Inhumation d’Etienne Tshisekedi: L’UDPS s’entête

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A quel jeu joue l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti politique cher au Sphinx de Limete, après son dernier volte-face contre l’enterrement du père de la démocratie congolaise dans un carré bien aménagé au cimetière de la Gombe par le Gouvernement Provincial de Kinshasa ? Dommage que 250.000 dollars sont sortis du Trésor public pour la construction d’un caveau provisoire, afin que repose pour l’éternité Etienne Tshisekedi. Que de l’argent perdu, et qui aurait dû permettre au Gouvernement de satisfaire d’autres besoins prioritaires de la population.

A en croire les nouvelles en notre possession, la famille biologique d’Etienne Tshisekedi et sa famille politique auraient trouvé un consensus pour enterrer le leader maximo à la permanence de l’UDPS. Et c’est Monseigneur Gérard Mulumba, frère cadet de l’ex-président du conseil des sages du Rassemblement qui l’a annoncé dans une interview accordée à actualite.cd. Sachant très bien que le Gouvernement a toujours discuté avec elles, les deux familles biologique et politique qui sont toujours en contact avec les autorités du pays, devraient logiquement s’approcher de celui-ci, en vue de trouver un compromis, pour l’organisation apaisée des obsèques, et non se comporter comme si la décision ne concernait pas les autres. C’est le lieu de fustiger le fait que certains acteurs politiques se croient propriétaires du Congo, et veulent tout faire à leur guise, et crier par la suite sur les toits lorsque la situation va dégénérer.

D’après Gérard Mulumba, c’est l’unique solution qui demeure compte tenu de différents blocages dans les négociations entre le Gouvernement provincial et la famille de Tshisekedi, notamment la question du lieu d’inhumation.  « Il n’y a pas d’avancée comme telle parce que la situation reste bloquée du côté du pouvoir. Il n’y a pas de solution pour donner un lieu convenable pour l’inhumation du corps de Tshisekedi. C’est ainsi que le parti a pris position de commencer à faire le préparatif pour l’enterrer à la permanence de l’UDPS. C’est une position prise parce qu’il n’y a pas eu de suite de la part du gouvernement. Ils ont décidé d’en parler aujourd’hui », dit-il.

Cette position de la famille politique et biologique est diamétralement opposée à celle développée par le Gouvernement de la République. Celui-ci dit avoir pris effectivement en charge le voyage de la délégation de la famille vers Bruxelles pour les préparatifs des obsèques, ainsi que les veillées funéraires organisées par son parti à Kinshasa. En même temps, il a réitéré sa volonté de prendre en charge aussi bien les frais de rapatriement de sa dépouille par avion spécial et l’inhumation de l’ancien Premier ministre Tshisekedi dans le respect des dispositions légales et réglementaires qui régissent les cimetières. Ce qui exclut l’inhumation dans un site urbanisé habité. C’est ce que le Gouvernement a laissé entendre le 09 mars dernier, lors de son premier conseil des ministres extraordinaire.

L’UDPS peut-elle défiée l’Etat ?

L’UDPS, parti politique, mais surtout fait privé, est soumis, pour son fonctionnement à la loi du pays. De ce fait, il ne peut pas se comporter comme un Etat dans un Etat, au risque de provoquer une fois de plus une situation qui ne va que régresser le pays. Un parti politique de la trempe de l’UDPS, qualifié du reste de sœur aînée de l’opposition congolaise, ne peut que montrer l’exemple en respectant la décision du Gouvernement, soucieux de faire respecter les dispositions légales et réglementaires qui régissent les cimetières.

C’est ici qu’il faut insister sur le fait que la famille politique et celle biologique ont du mal à gérer les combattants, surtout les émotions. Mieux, ils ont du mal à les expliquer que la Rd Congo est un pays organisé, qui fonctionne et qui a des Institutions qu’il faut respecter. Et si l’UDPS constate qu’elle a du mal à se faire respecter, elle ne peut que recourir aux services de la Police, pour faire respecter l’ordre et la sécurité. Car, si la police a eu déjà à démontrer à maintes reprises qu’elle peut très bien se prendre en charge, pourquoi on ne lui ferait pas confiance cette fois-ci?

Sinon, à l’instar de l’UDPS, si demain chaque parti politique voulant enterrer son leader, décide de le faire dans sa propre parcelle, que deviendra alors Kinshasa, sinon la jungle ou c’est la loi du plus fort qui s’applique. On est dans un Etat de droit, où chaque citoyen connait le rôle qu’il doit jouer pour l’émergence de la société. Dans cette société, il y en a qui ont le pouvoir d’organiser, laissons l’Hôtel de ville de Kinshasa faire son travail, et ainsi le pays évoluera.

Quelle sera l’attitude du Gouvernement ?

A travers ce compromis trouvé par la famille politique et biologique, nombreux sont les Congolais qui disent que le Gouvernement a été oublié, ignoré, déconsidéré, lui qui dès l’annonce des obsèques a mis tous les moyens à la disposition de la famille. Il est vrai qu’en Afrique en général, et en Rd Congo en particulier, l’organisation des obsèques est de la compétence de la famille. Mais c’est par rapport aux charges occupées par l’ex-Premier ministre Etienne Tshisekedi lors de son vivant, que le Gouvernement s’est impliqué et ce, comme il l’a toujours fait concernant d’autres personnalités du même rang.

Comme pour dire que toute construction d’un mausolée dans l’enceinte de la permanence de l’UDPS sera considérée comme une violation des dispositions légales et réglementaires qui régissent les cimetières. Et l’UDPS, à travers son Secrétaire général sera tenue pour responsable et répondra de ses actes. Sinon, le Gouvernement a le choix entre sécuriser le lieu pour empêcher l’érection d’un mausolée,  ou expulser les ingénieurs belges qui s’affairent à cette tâche. Toutefois, le Gouvernement est toujours disposé à faciliter le choix d’un autre terrain où le sphinx sera enterré, soit un lieu qui ne peut pas violer les dispositions légales en la matière.

De sources sûres renseignent que la position prise par l’UDPS est celle de la confrontation avec l’Etat (des autorités compétentes), pour justifier et accuser la Rdc à ses partenaires occidentaux d’incompétence, et obtenir des sanctions qui les affaibliraient. L’éthique politique voudrait qu’on respecte l’Etat, et celui-ci a le devoir de protéger tous les Congolais.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse