Insolite au Palais du peuple: Olivier Mutwale endeuillé et Justin Kalumba malade

par -
0 728
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les députés sont prêts à en découdre avec le ministre qui a outragé non seulement leur Président, mais également leur institution. En leur qualité d’élus légitimes du souverain primaire, ils n’ont aucune injonction à recevoir, si ce n’est du peuple. Malgré leurs divergences politiques, les députés sont très solidaires entre eux et très jaloux de leur bureau.

Après l’intervention du ministre d’Etat, ministre du Budget aux préoccupations des élus du peuple, l’hémicycle de la salle des Congrès du Palais du peuple s’apprêtait au vote contre le ministre des Transports et voies de communication. Urnes et isoloirs prêts pour recevoir les bulletins à vote secret contre Justin Kalumba Mwana Ngongo étaient visibles. Malheureusement pour les députés qui s’apprêtaient à cet exercice, c’était un échange des Sms entre eux auquel l’on assisté. Olivier Mutwale étant frappé par un deuil, il venait de perdre son fils âgé de 21 ans ; et au moment où les députés s’impatientaient de passer à cet exercice parlementaire, c’est le ministre des Transport et voies de communication, frappé par cette motion de défiance, qui serait malade et sous perfusion. La nouvelle a choqué les élus du peuple et les voies se sont levées dans le sens de désapprouver cette supercherie.

Compte tenu de cet insolite, une première à la Chambre basse du Parlement, les députés outragés par la correspondance du ministre des Transports à leur bureau, ne sont pas prêts à admettre cette pièce de théâtrale. Coûte que coûte, ils veulent en découdre avec le ministre arrogant. Selon certaines indiscrétions, le ministre aurait demandé pardon larmes aux yeux devant ses anciens collègues à l’Hôtel Beatrice. Mais les élus du peuple, en toute responsabilité, voulaient en finir dans l’urne à bulletin secret, synonyme d’un refus à ce pardon qui risque de discréditer leur institution, connue comme étant le temple de la démocratie.

Pour le cas d’Olivier Mutwale, on ne pouvait pas s’en passer car, dès lors la motion est déclarée recevable, il n’appartient plus à celui qu’il l’a initiée, mais à tout un chacun qui a apposé sa signature, dont aux 82 signataires. Cela ne pose aucun problème à ce niveau. L’inquiétude se trouve au niveau du ministre des Transports et voies de communication pour lequel, le bureau de l’Assemblée nationale, sur décision de la plénière, voulait se rendre compte effectivement de l’état de santé de celui qui est frappé par la motion de défiance. C’est à juste titre qu’une petite commission de six députés nationaux, soit trois de la Majorité et trois de l’Opposition conduite respectivement par le Docteur Makwenge (PPRD) et Samy Badibanga (UDPS), en vue de dissiper le malentendu autour de ce mystère. Malgré le deuil ou la maladie, la motion court jusqu’au rétablissement de ces deux situations insolites.

En quoi reproche-t-on le Ministre des Transports et voies de communication ?

Dans une pétition qui a circulé en date du 02 juin 2015 dans la Salle des Congrès du Palais du Peuple, en moins d’une heure, 82 signatures avaient été récoltées en faveur de la motion de défiance contre Justin Kalumba Mwana Ngongo.

A en croire la correspondance lui adressée par les motionnaires, en date du mardi 19 mai 2015, à l’occasion de la présentation du projet de loi portant code de la route à la Chambre basse du Parlement, le ministre a scandalisé les élus du peuple suite à la légèreté avec laquelle il a traité les députés nationaux qui avaient traité une matière aussi délicate et complexe bien qu’il est juriste de formation. « Vous avez oublié que les vies des millions de congolais (nos électeurs) dispersés à travers la République en dépendaient. Prenant nos responsabilités à deux mains, par l’historique motion incidentielle du collègue Henry-Thomas Lokondo, notre éminente chambre a rejeté en bloc ledit projet de loi parce qu’ayant aucune assise constitutionnelle malheureusement, pour éponger votre colère, vous avez décidé d’humilier notre éminent Président et par la même occasion, cracher sur les visages des députés », renseigne la correspondance adressée au ministre par les élus du peuple à travers une motion de défiance.

Un tel affront, poursuit la correspondance, doit être sauvegardé pour garder l’honneur des élus du peuple, autrement la mort serait préférable à la vie.

C’est à juste titre qu’ils demandèrent au ministre des Transports et voies de communication qu’après le rejet de ce fameux projet de loi par les représentants légitimes du peuple, il avait décidé d’adresser une correspondance à deux chefs des deux institutions différentes ; à savoir, le Premier ministre avec copie au Président de l’Assemblée national.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse