Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise: Le mois de la femme s’est clôturé en beauté

par -
0 1256
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les femmes policières de l’Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise (IGPNC) se sont retrouvées le week-end dans l’enceinte de leur structure pour clôturer le mois de la femme en beauté. Etaient notamment présents, le Général Oleko, M. Jean Mulumba, Mme Nicole Ntumba, etc.

Dans son mot de circonstance, la Responsable des ressources humaines, Mme Commandant Kongolo Omba Caroline, a indiqué que la RD Congo consacre tout le mois de mars à la femme, bien au-delà de la seule journée internationale de la femme. Elle sert à évaluer son état par rapport aux nombreuses luttes et plaidoyer en vue d’arracher une place de choix ou encore l’effectivité de sa représentativité à tous les niveaux dans les affaires de l’Etat.

« J’aimerais rappeler à la femme que son autonomisation ne sera réelle que par le travail, car seul le travail paie », dit-elle. Aussi, faut-il persister dans le travail, le prendre au sérieux, se baser sur les valeurs morales, éthiques et chercher à s’informer toujours d’avantage. Concernant les activités ayant trait au mois de la femme, elle a parlé de la marche que les femmes de l’IGP ont participé. Cette marche est partie de Kintambo magasin et s’est terminée à la gare centrale.

Une autre activité est en gestation. Il s’agit d’un atelier qui sera organisé le mois prochain et qui aura pour thème « l’apport de la femme de l’Inspection Générale de la Police Nationale Congolaise en interne et en externe ». Et de renchérir, l’apport de la femme de l’IGPNC tant interne qu’en externe n’est plus à démontrer quoique sa représentativité reste encore timide, a-t-elle souligné. L’oratrice s’est mise à relever les points forts et les points faibles de l’apport de la femme policière à l’institution. Comme points forts au niveau interne, elle a épinglé notamment sa présence physique, son aptitude, sa capacité de gérer et sa rigueur. S’agissant des points faibles, elle a relevé sa faible représentation, sa faible promotion en fonction et grade, son inadéquation entre compétence et fonction et ses faibles rendements.

Au niveau externe, elle a mis en exergue les opportunités et les menaces. Comme opportunités, elle a cité les formations, la sensibilisation, la prise en compte des femmes dans les postes de décisions et la planification. Pour ce qui est de menaces, elle a relevé la sous exploitation de femmes, le surpoids (physique) de la femme la conduit à être écartée de certaines compétitions, et la sous-estimation de la femme par son partenaire homme. Tous ces points, a-t-elle souligné, seront débattus en profondeur lors de l’atelier. Elle a conclu en lançant un appel à la hiérarchie en vue de prendre en considération la représentation de la femme dans tous les domaines, d’encourager la candidature féminine lors du prochain recrutement en gestation au sein de la PNC. Elle demande également la prise en compte du personnel féminin dans les différentes formations de renforcement des capacités.

Pour rappel, le thème retenu cette année sur le plan international est « Autonomisation de la femme, autonomisation de l’humanité ». Sur le plan national, c’était « L’autonomisation et participation politique de la femme ». Approchée par notre journal, Mme Commandant Kongolo Omba Caroline a indiqué que le mois de la femme a été ouvert par l’Inspection Général de la PNC le 11 mars 2015. Le 8 mars, on a commencé par une sensibilisation de la femme policière par rapport au thème retenu pour 2015. Le combat de la femme, a-t-elle souligné, continue. Toute la vie, la femme doit se battre, parce que les hommes ne nous ferons pas de cadeau. Nous voulons conscientiser la jeune fille à venir à la Police Nationale, parce que c’est un métier noble, a-t-elle conclu.

(BKS/CP)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse