Instrumentalisation de la Lucha et de Filimbi: Le côté obscur de la démocratie

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’objectif  visé ici, n’est pas de critiquer tel ou tel pays de l’Occident, mais de mettre en évidence la nécessaire obligation de dénoncer un système qui détruit et pénalise le progrès en Afrique. La démocratie occidentale se présente comme une théorie politique qui veut que le gouvernement et les lois qu’il adopte et fait respecter doivent refléter la volonté de la majorité telle que déterminée par un vote direct ou des représentants élus. Bref, un système de gestion de la cité par les citoyens eux-mêmes.

Certes, cette idéologie reflète une part de vérité dans la vie quotidienne des pays du Nord. Mais force est de constater que les Occidentaux utilisent l’assendance que leur a conférée ce système politique et social efficace pour assujettir le reste du monde.

Le besoin de dominer semble être une stratégie récurrente et perpétuelle dans l’histoire de la culture occidentale. Souvenez-vous : C’est sous le prétexte d’apporter la civilisation chez nous que les Européens avaient assujetti nos ancêtres, allant parfois jusqu’à leur couper les mains pour les contraindre à travailler à leur seul profit. C’est au nom de cette « mission civilisatrice » que l’Occident a pillé, de manière systémique et pendant des siècles, les richesses de notre sol.

C’est en assassinant, sans le moindre scrupule, Patrice E. Lumumba, le leader de notre combat pour la liberté, que ces mêmes forces ont réduit la portée de l’indépendance acquise le 30 Juin 1960. Pour les mêmes raisons, et plus tard, Mzee  L.D. Kabila subira le même sort.

C’est encore par une ruse semblable que, en ce début du 21e siècle, l’Occident nous impose une conception tronquée d’une démocratie qui ne tient compte ni de notre culture, ni de nos réalités. Ce comportement maléfique qui nous maintient sous son joug,  doit être combattu.

En RDC, la tentative de maintenir le pouvoir en place dans leur sphère d’influence exclusive ayant lamentablement échoué, les Capitales occidentales se sont organisées pour apporter un soutien massif à certaines forces d’une opposition radicale vouée à leurs causes et manifestement inconsciente des enjeux. Voilà que cette stratégie ne rencontre pas l’assentiment des masses, ces partis politiques se montrent incapables de mobiliser la population pour imposer leur schéma, consistant à prendre le pouvoir par la rue. Cet échec montre, à suffisance, la maturité qu’a atteint le peuple congolais.

Le peuple congolais, que certains en Occident considèrent comme  aveugle ou ignorant, a bien tiré les leçons des drames de la Lybie, de l’Irak et de la Syrie. La politique des Occidentaux consiste à brûler les pays dont les dirigeants ne leur conviennent pas pour ensuite et disparaitre en abandonnant les peuples dans la misère.

Aujourd’hui, la stratégie de l’impérialisme consiste à utiliser nos jeunes que les nouveaux conquérants pensent, à tort, être des inciviques, des antipatriotes et des immatures en politique.

Des séminaires de formation à l’insurrection sont organisés ici et là à travers le monde pour préparer cette jeunesse à bruler son propre pays au profit des puissances étrangères, sous le prétexte d’une alternance absolue. Des sommes immenses sont versées, à travers les Ambassades, pour corrompre cette jeunesse et l’inciter à s’attaquer aux institutions du pays. Ce qui explique l’éclosion des mouvements tels que Filimbi et Lucha.

Certes, ces jeunes gens pensent sincèrement agir pour l’intérêt de leur pays, mais en réalité, ils roulent pour la cause de l’Occident qui cherche par tous les moyens à résister à son déclin économique en conservant une partie importante de l’Afrique dans son giron.

Les échecs successifs que subissent les projets tant des partis politiques de l’opposition,  de Lucha que de Filimbi dans leurs tentatives d’entraîner le peuple congolais dans la rébellion est une réponse claire du refus de l’immense majorité silencieuse de plonger le pays dans l’anarchie.

Tout Congolais conscient des enjeux économiques mondiaux actuels, ne peut tomber dans ce piège. La RDC ne saurait se développer dans la soumission à d’autres puissances. La première condition du progrès d’un peuple réside dans sa capacité à résister à l’assujettissement provenant des puissances étrangères.

Il appartient donc à chacun de travailler à l’éveil de notre jeunesse afin qu’elle ne verse pas dans le piège des ennemis de la paix comme l’ont été certains de leurs ainés. A chacun de faire de cet avertissement son profit.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse