Incendie d’une maison d’habitation à Barumbu

par -
0 632
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le collectif d’avocats de la famille lésée est formel : « Il faut que justice soit faite… »

Les habitants de la commune de BARUMBU ont été en émoi, mardi 14 janvier courant, à la suite de l’incendie qui s’est déclaré dans la matinée, sur l’avenue Bolobo, ravageant des biens matériels et mettant en péril les jours de la nommée Carine ETUMBA, cette fille issue du couple général Didier ETUMBA et Mme Odette ETUMBA. L’âge de la victime a été estimé à quelque 13 ans. Comme on le comprend, la maison qui est tombée en ruine, celle située au n”133 de l’avenue sue-évoquée, abritait donc la famille du chef d’Etat-major général des Forces armées de la RDC, FARDC le général su évoqué. Il nous revient que la maîtresse, repliée sur elle-même et inconsolable à la suite de ce qui est advenue, ainsi que ses proches, ont attribué l’origine de l’incident à une panne d’électricité, une installation ratée. Depuis peu, en effet, une imposante bâtisse avait été construite dans la cour de la concession familiale. Il nous revient que la phase d’installation électrique (à l’origine de la catastrophe), avait été confiée à sieur Jean NZAMBE NYEMBA, un ingénieur issu de l’Institut supérieur des techniques appliquées, ISTA et, jadis, professeur à l’Institut technique professionnel, ITP BOSEMBO du quartier VII /N’Djili. « La situation que nous déplorons est relative à une défaillance d’électricité, comme l’ont établi les premiers éléments de l’expertise du génie militaire, dépêchée sur les lieux de l’incendie. Il est maintenant question que le conducteur des travaux d’installation soit retrouvé, pour que justice soit faite. Car dans le contrat du travail, il a été clairement établi que toute incident pouvant survenir immédiatement à l’occupation de l’ouvrage par la famille, serait attribuable à la main-d’œuvre. Et dans le cas d’espèce, c’est une installation ratée », a confié à la presse un membre du collectif d’avocat, se refusant à tout commentaire.

Kinshasa serait-elle devenue la ville des ingénieurs et des incendies ?
Il y a peu,  une défaillance du courant a décimé, dans des circonstances similaires, une maison d’habitation sur l’avenue Lukeni, au croisement avec l’avenue Kimwenza au quartier Yolo nord, dans la commune de Kalamu. Dans la commune de Matete, le complexe commercial SOMIDA situé à proximité de la maison communale, a pris feu. L’expertise dépêchée à cet effet a établi une défaillance ayant tiré sa source du schéma d’alimentation électrique. Des cas sont légion à Kinshasa, à chaque commune ses scènes d’incendie. Et ce qui laisse comprendre un paradoxe. Car tout jeune diplômé des humanités techniques se fait passer pour un ingénieur. Ceci prend de l’ampleur, dans un contexte où la Société nationale d’assurance, SNEL laisse faire, faute de remplir de réunir les moyens de sa politique.                                                                                                                                                                « Nous déplorons l’implication anticipative de militaires dans une affaire tout à fait civile. Car dans la précipitation de dénicher l’ingénieur Jean NZAMBE NYEMBA, des hommes en uniforme ont posé des actes illicites, et soumis à un traitement inhumain quelques personnes trouvées sur les lieux. L’épouse de l’intéressé, la bonne et un chauffeur ont été grièvement blessés à la suite d’échauffourées. Ils devraient être relaxés, car l’infraction est individuelle, selon les lois du pays ». Nos », a marmonné le propriétaire de la parcelle où habite l’ingénieur incriminé.

Quand est-ce qu’on peut parler d’une installation ratée ?

Un ingénieur civil électricien formateur et responsable d’école a accepté d’apporter de la lumière à ce sujet : Il y a plusieurs paramètres pour qu’on parle d’une installation ratée. J’évoquerais trois paramètres : lorsque l’électricien a mal connecté le fil conducteur ; au niveau de la répartition des puissances ; le mal positionnement des appareillages.                                                                                                             Un de ces paramètres peut se révéler facteur causal d’un incendie. Il est entendu que l’électricien ne peut remettre l’ouvrage au propriétaire, avec une installation non sonnée. Une installation sonnée revient à dire que l’installateur doit contrôler ses circuits. Il doit constamment se demander : est-ce que je n’ai pas encore de difficultés quelque part que je n’aie vérifiées ? Si des difficultés persistent, en sonnant, il va vite s’en rendre compte. Il devra alors y remédier avant de lancer l’énergie électrique. Le maître d’ouvrage a la possibilité de se rendre compte d’une installation biaisée

Il peut placer la fiche d’un appareil radio ou d’un poste téléviseur et que cela n’allume pas. C’est alors qu’il se rendra compte qu’il y a un mauvais raccordement au niveau de la fiche.

(Bernardin Matoko)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse