Hier au jardin des Premiers

par -
0 599
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Matata Ponyo parraine l’Expo Jeunes Congolais et Agro business

Hier dans le jardin des Premiers, le Premier ministre Matata Ponyo a parrainé l’Expo Jeunes Congolais et Agro business, une occasion pour les jeunes agro entrepreneurs venus du Nigeria, de Bukavu, de Kisangani et de Kinshasa, et encadrés par l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) d’exposer devant le public congolais des hauts rangs du pays des produits dérivés du manioc et du soja. C’était en présence de quelques ministres sectoriels et des invités de marque.

Dans son mot, le Premier ministre a indiqué que le secteur agricole fait partie de la vision du président de la République qui vise à assurer une certaine révolution dans la marche vers la modernité, dans la marche vers l’émergence et le secteur agricole constitue l’un des secteurs clés de cette révolution. Pour lui, l’organisation de cette exposition est effectivement l’expression d’un engagement fort du chef de l’Etat, de son Gouvernement et du Premier ministre, surtout des ministres sectoriels engagés dans ce domaine.

Les défis à relever à travers l’approche agricole, c’est davantage l’inclusivité de la croissance.  Et lorsque nous tous savons que la majorité de la population est rurale, et que le secteur agricole contribue de manière durable à la formation de notre PIB, il va de soi que la mise en œuvre du secteur agricole va de soi et rend beaucoup plus inclusive la croissance. En effet, en regardant de près la contribution des différents secteurs dans la formation du PIB, on constate que la place qui revenait à l’agriculture dans les années 70, n’est pas celle-là aujourd’hui.

Pour rappel, le secteur agricole était le secteur le plus important qui contribuait dans la formation du PIB dans notre pays. Aujourd’hui, nous attachons une attention particulière au secteur agricole, mais nous ne pouvons pas le faire sans la recherche. C’est pour ça que nous travaillons avec ITEA pour son engagement, pour la recherche au profit du secteur agricole.

Au lieu de produire 4.000 tonnes, je ne sais sur quel nombre d’hectares, nous pouvons en produire 12 ou 20 sur le même nombre d’hectares. Comment passer d’un pain produit totalement avec la farine de blé, à un pain fabriqué soit partiellement avec la farine de manioc ou totalement ?, se demande le chef de l’exécutif congolais, qui ajoute que ceci a un impact non seulement sur l’emploi, le chômage, mais aussi sur la gestion macro-économique. Parce que quand on importe le blé, ce sont les réserves de changes et si on utilise le maïs, c’est-à-dire qu’on n’importe pas une partie concomitamment. Donc, il y a un impact sur la vie de la gestion macroéconomique.

Il a terminé par rassurer de l’engagement du Gouvernement à persévérer sur cette voie de la diversification agricole et l’importance qu’il attache au secteur agricole telle que voulue par Joseph Kabila. « Nous devons faire du secteur agricole, un des secteurs clés de l’émergence de notre économie. Avec un peu plus de 75 millions d’habitants, avec plus 1,5 milliards d’importations des produits alimentaires annuellement, pour un pays où tout peut pousser, nous n’avons pas le droit d’importer les tomates, les pommes de terre, le piment, les oignons », affirme-t-il.

Des jeunes capables à se prendre en charge

Pour le Dr. Mahungu Nzola, Représentant IITA en Rd Congo, ces jeunes regroupés comme agri preneurs, sous l’encadrement de l’IITA deviennent plus dévoués à apprendre des notions de business en agriculture sur toute la chaîne de valeur, allant des semences améliorées jusqu’à la transformation des produits, voire même leur commercialisation. Cette exposition peut faire voir de quoi ces jeunes sont devenus capables au bout d’une année de formation. Et les produits exposés  sont préparés de leurs propres mains, certains d’entre eux initient des activités individuelles pour se rendre de plus en plus indépendants.

Disons que l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) est un centre international de recherche pour le développement à but non lucratif créé en 1967, gouverné par un conseil d’administration et supporté essentiellement par le Groupe consultatif pour la recherche agronomique (CGIAR). L’IITA avait initié ses activités en Rd Congo en 1974 avec un projet de renforcement des capacités de l’INERA dans son programme national manioc (Pronam) pour conduire la recherche pour le développement avec la présence des chercheurs internationaux.

Disons que l’incorporation de la farine de manioc dans la fabrication du pain et autres produits alimentaires pourra permettre une industrialisation de la culture pour sa transformation en produits divers et créer par conséquent un grand marché permanent pour les producteurs du manioc frais, pourvoyeurs de la matière première. Ce qui pourra booster la culture en milieu rural et contribuer à la réduction de la pauvreté dans les sites de production, en passant de l’agriculture de substance à une culture commerciale. En outre, la proportion de la farine panifiable du manioc (produit sur place) qui sera incorporée à la fabrication du pain, pourra réduire la quantité de la farine de froment à importer, d’où une économie des devises.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse