Invalidation des prétendus indépendants de la MP

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Kokonyangi promet de traquer tous les indisciplinés

*Dans un entretien accordé à la presse, l’honorable Kokonyangi, Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle pense qu’en demandant à la CENI l’invalidation de quelques compatriotes, la MP n’a pas inventé la houe. Pour lui, de la lecture combinée de toutes ces dispositions (l’article 110 de la Constitution, les articles 10 et 13 de la loi électorale, l’article 34 de la décision de la CENI portant mesures d’application de la loi électorale), il est nécessaire que les politiciens congolais respectent la Constitution et les lois spécifiques qui les accompagnent. Ceci parce que le législateur congolais lutte formellement contre la duplicité politique résultante d’une mauvaise foi des candidats indisciplinés, sans véritable idéal politique à part leur coup de cœur dicté par des intérêts partisans.

*Il a terminé par inviter les compatriotes au respect strict de la constitution qu’ils prétendent respecter. « Ils doivent respecter l’article 110, tous les articles de la constitution ainsi que les lois de la République. Parce que l’alternance dont ils parlent, ils ne vont pas la préparer de cette façon-là », soutien-t-il, avant d’ajouter que la MP est très vigilante et elle va les traquer jusqu’à leur dernier retranchement. Et ce, dans le respect des lois de la République et de la constitution sur laquelle le Président de la République a prêté serment.

Il y a quelques jours, l’honorable Kokonyangi, Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle a échangé avec la presse. Et ce, au lendemain des réactions de quelques politiciens à travers les médias qui disent que la MP avait demandé à la CENI l’invalidation de quelques candidats indisciplinés, sans raison valable. Et pourtant, si tous les politiciens congolais étaient conséquents de leurs actes, peut-être qu’on ne serait pas arrivé là. Sinon, l’on ne peut pas vouloir une chose et son contraire à la fois. Car, respecter la constitution, c’est la respecter du premier au dernier article, donc ne pas choisir d’article, l’article 220 et laisser les autres. Sinon, cela relève de l’inconscience politique. Comme l’on doit respecter la Constitution sur toute la ligne, nous devons aussi respecter les lois qui l’accompagnent. Et le Secrétariat général de la MP, en demandant à la CENI l’invalidation de quelques compatriotes, n’a pas inventé la houe.

Que dit la loi ?

Ici, Joseph Kokonyangi a promis dans sa réplique, de ne pas faire de commentaires personnels. Citant la Constitution de la République dont tout le monde réclame le respect, elle stipule dans son article 110, dernier alinéa que « tout député ou sénateur qui quitte délibérément son parti durant la législature, est réputé renoncer à son mandat parlementaire obtenu dans le cadre de ce parti-là ». « C’est-à-dire que moi Kokonyangi élu à Pangi (province du Maniema) sur la liste AFDC, je quitte mon parti, je me déclare indépendant sans l’autorisation de mon parti, je perds mon mandat de manière automatique. Et ça c’est clair, c’est la Constitution de la République qui nous le dit », démontre-t-il.

Il a révélé que sur la liste des candidats gouverneurs et vice-gouverneurs des 21 provinces, il y a beaucoup de catégories des gens comme ça. Les députés, dans le cadre de la Majorité Présidentielle, qui débarquent aujourd’hui comme candidats indépendants, ce n’est pas acceptable et c’est de la tricherie politique. Pour lui, quitter un parti, il faut écrire à ce parti et avoir l’accusé de réception. On ne peut pas seulement, par présomption, croire qu’on a quitté son parti politique sans écrire et sans accusé de réception. Cela n’est pas acceptable et nous de la MP, nous sommes très vigilants quant à ce. Nous allons rattraper tous ces gens, sommairement et de manière exemplaire, afin de les réprimander.

Nous voulons demeurer dans la loi, parce qu’il faut convaincre l’opinion nationale et internationale, nous devons respecter nos lois. Sinon, l’on doit cesser de voter des lois. L’article 10 de la loi électorale al.1 tiré 5 stipule : « Sans préjudice des textes particuliers, sont inéligibles les fonctionnaires et agents de l’administration publique ne justifiant pas, à la date du dépôt des candidatures, de leur demande de mise en disponibilité ».

« Tu es chef de division de l’administration publique, tu présentes une candidature sans écrire à la Fonction publique pour présenter une mise en disponibilité, ce n’est pas acceptable. Nous sommes des intellectuels et des politiciens pointus, nous devons présenter les choses de manière claire », martèle-t-il.

Et le tiré 6 dispose : « Les mandataires actifs des établissements publics et entreprises publiques ne justifiant pas à la date limite du dépôt de candidature… ». C’est donc inadmissible de trouver un Directeur général qui n’a pas démissionné, mais qui est candidat dans une circonscription électorale quelconque. Pour Kokonyangi, c’est catastrophique ! Le dernier alinéa de cet article dit ceci : « Dans l’application des dispositions du présent article, la date limite du dépôt des candidatures est prise en considération, soit jeudi 25 février ». Et le Secrétaire général adjoint de la MP d’informer les journalistes que des candidats DG et fonctionnaires, on les a vu courir dans tous les sens avec des lettres de démission et de mise en disponibilité, après la date butoir. Est-ce que ces gens lisent la loi ?, se demande-t-il. Dans ce cas-ci, c’est l’accusé de réception de la CENI qui fait foi. « Tu ne peux pas, le vendredi 26 février, venir avec une démission, tu es hors la loi ! Il faut consommer le forfait », insiste-t-il.

C’est la MP qui a présenté les candidatures

Joseph Kokonyangi a aussi cité l’article 13 de la même loi électorale qui dit ceci : « Dans une circonscription électorale, les partis politiques (PPRD, AFDC ou MSR), ou regroupement politique (MP) présente la candidature unique ». A l’en croire, dans la province de la Lomami par exemple, la MP ne peut présenter qu’une candidature unique, parce que c’est une élection à un seul siège. Mais vous trouvez des candidats de la MP qui débarquent comme des indépendants, ce n’est pas acceptable. Et dans le cas sous examen, aucun parti politique de la Majorité Présidentielle n’a présenté de candidature. C’est le regroupement politique MP qui a présenté des candidats. Comme pour dire qu’aucun parti de la MP n’est autorisé à présenter de candidature, en dehors du regroupement politique MP qui a octroyé les autorisations spéciales et les recommandations pour déposer leurs candidatures

Il sied de souligner que de la lecture combinée de toutes ces dispositions, il est nécessaire que les politiciens congolais puissent respecter la constitution et les lois spécifiques qui les accompagnent. Parce que le législateur congolais lutte formellement contre la duplicité politique résultante d’une mauvaise foi des candidats indisciplinés sans véritable idéal politique à part leur coup de cœur dicté par des intérêts partisans. Donc, leurs revendications, s’ils vont le faire, sont sans fondement.

Et l’article 34 de la décision de la CENI est clair là-dessus lorsqu’il stipule : « La présentation d’une liste par un regroupement politique comme MP s’effectue selon les règles suivantes : Un parti politique ne peut se retrouver dans plus d’un regroupement politique. Ça signifie que MSR qui est parti politique de la MP, ne peut avoir d’autre MSR de l’opposition. C’est contre la loi. En plus, un parti politique membre d’un regroupement politique ne peut présenter une liste de candidats dans une circonscription électorale dans laquelle le regroupement politique a déjà une liste. Les politiciens doivent apprendre à lire et à comprendre les lois que nous votons, encourage Kokonyangi.

Il a terminé par inviter les compatriotes au respect strict de la constitution qu’ils prétendent respecter. Ils doivent respecter l’article 110 et tous les articles de la Constitution ainsi que les lois de la République. Et ce, parce que l’alternance dont ils parlent, ils ne vont pas la préparer de cette façon-là. Pour lui, en effet, la MP est très vigilante et les indisciplinés seront traqués jusque dans leur dernier retranchement. Et ce, dans le respect des lois de la République et de la Constitution sur laquelle le Président Joseph Kabila Kabange a prêté serment.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse