Ituri: Des médicaments vendus « comme des arachides »

par -
0 633
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Association des tenanciers des pharmacies (ATP) de l’Ituri se plaint des conditions de vente des médicaments dans cette province. Elle estime que les produits pharmaceutiques sont vendus de manière « désordonnée » sans le respect des normes.

Les médicaments circulent et se vendent en Ituri comme des produits vulgaires, déplore Kabuyaya Machozi, représentant de l’ATP dans le territoire de Mambasa.

Il regrette notamment que des médicaments se retrouvent des étalages dans des marchés ou entre les mains des vendeurs à la sauvette dans des foyers miniers.

« Ces gens qui vendent des médicaments comme les arachides, nous les avons vus. Vous voyez quelqu’un qui vient s’installer au marché avec des produits pharmaceutiques qu’il met sur l’étalage. Ils se promènent même avec les comprimés et des tubes en main pour vendre », déplore Kabuyaya Machozi.

De son côté, David Mputu de l’inspection de la division provinciale de la santé regrette que la vente des médicaments soit exercée par « des gens qui n’ont pas le profil ».

« Nous avons maintenant beaucoup de gens qui se sont lancés dans le commerce des médicaments, des gens qui n’ont pas le profil et qui sont entrain de vendre les médicaments. Et là, c’est l’assassinat ! », dénonce-t-il.

Dr Floribert Kpane, conseiller à la division provinciale de la santé explique que la prise des médicaments vendus par des personnes non expertes peut être dangereuse.

« Il peut y avoir beaucoup d’effets secondaires qui peuvent conduire parfois à la mort. Des dégâts énormes sur certains organes tels que les reins, le cœur, ainsi de suite », énumère-t-il.

A Kinshasa, l’Ordre des Pharmaciens va célébrer le 25ème anniversaire de son existence. Alors dans un entretien avec le journal l’Avenir, le président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens, le professeur Jean-Baptiste Kalonji qui, parlant de la question de la gouvernance des médicaments, a indiqué que cela ne pose aucun problème. « Ce qui dérange le plus, c’est la qualité des médicaments. Un médicament d’où qu’il vient s’il est de mauvaise qualité, il sera écarté et combattu du reste. C’est un souci permanant de l’ordre des pharmaciens de faire en sorte que le Congolais et la Congolaise puissent avoir accès aux médicaments de bonnes qualité où qu’ils se trouvent et chaque fois qu’ils en ont besoin. Cela fait partie de nos discussions, nos buts », souligne le président du CNOP. Tous les sujets évoqués tournent autour de la qualité du médicament. Car un médicament de mauvaise qualité est un poison, il tue, et, est contre le développement, plus encore est responsable de la pauvreté des populations. Et ne peut tenir une pharmacie que celui qui en a la qualité et dont le nom se trouve sur le tableau de l’Ordre des pharmaciens.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse