Insalubrité à Kinshasa: Les femmes ménagères pointées du doigt

par -
0 873
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo connue jadis sous le label de Kin la belle à la suite de l’image qu’elle reflétait, ne reste plus que de nom et l’ombre d’elle-même. L’insalubrité demeure un problème sans solution à Kinshasa. Toutes les 24 communes de la capitale sont confrontées au problème d’insalubrité criant. Les femmes sont les 1eres à être pointées du doigt. La plupart  d’ordures trouvées dans les décharges publiques ou dans les rivières et autres canalisations seraient des déchets ménagers. Par manque des poubelles dans les parcelles, les habitants de Kinshasa sont obligés de jeter leurs déchets et autres ordures sur la route, dans les caniveaux ou dans les différentes rivières de Kinshasa. Ces ordures et autres immondices en pleine capitale  trainent là où elles ont été jetées, car les services censés  évacuer  ces ordures, sont presqu’inexistants. Dans le temps, le Directeur général de la Régie d’assainissement et des travaux publics de Kinshasa avait déclaré que la ville de Kinshasa produisait quotidiennement 7 mille tonnes de déchets, provenant des ménages, des marchés et des places publiques. Ces déchets sont souvent déversés dans les différentes rivières de Kinshasa. Difficile pour les habitants environnants ces rivières de respirer l’air pur. Ces rivières sont envahies par les  immondices et autres déchets empêchant l’eau de couler normalement.  Une habitante de la commune de Barumbu et tenancière d’un restaurant de fortune, que nous avons surprise en train de jeter les entrailles des poissons dans la rivière Bitshaku Bitshaku s’exprime: «ce sont des déchets légers que nous jetons ici et c’est vite évacué ».

Pointées du doigt, les femmes disent ne pas être responsables de l’insalubrité. A les en croire, celle-ci serait de la responsabilité de la population de Kinshasa. « Ce sont les agents des services d’assainissement qui viennent déverser dans les rivières, les saletés recueillies dans les maisons ».

Elles se justifient en disant que «  l’Etat a placé des décharges publiques dans certains coins des communes de Kinshasa et c’est là où nous canalisons nos déchets ».

Les mêmes femmes qui jettent des déchets et autres immondices se plaignent de ne plus sortir de leurs parcelles pour prendre  de l’air, à cause de l’Insalubrité. «  Il est inadmissible de vivre entouré des poubelles avec des odeurs insupportables ».

Elles accusent l’Etat de ne pas faire correctement son travail. Car selon elles, les services d’hygiène des différentes communes n’existent plus. L’Etat devrait prévoir des sanctions pour tous ceux qui vont à l’encontre des dispositions de la loi, car toute personne a droit à un environnement sain et propice à son épanouissement intégral. Les femmes, victimes et bourreaux, privées d’un environnement sain, pensent que l’Etat congolais doit agir vite et bien. «  Nous craignons des nombreuses maladies et autres épidémies qui peuvent découler cette insalubrité ».

Pendant  ce temps, c’est toute la population qui est exposée  aux maladies en vivant dans cet environnement pollué. Les femmes ménagères devraient prendre toutes les dispositions, surtout en cette période des fêtes de fin d’année  pour rendre leur environnement propre ; une période chargée des repas, des cadeaux, etc. Les femmes ménagères doivent donc protéger et assurer l’assainissement en vue d’épargner la population des nombreuses maladies.

(Fanny Anifa Kasemwana/Rtga World)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse