakoraman) : « Par rapport à l’intitulé de l’association,  il n’y a pas le Bomoko (l’unité). On est tous des artistes, pourquoi écarter les autres ? Koffi Olomide a formé plusieurs musiciens. Rambo a son label Koffi central et a son groupe le Quartier Latin International. Ce n‘est pas une bonne idée. Le mieux serait que chacun soit dans son coin. Quel exemple pour nos jeunes ? »

Adophe Dominguez  Tata Mobitch : «  Aujourd’hui, l’on est très combattu par les producteurs extérieurs. Il fallait se rassembler en vue de retrouver notre crédibilité. Tout le monde viendra. C’était le deuxième rendez-vous, la première rencontre a eu lieu à Goma…. ».

Papa Wemba : « réfléchir, nous sommes au début. Depuis Goma, on a commencé ce projet…. ».

(Franck Ambangito)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse