Insécurité à Selembao Cité verte : découverte d’une cachette des présumés Kamwina Nsapu

par -
0 202
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la terreur, des tueries et des troubles qu’ont semées les terroristes de la milice Kamwina Nsapu spécialement dans le grand Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, toutes les forces de défense et de sécurité congolaises doivent être mobilisées pour traquer des miliciens, et même ceux qui se sont rétractés ou retranchés. Cela, non seulement dans la région du Kasaï, mais dans plusieurs autres provinces et villes du pays. La ville province de Kinshasa n’est pas exemptée, alors que les réquisitoires du Ministère public sont en cours, à la prison militaire de Ndolo.

Toutefois, ces opérations louables doivent se passer en cette période préélectorale. Mais cela n’exclut pas les périodes électorale et postélectorale. Une raison de plus pour saluer la démarche qui porte de plus en plus ses fruits dans cette giga capitale, comme au moins d’août dernier où les services ont mis la main sur quelques membres de la branche Kamwina Nsapu de Kinshasa.

Pour ceux qui n’y croyaient pas encore, ou criaient à l’acharnement, à la stigmatisation, la chose est connue : ces miliciens se sont dissimilés dans diverses communes kinoises, même les moins soupçonnées. Tel est le cas, dans la commune de Selembao, plus précisément sur la 6ème rue dans le quartier Cité verte, où d’aucuns avaient signalé la présence d’un certain Moïse Kabongo, de la milice Kamwina Nsapu. Celui-ci ayant déjà été appréhendé, des sources concordantes et anonymes n’ont pas manqué de donner de la voix en dénonciation. A les en croire, ce terroriste ne vivait pas seul.  Il avait avec lui, d’autres personnes recherchées par qui de droit. Il s’agit entre autres de Nyembwe Patrick et Jean Kipoy, ses deux cousins de surcroit très dangereux et bien connus. (Voir images).  Et pour cause, ils sont tous membres de la branche Kinshasa de la redoutable milice Kamwina Nsapu dont les jours sont comptés.

Mais la police ne manquera pas de mettre la main sur eux, bien qu’en cavale, probablement dans la commune de Kalamu, toujours à Kinshasa, aux dernières nouvelles. Et la population, pour éradiquer ce phénomène et tant d’autres semblables, devra collaborer avec ceux qui ont reçu pour mission la protection des personnes et de leurs biens.

BM

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse