Initiée par la population du quartier Bamboma à Kimbanseke: La traque aux voleurs fait un mort parmi les malfaiteurs

par -
0 399
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le phénomène kuluna a pris de l’ampleur ce dernier temps à Kimbanseke, cette vaste commune du district de la Tshangu, dans la partie Est de la capitale. A Kinshasa, en effet, le terme « kuluna » désigne des bandes de jeunes gens qui se munissent d’armes blanches : des machettes, des tessons de bouteilles, des  couteaux, etc., afin d’agresser de paisibles passants, les dépouiller, et même  leur ôter la vie.

Un présumé voleur a été tué mardi 23 mai, sur l’avenue Yembi au quartier Bamboma, non loin de l’église St Mbaga. Des témoins ont affirmé que vers 2 heures du matin, des jeunes du quartier ont mis la main sur ce voleur.

Quand la cloche de l’Eglise a retenti, il était 2 heures du matin. Une situation inhabituelle, selon des habitants du lieu. Un jeune ayant pris part à la traque aux voleurs a témoigné : « nous avons compris le passage emprunté par  ce malfaiteur-là, et nous nous sommes dirigés vers l’église. Le groupe s’est scindé en deux, l’autre a pris la direction de la parcelle voisine », a-t-il dit. Et un autre d’ajouter : « C’est une habitude à Bamboma. Si vous êtes menacé par des bandits ou des kuluna, il vous suffit de crier ou d’activer la corde de la cloche fabriquée par des habitants du quartier. Cette méthode a démontré son efficacité, en ceci qu’elle a permis, plus d’une fois, de sauver les parcelles voisines d’éventuelles menaces nocturnes, autant que les biens de l’église », a-t-il relevé.

Quant au voleur à qui l’on a ôté la vie, il a sûrement fait les frais du courroux de la population, en ce temps d’insécurité galopante avec la persistance du phénomène kuluna. L’infortuné a été mortellement touché par des pierres, des planches… Des sources ont indiqué qu’il a succombé suite à ses blessures.  Il est mort défiguré, cet événement est marquant dans cette partie de la capitale en proie à l’insécurité fréquente.

Après les faits, les gens ont apprécié diversement ce qui est advenu 

« Etant donné que parmi ces kuluna,  il n’y a pas que des illettrés, il y a aussi les intellectuels, la première des choses que l’Etat congolais devrait faire, serait de créer de  nombreux emplois pour ces jeunes. Car si tout le monde travaille, personne n’aura le temps d’aller commettre de bévues pour  trouver son pain », a indiqué un jeune parent. « L’état doit créer les écoles de métiers pour récupérer les enfants qui n’ont pas eu la chance d’étudier, afin de les rendre utiles à la société. En  second lieu, puissent les autorités compétentes  comprendre  le souci de la population congolaise en garantissant la sécurité  totale de celle-ci.», a suggéré un leader d’opinion.  Pour sa part, une femme enseignante a fait entendre la lecture suivante : Lorsque les Kuluna sont arrêtés et traduit en justice, cette dernière doit très bien faire son travail, en punissant sévèrement ceux-ci. La prison, dit-on, est un centre pénitentiaire où l’on  ne sort pas tel qu’on est entré. Les kuluna doivent être sanctionnés comme il faut, afin qu’ils ne reviennent plus à leurs erreurs initiales. Si ceux-ci ne sont pas punis, ils seront tentés de rééditer les mêmes bêtises qui nuiront à la population.

(Nzuzi Richard, Cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse