Ituri: 6% de décès liés à la tuberculose dans 14 zones de santé

par -
0 517
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’issue de la séance d’évaluation semestrielle de lutte contre cette pathologie , Dr Justin Mukonkole, coordonnateur provincial du Programme national de lutte contre la lèpre et la tuberculose PNLLT, a révélé mercredi  le chiffre de 6% de décès  liés à la tuberculose, au cours des six derniers mois. En effet, l’Agence congolaise de la presse, ACP qui relaie cette information, précise que cette situation survient dans quatorze zones de santé sur les trente-six que compte la province de l’Ituri. Ce taux de décès dépasse ainsi les normes de l’Organisation mondiale de la santé, OMS qui exigence le taux inférieur à 5%, En termes de chiffres, pour le premier semestre 2017, Dr Justin Mukonkole a signifié que sa structure a notifié 2.478 nouveaux patients, avec un total des cas incidents de 3.395, alors qu’au premier semestre 2016, son programme a enregistré 2.213 nouveaux patients, signe, a-t-il relevé, de l’amélioration du taux de détection de malades.

Parmi les zones de santé qui ont dépassé le seuil de 6%, il a cité les zones de santé de Mongwalu, de Bambu, d’Ariwara, de Nyakunde, ajoutant que cette situation est liée notamment au dépistage tardif de patients, au manque d’information, à la problématique de la co-infection tuberculose/ VIH SIDA, ainsi qu’à la résistance aux molécules de premières lignes et la stigmatisation des patients par la communauté.

Dans l’objectif de renverser cette mauvaise tendance, a-t-il poursuivi, sa coordination envisage la campagne de dépistages actifs, à l’instar de l’expérience de la zone de santé de Mangala, où il a été enregistré un doublement de dépistage, avant de préciser que la prise en charge médicale de patients est gratuite grâce à l’appui du Fonds mondial, à travers la fondation Damien.

Interrogé sur la question de la durée de vie d’un tuberculeux en manque de traitement, le médecin généraliste du centre médical d’urgence Dr Badikadile a indiqué que cela dépend des organismes. Du  moins dès  lapparition des premiers signes, je ne suis pas sûr quun tuberculeux  puisse faire plus de six mois, indique le médecin généraliste.   Par rapport aux signes manifestes de tuberculose, Dr Badikadile a évoqué la théorie de  3 A 3 T. 3 A,  c’est-à-dire A comme asthénie ; A comme amaigrissement ; A comme anorexie  et les 3 T, T comme toux ; T comme transpiration ; T comme température. Donc si une personne a moins réunie ces signes, on peut poser le diagnostic de la tuberculose, avant d’ajouter que la tuberculose est une maladie multi systémique car elle peut attaquer beaucoup d’organes, donc peut se manifester par l’atteinte de ces organes. Pour la durée de traitement, c’est au minimum six mois. Celle-ci est donc la durée la plus courte. En plus de cec,i le traitement est codifié, on ne donne pas le traitement aux tuberculeux de la même façon, souligne-t-il.  Le traitement est reparti en quatre groupes et chaque groupe à sa durée de traitement, c’est le premier groupe qui a la durée la plus courte de traitement, notamment 6 mois. S’agissant des avancées enregistrées concernant le traitement, le même molécule servant à éliminer le basile de koch agent de la maladie, qui était  hier, cest celle quon a aujourdhui mais on a juste essayé dassocier certains molécules en une seule forme, a expliqué le professionnel de santé . Cette molécule est une association de plusieurs antibiotiques. Il montre qu’à l’époque, les  patients prenaient  beaucoup de molécules de façon séparée. Aujourd’hui, il a été trouvé  le moyen  d’associer plusieurs molécules ensemble, ce qui fait que le patient n’ait pas trop de comprimés à avaler au même traitement. Et cela facilite  l’observance. En ce qui concerne le mode de prévention, il est plus primaire. Déjà, l’enfant dès qu’il vient au monde, il faut le vacciner,  donc la vaccination est une prévention primaire contre la tuberculose. Au troisième jour de vie de l’enfant, celui-ci doit avoir son vaccin de BCG contre la tuberculose, c’est la mesure préventive la mieux efficace. Pour des cas de tuberculeux qui ont été vaccinés à leur enfance  mais qui ont contracté la maladie, cela prouve que leur système immunitaire est réduit face à la maladie. Etant donné que la tuberculose peut se transmettre par des postillons, des mesures de prévention telle que  l’isolement des patients  sans discrimination est à observer. Ceci pour éviter toute contamination des sujets sains, a conclu le médecin généraliste Badikadile.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse