Infrastructures Sportives: L’insécurité devient insupportable aux stades des Martyrs et Tata Raphaël

par -
0 290
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le phénomène « Kuluna » est devenu très sérieux aux stades des Martyrs de la Pentecôte et Tata Raphaël de la Kethulle.

Les deux stades sont devenus des habitations pour ce genre des personnes  nuisibles  à la population. Les sportifs ne viennent plus au stade. Ces temples du football sont quasiment vides lors de grandes rencontres sportives. Parfois, les dirigeants des entités accusent la presse de ne pas bien faire la sensibilisation, sans se rendre compte dans quelles conditions travaille cette presse.

Le stade des Martyrs de la Pentecôte a beaucoup d’issus. La clôture permet à tous ces délinquants d’y accéder facilement et d’y  passer même la nuit avec des machettes et autres armes blanches.

C’est pourquoi pendants certaines rencontres, les gens se posent des questions, notamment celles de savoir, comment–ils accèdent au stade avec ces armes blanches ? Certains d’entre eux n’hésitent même pas à les brandir.

Pendant, avant et après le match, il faut faire vite pour sortir du stade. Sinon, vous risquez d’être dépouillé par cette catégorie des personnes. Pendant les matches, les amoureux du football vivent  toujours des  spectacles désolants dans les pourtours où ils se battent. C’est une guerre rangée de cailloux, avec un résultat connu d’avance, beaucoup de blessés. Ils en profitent pour  dépouiller les paisibles sportifs.

Vous ne pouvez pas quitter seul l’entrée Pont Kasa-Vubu jusqu’au stadium  des Martyrs sans rencontrer ces malfrats,   qui  vous interpellent  et vous dépouillent. Quand les équipes jouent, ils sont habillés aux couleurs des équipes qui se rencontrent. Lors du match Shark XI FC –FC Renaissance du Congo, à la sortie du stade des Martyrs, des journalistes ont été interpellés par les « Kuluna » qui exigeaient une rançon. En plus, au stade des Martyrs, vous ne pouvez pas aller vous soulager  à la mi-temps ou pendant que les matches se jouent, sans les rencontrer dans les couloirs  et vous faire dépouiller.

Quant au stade Tata Raphaël de la Kethulle, les tribunes  latérales et les pourtours sont devenus leur siège où ils érigent mêmes des barrières à l’entrée. Ils vous dépouillent  argent  et appareils téléphoniques. La semaine dernière, le mercredi 22 mars dernier, ils ont dépouillé deux jeunes gens  qui ont eu la présence d’esprit d’aller alerter la police, qui a mis la main sur ces bandits et ont été directement acheminés  aux cachots  dans le sous CIAT à l’entrée du stade, le long de la rivière Kalamu.

Leur bastion et siège se trouve surtout derrière les pourtours de l’ AS V. Club, appelé  à l’époque Moscou. Ils y vivent sans être inquiétés.

La première solution pour le stade des Martyrs, il faut une nouvelle clôture pour empêcher l’accès facile, renforcer la sécurité et faire le nettoyage.

Au stade Tata Raphaël, il faut vider le stade de ses occupants et renforcer la sécurité.

Les autorités politiques et sportives sont aussi interpellées par rapport à cette calamité qui prend une ampleur très inquiétante et qui empêche les stades à faire des recettes, de faire fuir les sportifs qui viennent assister aux matches  et de mettre les sportifs en insécurité permanente.

(Gaby Mass)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse