Importation des matériaux et équipements

par -
0 546
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouvernement évalue le régime des exonérations accordées au titre du Code des investissements

Au micro, Modeste Bahati, ministre de l’Economie et porte-parole de la Troïka

Dans le cadre des stratégies visant à accroître les recettes publiques, en constante diminution, la Troïka stratégique a exhorté les Ministères du Plan, de l’Economie et des Finances à mettre en place des équipes conjointes de contrôle de destination des matériaux et équipements importés sous le régime des exonérations accordées au titre du code des investissements. Par ailleurs, concernant quelques mouvements des creux, ils ont été vite comblés par le paiement des échéances fiscales et ceci a réduit le déficit prévisionnel.

Comme chaque lundi, le Gouvernement de la République que dirige le Premier ministre Matata Ponyo a évalué la situation économique et financière sur le plan national et international. Sur le plan international, surtout en Afrique, il est constaté que la compression des dépenses publiques induite par la baisse des cours des matières premières pourrait occasionner un ralentissement de la croissance en 2016 de presque tous les pays exportateurs du pétrole de la région Moyen-Orient et Afrique du nord. A cet effet, le FMI indique que ces pays doivent réduire leur dépendance à l’égard du pétrole et accélérer la mise en œuvre des réformes notamment celles destinées à promouvoir la diversification de l’économie et la croissance du secteur non pétrolier. Il est aussi permis d’observer, s’agissant de la croissance mondiale, qu’elle est toujours morose. Il est même prévisible que pour l’Afrique, la croissance va être impactée négativement à la suite de la baisse des produits de base tels que le pétrole et les autres minerais.

Par ailleurs, au 28 avril 2016, sur le marché des matières premières, il est noté des divergences quant à l’évolution des prix. En effet, le cours du cuivre était en baisse de 0,14% ; la tonne métrique ayant été vendue à 4.931,00 USD contre 4.938,00 USD au 22 avril. Par contre, l’once d’or a enregistré une légère hausse de 0,22%, son prix étant passé de 1.245,65 USD à 1.248,44 USD. En ce qui concerne le cobalt, il est observé une variation nulle de son prix qui s’est maintenu à 23.509,93 USD.

Les prix du pétrole quant à eux, ont poursuivi la hausse au 28 avril 2016 sur les deux marchés. A Londres, la hausse était considérable, soit 6,72%, le prix du baril s’étant négocié à 47,90 USD contre 44,89 USD. Tandis qu’à New-York, il est enregistré une légère hausse de 1,97%, le baril y étant vendu à 46,02 USD contre 45,13 USD au 13 avril 2016. S’agissant des produits céréaliers, au 28 avril 2016, à l’exception du blé, les prix de deux autres sont en hausse, se présentant comme suit : a) 475,50 USD/tonne (-4,08%) pour le blé ; b) 10,74 USD/tonne (+0,66%) pour le riz ; et c)  142,28 USD/tonne (+0,65%) pour le maïs.

Les chefs d’entreprises reprennent confiance

Au niveau national, il y a lieu de noter qu’en mars, il est observé une reprise de la confiance des chefs d’entreprises sur l’évolution de la conjoncture de l’économie congolaise, comparée à janvier et février. Pour illustration, le solde global brut d’opinions du mois de mars 2016 s’est situé à +0,8%, contre -4,7% en février 2016.

En ce qui concerne le cadre macroéconomique, les indicateurs attestent d’une stabilité qui se consolide, avec le rythme de décélération des prix intérieurs et de ralentissement de la dépréciation du franc congolais : le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,019% (-0,033 point). En cumul, l’inflation a atteint 0,489%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent  à 1,502% pour un objectif de 3,4% ; Sur le marché de change, les dépréciations se contiennent davantage. Au 29 avril 2016, elles étaient à 0,16% et 0,05% respectivement sur le marché indicatif et au parallèle, où le taux était à 949,49 CDF/USD, et 978,33 CDF/USD. Il convient de souligner que comparativement à fin décembre 2015, le taux sur ces deux marchés ont enregistré des dépréciations de 2,3% et 3,8%. Mais des efforts se poursuivent pour raffermir et consolider le Franc congolais ; Les réserves internationales, au 26 avril 2016, étaient à 1.205,64 millions USD, couvrant 5,34 semaines d’importations des biens et services ; Le taux directeur de la Banque centrale du Congo demeure à 2% au 29 avril 2016, avec une marge positive de 0,888 point.

Au chapitre des finances publiques, au 29 avril 2016, le solde du plan de trésorerie du secteur public est négatif de 58,862 milliards CDF, contre un excédent mensuel projeté de 61,198 milliards CDF. Ce solde est consécutif aux recettes de 301,785 milliards CDF (soit 70% de projections), et aux dépenses de 360,647 milliards CDF (soit 98% de projections). En cumul annuel, le compte général du Trésor est déficitaire de 131,391 milliards CDF.

Par ailleurs, le Gouvernement précise que tout est sous contrôle. « Il y a eu quelques mouvements des creux, mais qui ont été vite comblés par le paiement des échéances fiscales et ceci a réduit le déficit prévisionnel », a expliqué Modeste Bahati Lukwebo, ministre de l’Economie nationale, avant d’ajouter que pour ce qui est des réserves au niveau des avoirs extérieurs, même niveau que la semaine dernière.

Jean-Marie Nkambua

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse