Hormis d’autres causes des fibromes: Des recherches en gynécologie évoquent le vieillissement de l’utérus

par -
0 197

Faire le point sur des fibromes utérin, étant donné que plusieurs des petits soucis des femmes de partout qui peuvent d’ailleurs parfois devenir des gros soucis, semble persister dans l’opinion. Ces fibromes sont des tumeurs bénignes, non cancéreuses, qui se développent au niveau de la paroi de l’utérus. Plus de la moitié de femmes sont concernées. Il est aussi difficile d’estimer leur prévalence exacte, car 70 % de ces fibromes n’entrainent  aucun symptôme. Ils sont sans danger, mais quand ils prennent trop d’ampleur, ils peuvent devenir gênants. Ce, provoquant  des règles  trop abondantes des douleurs des problèmes d’infertilité et de sexualité. Le Dr Fernandez, gynécologue obstétrique répond aux préoccupations  de claire Hedon dans priorité Santé. Le gynécologue Fernandez qui définit un fibrome tout  simplement comme une tumeur lisse qui se développe autour de l’utérus, soit dans l’utérus. Il faut savoir globalement qu’une femme sur deux a des fibromes. Chez les femmes afro carraibaiennes, c’est huit femmes sur dix qui ont des fibromes. Ce qui veut dire que cette race est un facteur à risque. Au gynécologue d’ajouter que ces fibromes, n’est pas une maladie simplement, mais un état de vieillissement de l’utérus, a-t-il ajouté. Cet état de vieillissement de l’utérus occasionnant des fibromes, peut ou ne peut pas avoir des symptômes. Dans ce dernier cas, les femmes peuvent bannir toute inquiétude sur cette pathologie, car aucun symptôme n’est visible. On peut trouver le fibrome chez une femme, mais si cette dernière va bien, cela ne nécessite aucun examen de surveillance spécifique. Aux questions des auditeurs à savoir si la présence des  fibromes peut empêcher  la conception d’une grossesse et comment peut-on éviter ces  fibromes ? Le gynécologue indique qu’à partir du moment où il y a un fibrome qui fait une empreinte dans la cavité utérine, cela modifie la fertilité. Pour des femmes désireuses de concevoir, elles  doivent se faire retirer des fibromes, à l’aide des mécanismes appropriés, de façon  à restituer  la cavité utérine pour une bonne conception d’une grossesse. Quant  à la question de savoir des mesures préventives des fibromes, le gynécologue montre qu’il n’y a pas des mécanismes pouvant empêcher le grossissement de fibromes.

Globalement, il y a trois localisations des fibromes différentes. Il y a des fibromes  qui vont  avoir une empreinte dans la cavité utérine ; d’autres dans la paroi utérine et ceux qui vont se développer à l’extérieur de l’utérus.

Un fibrome utérin est une tumeur non cancéreuse, donc bénigne, de taille très variable, qui se développe à la surface ou à l’intérieur de l’utérus. Toutes les femmes peuvent être concernées, particulièrement entre 35 et 54 ans. De noter que les fibromes utérins ont parfois tendance à régresser avec la ménopause. Globalement, on estime que cette affection touche 30% des femmes passés 35 ans. A noter qu’il existe un facteur héréditaire : le risque de développer des fibromes est multiplié par 2 environ en cas d’antécédents de fibromes utérins dans la famille au premier degré, fibromes utérins chez la mère.

Les symptômes des fibromes utérins sont fréquemment liés aux cycles menstruels, c’est- à-dire qu’ils ont tendance à fluctuer à chaque cycle. Cela dit, ils sont aussi très variables d’une femme à une autre : saignements menstruels abondants et prolongés ;  ballonnement, sensation de pesanteur au niveau du bassin ; douleurs dans le bas-ventre ; envie fréquente d’uriner ;  douleurs lors des rapports sexuels.

(Mamie Ngondo)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse