Hier un rêve, aujourd’hui une réalité: Les Barrages de Kakobola et Katende bientôt opérationnels

par -
0 261
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Deux barrages supplémentaires, en plus du Grand Inga sont sur la voie d’être opérationnels. La République Démocratique du Congo, est un pays potentiellement énergétique qui souffre de déficit criant, pour plusieurs raisons, dont les plus essentielles est la vétusté de matériels, le manque d’entretien mais également l’expansion de la Ville qui accroit en nombre démographique. Pour toutes ces raisons, la SNEL qui a le monopole en la matière n’arrive pas à desservir l’ensemble de la République.

Soucieux de répondre aux attentes de la population qui, l’énergie électrique dans d’autres provinces est quasiment si pas absente mais inexistante. Le cas de le dire, sont les provinces issues de l’ancienne Bandundu et Kasaï Occidental qu’Oriental. Ceci dit, le développement industriel dans ces provinces ne peut en aucun cas connaitre son expansion. D’où, le chômage et manque d’emploi deviennent monnaie courante.

Pour pallier à ce déficit tant énergétique que de l’industrialisation, le Gouvernement de la République, à travers les 5 Chantiers de la République avait signé le partenariat avec les firmes indiennes pour la construction de ces deux barrages susceptibles de booster l’économie et le social dans ces provinces citées ci-haut.

La bonne nouvelle vienne du vice-ministre de l’énergie, Prince William Mishiki. Ce dernier s’est confié à la Rédaction du Quotidien L’Avenir pour donner la réponse tant attendue aux préoccupations de la population et des partenaires économiques, après sa mission officielle en Inde, l’un des partenaires privilégiés dans la construction des lignes, des réseaux et associés de Kakobola.le vice-ministre Prince William Mishiki a affirmé que la Construction de la Centrale de Kakobola presque terminée depuis 2016, indique par ailleurs qu’à l’issue de la réunion avec les partenaires indiens, la date du 01 septembre a été retenue pour lancer la première ampoule. « D’abord Kakobola parce que c’est une ligne qui sera érigée entre Kakobola-Gungu, Kakobola-Kikwit, Kikwit-Idiofa. Donc, les travaux étant déjà terminés, l’appel d’offre vient d’être lancé et l’ingénieur conseil sera élu fin mai, entre la Société WAPCOST et TATA. Une fois cela est fait, le 01 septembre ont aura la première lumière à Kakobola », nous a-t-il confié.

En ce qui concerne le Bararge de Katende, le vice-ministre à l’énergie Prince William Mishiki a indiqué que tout est fait, malgré que les travaux furent en arrêt pendant un moment, sinon les choses sont revenues normales puisque d’ici 15 mai en cours, la société NPCC qui a été choisie par les partenaires pour poursuivre les travaux. « Là, non seulement on va reprendre les travaux de génie qui sont aujourd’hui évalués à 55%, au même moment WAPCOST, une société indienne va poursuivre la construction des lignes électriques, c’est-à-dire le transport du courant électrique de Katende-Kananga, Katende-Tshimbulu et Katende-Mbuji-Mayi. Nous estimons que les travaux pourraient prendre 6 mois, partant du mois de mai en cours », a-t-il souligné.

Donc, pour le vice-ministre à l’énergie et Ressources Hydrauliques, d’ici septembre 2017, Kakobola sera opérationnel, et d’ici fin de l’année 2017, la province du Grand Kasaï aura réceptionnée   la première ampoule de Katende.

Cependant, le coût des travaux, a-t-il mentionné est évalué à 200 millions de dollars américains pour le Barrage de Katende, tandis que le Barrage de Kakobola, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo est en discussion par rapport à l’appel d’offre qui sera lancé d’ici deux semaines, nous avait-il confié.

Toutefois, il a été fait mention que 70% de ces fonds proviennent de prêts avantageux de 5 années d’observation et 30% sur fonds propres du Gouvernement de la République Démocratique du Congo sur les deux projets à impact visible et économique industriel.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse