Hold up confirmé: Bruno Mavungu chassé du parti

par -
0 1450
Quelques jours avant sa nomination, Etienne Tshisekedi en tête à tête avec le nouveau Secrétaire Général de l’Udps Jean Marc Kabund a Kabund. Ph/Tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La scène politique est en train de changer. La vieille classe politique s’agite et des acteurs se pourchassent les uns les autres en faveur des positionnements mesquins. Qui l’eut cru, lorsque dans les colonnes de l’édition n°6439 du Mercredi 10 Août 2016, titrée : Les combattants roulés « L’UDPS a été vendue. A qui et Pourquoi » ?

Dans les mêmes colonnes, le Quotidien avait affirmé ce qui suit « Les dernières évolutions de la scène politique apportent une nouvelle confusion dans les milieux intéressés à la chose publique congolaise. Dans la forme, l’UDPS s’est toujours présentée comme un parti politique. C’est-à-dire, une organisation appartenant à ses adhérents et gérée comme un bien commun par des cadres et dirigeants. Sur le fond, il apparaît de plus en plus clair, depuis un certain temps, que ce parti s’est complétement éloigné de ses objectifs premiers, rappelés ci-dessus, pour devenir un bien privé appartenant à la seule famille biologique d’un de ses fondateurs.

Les idéaux ont été dévoyés ; les cadres, adhérents et militants, n’ont plus voix au chapitre. Seule la famille du leader accapare toute initiative. Un des anciens cadres a d’ailleurs porté plainte en Belgique, pour protester contre cette dérive et dénoncer les changements introduits dans les statuts », fin de citation.

Aujourd’hui, le mystère caché est dévoilé au travers la scène qui s’est passée hier jeudi 11 août 2016 au siège de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS et sera inscrite dans les annales de ce parti. Au faite, le Secrétaire général de ce parti, le Ne Kongo Bruno Mavungu a été chassé du parti comme un malfrat.

Une surprise pour les combattants ou une consécration couronnée de l’ingratitude ?

L’UDPS, coquille vide

Depuis un certain temps, il s’observe dans le chef de ce parti des tendances très divergentes quant à la conduite politique de l’UDPS qui se vide de ses cadres et autres membres, cédant du fait même aux ambitions démesurées d’une certaine famille et/ou individu.

En réalité, le départ de Bruno Mavungu de l’UDPS est un arbre qui cache la forêt. En ce sens que l’UDPS a été bel et bien vendue au richissime Haut Katangais, Moïse Katumbi Chapwe. Tous les scénarios montés par les cadres de l’UDPS, entendus membres de la famille biologique d’Etienne Tshisekedi aux préalables conditionnant sa participation au dialogue, ne sont que les manifestations de la vente du parti dont Moïse Katumbi ne cesse de diriger de loin. La présence même de son grand-frère ainé, Raphaël Katebe Katoto aux côtés d’Etienne Tshisekedi, durant son séjour belge pour des soins médicaux, confirme ce qui vient de se produire à l’instant, au sein de l’UDPS avec le départ de Bruno Mavungu. Ces Katangais ne voudraient ni voir ni sentir un contrepoids au sein de leur cher parti qu’ils ont acheté. Ainsi, la manière la plus belle de faire asseoir leurs assises et contrôle sur leur parti, le nouvel acquéreur a commencé par écarter l’ombre de Bruno Mavungu. Ce dernier, l’a si bien dit, lorsqu’il sort du siège humilié : « Je le savais… Malheureusement l’UDPS s’est écartée de son combat ; l’UDPS n’est pas une entreprise commerciale, ni une entreprise privée ni un bien privé d’une famille.. »

Ces propos témoigne bien ce que le Quotidien L’Avenir a écrit dans ses colonnes « En effet, ce qui se passe actuellement à l’UDPS ne concerne pas que les cadres, militants et adhérents, de cette organisation. Ils se montrent d’ailleurs complétement désorientés. Depuis la vente de son parti, Etienne Tshisekedi a fait un virage à 190°. Pour preuve, ses propos sur le dialogue ont brutalement changé après la vente du parti… Contre toute attente et sans ménager la santé de ses sympathisants, le Président de l’UDPS, changea de discours après Genval. Dans son meeting du 31 juillet 2016, il fit volteface et s’opposa au dialogue comme dans ses habitudes légendaires. La situation de ce parti devrait interpeller tous les Congolais désireux de voir notre pays se construire sur des valeurs autres que la simple recherche d’un enrichissement égoïste. Si l’on vend son parti, il est clair que l’on peut vendre aussi le pays. N’avons-nous pas raison lorsque dans les colonnes du Quotidien L’Avenir mentionnions « Dans tout ceci, le peuple congolais ne trouve jamais son compte si seulement si, certains aveugles ne cessent de soutenir les partis politiques dits populistes, n’ayant aucun encrage ni pignon-sur-rue, qui s’accrochent aux moindres faits et gestes du sphinx de Limete. Celui-ci jouant au radicalisme, pour attirer l’attention de la communauté internationale. Etienne Tshisekedi semble jouer sa dernière carte politique, étant donné le poids de l’âge et qui n’est pas moins susceptible de constituer un handicap politique sérieux aux prochaines échéances électorales ».

En 2005, l’UDPS Etienne Tshisekedi, lors des opérations d’enrôlement et même de vote de la Constitution, avait invité ses partisans à ne pas s’enrôler ni voter la Constitution. Cette dernière, fruit de Louis Michel et écrite en Belgique, dénonçait l’UDPS. Cette attitude lui a valu d’énormes préjudices, du fait que le Sphinx de Limete s’était écarté pendant 5 ans de la gestion du pays. Il fallait l’attendre, lui qui respecte ses principes, rééditer la même chose en 2011. Malheureusement pour lui, il s’est lancé dans la course électorale affaibli par le poids de l’âge, sillonnant les grandes villes tels les chefs-lieux des provinces, sans atteindre les fins fonds de localités.

Contre toute attente, l’homme s’autoproclame Président de la République, créant par ricochet, une crise personnelle de la course au pouvoir ce, avec la bénédiction de l’Eglise Catholique et certaines organisations. Du coup, l’impasse se crée au point d’exiger le dialogue entre le pouvoir et l’opposition. Cette dernière selon son incarnation. Dans cette confusion, l’homme au rendez-vous manqué, affaibli par son poids de l’âge et quelques ennuis de santé, s’en va pour la Belgique en soins médicaux.

L’UDPS se divise

Deux ans durant, rétabli, il regagne le pays avec espoir que cette fois- ci, Etienne Tshisekedi a la conviction de participer au dialogue. Adulé, les combattants et autres membres ignorant que leur parti avait été vendu au richissime Katumbi, avec la bénédiction de son grand frère Raphaël Katebe Katoto qui a injecté des billets verts pour le rétablissement du sphinx. Ce dernier, à une vitesse de 360°, rejette la facilitation exigée et obtenue de la Communauté internationale. Ainsi donc, pour bien contrôler le parti, les frères Soriano font injecter du poste de secrétariat général, Bruno Mavungu, Secrétaire général du parti, au profit d’un inconnu Jean Marc Kabund a Kabund. Celui-ci serait le Président du Conseil fédéral de l’UDPS Haut Lomami, méconnu de Kamina comme membre de l’UDPS, ni comme habitant dans la Ville de Kamina ; très proche de Moïse Katumbi Chapwe. Selon les indiscrétions, en date du 05 Août, Jean Marc Kabund a rencontré Félix Tshilombo Tshisekedi et le 06 août, il rencontra Etienne Tshisekedi et enfin 5 jours après, il est nommé Secrétaire Général du parti.

Le départ et/ou le remerciement en monnaie de singe de Bruno Mavungu a créé des divisions au sein du parti. L’UDPS s’affiche comme un parti tribal ou mieux un bien privé. Et ce, après qu’Etienne Tshisekedi ait écarté tous ses anciens collègues qui ont lutté ensemble, dont certains ont quitté la terre des hommes au prix de la lutte sans gain de cause. Lui, il s’affiche en Tout puissant président du parti.

La scène qui a suivi le départ de Bruno Mavungu est atypique à l’UDPS. Le camp Mavungu s’est affronté au camp Félix Tshilombo Tshisekedi. Les injures fusaient dans tout le sens contre le fils Tshisekedi qui a joué à la partition du parti avec cette nomination d’un inconnu, proche de Moïse Katumbi. L’Avenir, votre Quotidien confirme réellement la vente du parti à Moïse Katumbi et qu’Etienne Tshisekedi joue à sa propagande masquée, craignant au passage la furie de ses combattants qu’il a su former et dompter en inciviques contre la République et leurs autorités.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse