Immunités levées: L’étau se resserre sur Kyungu wa Kumwanza

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des sources proches de l’Assemblée provinciale du Haut Katanga, il nous revient que les immunités parlementaires de l’opposant Gabriel Kyungu wa Kumwanza, qui est également coordonnateur du Rassemblement de l’opposition pour cette province, ont été levées. C’était au cours de la plénière organisée hier  mardi 27 décembre à huit clos, où douze députés sur les vingt-deux que compte l’hémicycle ont voté pour le « oui ». La conséquence est simple ! Désormais, le Procureur général de la République pourra, à n’importe quelle heure et n’importe où, se saisir de lui pour qu’il réponde des faits mis en sa charge.

Disons que cette décision fait suite au réquisitoire du Procureur général introduit au mois de juin dernier. Il accuse Kyungu wa Kumwanza d’avoir offensé le chef de l’Etat dans une conférence de presse tenue à Lubumbashi au mois d’avril de l’année en cours. Signalons que la plénière de la levée de l’immunité parlementaire de Kuyngu wa Kumwanza devrait avoir lieu le 12 décembre dernier. Elle a été rapportée au 27 décembre, suite à l’absence du concerné pour raison de santé. Vu que le concerné était cette fois-ci présent, l’Assemblée provinciale n’a pas trouvé d’inconvénient pour mettre cette question à son ordre du jour.

Il sied de souligner que Gabriel Kyungu est le responsable provincial de la plateforme de l’opposition « Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement» dans le Haut-Katanga. L’année passée, il avait quitté la Majorité Présidentielle avec d’autres personnalités, pour fonder ce que l’on appelle aujourd’hui le G7. Maitre Sonville Mukendi, porte-parole du Rassemblement des forces acquises au changement et avocat de Kyungu wa Kumwanza, fustige cette levée des immunités et pense que la procédure n’a pas été respectée. « Notre client n’a jamais été notifié pour sa comparution au niveau de l’Assemblée provinciale en ce qui concerne sa levée de l’immunité. Nous ses avocats, nous n’avons pas non plus été notifié », déplore Me Sonville Mukendi. Il indique que son client est prêt à se présenter devant la justice pour répondre de ses accusations. « Nous sommes prêts, nous allons comparaître devant cette justice par rapport aux griefs qui lui sont reprochés puisqu’il n’y est pour rien. Nous avons confiance à notre justice », affirme l’avocat de Gabriel Kyungu.

Ceci ne met pas en cause les travaux du Centre Interdiocésain

Il sied de souligner que la situation de l’ex-Gouverneur du Katanga ne peut en aucun cas perturber les travaux qui ont lieu en ce moment au niveau du Centre Interdiocésain, afin de toiletter le texte que les participants devront signer. Dans ce cas, comme dans celui de Moïse Katumbi ou d’Eugène Diomi Ndongala, il s’agit purement et simplement de l’application du droit privé qui veut  que lorsque quelqu’un se sent lésé, ou bien lorsqu’il a été victime d’une infraction, qu’il saisisse les juridictions compétentes pour que la justice lui soit rendue. C’est en ceci qu’il faut comprendre cet acte posé par l’Assemblée provinciale du Haut Katanga.

Quelle sera l’attitude du Rassemblement, signataire de l’accord de la Cité de l’Union Africaine, qui discute en ce moment avec les signataires de ce même accord ? Va-t-il crier à la mauvaise foi de l’une des parties aux discussions ? Telles sont les questions qui fusent de partout, lorsqu’on sait qu’il a été demandé au Gouvernement de la République de prendre quelques mesures de décrispation du climat politique. Une décrispation à comprendre différemment qu’on est du côté des signataires, ou de ceux qui n’avaient signé cet accord. Ne dit-on pas que tout se paye ici bas? Seul l’avenir nous en dira plus !

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse