Hier à la Place Sainte Thérèse: Le meeting de l’opposition se termine en queue de poisson

par -
0 2209
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Dynamique de l’opposition congolaise, regroupant plusieurs partis politiques, a mobilisé ses partisans pour un rassemblement sur la Place Sainte Thérèse à Ndjili, hier le 15 septembre 2015. Après un bon déroulement de cette rencontre, un désordre a éclaté à la fin qui n’a pas permis à Gabriel Mokia de chuter en douceur dans son adresse.

A 10 heures déjà, il y a eu une véritable mobilisation dans l’Est de la capitale. Sur la place Sainte Thérèse, ce meeting a permis à plusieurs partis politiques de l’opposition de se manifester au vu de tous pour mobiliser sur plusieurs thèmes.

L’Unc, le Mlc, Ecidé, Envol, Set, Fonus, Rcd/kml, Scode, Cdd, Dc, Rcdn, Cder, Mdco, Mpp, … tous ont porté des t-shirt où l’on pouvait lire sans effort, « non au glissement ». Après quelques animations musicales, qui ont commencé vers 14 heures, devant une foule qui agitait des drapelets selon la formation de sa provenance, le modérateur, l’honorable Ewanga va donner à la première la parole.

Eve Bazaiba du MLC va commencer tout d’abord par remercier les Congolais surtout les « bana Tshangu » pour avoir répondu massivement à ce rendez-vous. Et de rappeler qu’il est temps que, « nous soyons vigilant pour l’avenir de notre pays ». Tout en brandissant la constitution de la République, elle a signifié que les dirigeants actuels sont tenus à le respecter à la lettre.

Coup chapeau à la Police

A son tour, Vital Kamhere, président de l’UNC, devant le public brandissant une constitution cadenassé, a insisté sur la date du 27 novembre 2016, « la date fixée pour les élections présidentielles en RDC et le 20 décembre 2016, la date de la passation pacifique du pouvoir entre le président élu et le sortant ». Dans son speach, très applaudi, il a félicité la fronde de la majorité qui a adressé une récente lettre au chef de l’Etat justement allant dans le sens de leur combat. « Il est normal que des filles et fils pensent positivement pour leur pays quelque soit leur appartenance politique. A ceux-là, a-t-il ajouté, à l’opposition congolaise, il y a des places pour tout le monde.

Martin Fayulu, Gilbert Kiakuama, Ingele Ifoto, Jean-Claude Mvuemba, Joseph Olengakoy,… se sont succédé au micro avant d’arriver au tour de Gabriel Mokia, très réclamé et applaudi. Son entame s’est passée normalement avant de voir une vague humaine fuyant et venant de droite à gauche du podium. Après des messages au calme lancé, les sympathisants de l’opposition se sont retournés pour affronter les fauteurs de troubles. Bilan : deux « pombas », entendez, « les hommes forts » sans vie et deux autres à l’agonie transportés par la Police nationale, qui du reste, avec la présence du Colonel Elvis a su calmer la tension sans balle ni gaz lacrymogènes. Les ténors de l’opposition politique ont saisi un petit moment d’accalmie pour s’éclipser petit à petit pour vider le podium.

Juste après ces agitations, nous avons approché certains témoins sur place, qui n’ont pas manqué des mots pour dénoncer ce qu’ils ont considéré comme la présence d’un gang composé d’une dizaine de personnes armées de machettes et pierres qui ont voulu s’incruster dans la manifestation pour créer de la zizanie. Et à la source de confirmer que les autres ont pris la poudre d’escampette, mais ceux qui ont été appréhendés par les militants ont reçu des coups de poings, bambous et planches servant de soutien de drapeau et sont grièvement blessés ; ensuite transportés par les éléments de la Police. C’est dans cet imbroglio que cette rencontre a pris fin, laissant des groupuscules derrière elle.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse