Hier dans son cabinet de travail: E. Shadary préside une réunion sur la sécurisation du processus électoral

par -
0 391
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une réunion de haut niveau du Comité de pilotage du processus électoral a été présidée mardi dernier par le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, du reste reconduit dans le Gouvernement que va diriger le Premier ministre Bruno Tshibala. Réunion à laquelle le président de la CENI, Corneille Nangaa et son staff ont été conviés à faire le point du processus électoral en présence de hauts responsables de services chargés de la sécurisation dudit processus. Il en ressort que les opérations d’enrôlement des électeurs se déroulent très bien, que seulement les deux provinces du Kasaï et du Kasaï Central, y compris les deux territoires de la province de Lomami, ne connaitront ces opérations que quand la sécurité sera totalement rétablie. La question des élections dans les provinces où les gouverneurs ont été déchus a été évoquée et que la CENI n’attendrait  que le signal du ministère de tutelle conformément à la loi. La CENI a profité de l’occasion pour plaider en faveur de l’implication de tous pour  des élections crédibles, apaisées et transparentes.

« Il s’agissait d’une réunion de pilotage et de sécurisation du processus électoral. Comme vous le savez, la CENI est entrain de mener à bien le processus d’identification et d’enrôlement des électeurs. Nous avons lancé sur le reste des territoires, mais nous avons plus ou moins sursit dans deux provinces, du Kasaï et du Kasaï-Central », a indiqué Corneille Nangaa. A cela, il faut ajouter les deux territoires de la province de Lomami, c’est-à-dire, Kamiji et Liulu où nous avons constaté quelques poches d’insécurité. Aujourd’hui, ajoute-t-il, chacun devra jouer son rôle. Il  était question de faire pression sur le Gouvernement, tout en reconnaissant les efforts déjà fournis pour le processus de sécurisation de cette zone. Il était question de demander au Gouvernement  de poursuivre cet effort pour que dans cette  zone on enrôle comme on est entrain de le faire dans d’autres provinces. La question fondamentale qui va se poser, qu’est-ce que ce phénomène Kamwina Nsapu ? Il faut que tout le monde travaille, il faut stabiliser la zone, sécuriser l’espace et procéder à l’enrôlement. Et ce, dès que la situation se stabilise. On a retenu des actions à prendre, dont entre autre l’évaluation au niveau de Kananga, Tshikapa et Mwene-Ditu la semaine prochaine.

Une semaine pour déposer les armes

Dans la province du Kasai, le Gouverneur a publié une note circulaire le 08 mai dernier, et selon laquelle, toute personne détenant une arme de guerre ou de fabrication locale, tout autre arme blanche sans détenir au préalable un permis de port y relatif délivré par le service compétent, est appelée à passer librement les rendre aux CIAT et Sous-CIAT/PNC des territoires et secteurs de la province du Kasaï, auprès de chef de groupement, chefferie et chef de village n’ayant pas été impliqué dans les actes et pratiques magico-fétichistes. Cette opération de remise volontaire des armes de guerre et armes blanches n’est pas liée à aucune redevance et est totalement libre dans le délai d’une semaine. Dépassé ce délai, il sera procédé à la récupération forcée des armes suivie des réprimandes et lourdes peines à l’endroit de tout récalcitrant. Le Gouverneur de province lance cet appel motivé par son ardent souci de rétablir l’autorité de l’Etat et de pacifier toutes les entités du Kasaï et mettre ainsi fin au terrorisme imposé au Kasaï par les inciviques sous le faux label de feu chef coutumier Kamuena Nsapu.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse