Hier à Kinshasa: Matata Ponyo préside la réunion du comité de pilotage de la décentralisation

par -
0 661
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est en sa qualité de président du comité de pilotage de la décentralisation que le Premier ministre Matatat Ponyo Mapon a présidé cette réunion. Appelé à rendre compte à la presse, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab a indiqué qu’il est prévu que tous les trois mois, que le Premier ministre reçoive ce comité pour faire le point et aujourd’hui, cinq points ont été présentés par le ministre d’Etat en charge de la Décentralisation.

« Nous les avons débattu, nous avons arrêté des recommandations et l’application va se faire à plusieurs niveaux », dit-il, avant d’ajouter qu’il est des recommandations qui doivent être appliquées directement par le ministre, ainsi que par le Gouverneurs de provinces. D’autres recommandations nécessitent qu’il y ait des lois et là, les projets présentés par le ministre d’Etat en charge de la Décentralisation et Affaires coutumières ont été acceptés et seront déposés à la commission des lois pour la finalisation.

Disons qu’il a été également fait le point sur le projet de loi portant répartition des sièges en ce qui concerne les élections locales et municipales. Et ce projet a été déjà déposé à l’Assemblée nationale. Ce projet constitue l’une des 23 contraintes relevées par la CENI, lors de la publication, le 12 février 2015, de son calendrier électoral global. « Il était question que les membres du Gouvernement et particulièrement le ministre en charge de l’Intérieur et celui en charge des relations avec le Parlement disent au Premier ministre à quel stade nous nous trouvons », di-il.

Disons que le fait que la loi qui organise les élections n’avait pas été promulguée avec ses annexes est dû au fait qu’au moment de la promulgation, les opérations de stabilisation des ETDD ainsi que celles portant fiabilisation du fichier électoral étaient en cours. Avec les données ainsi récoltés de ces opérations, affirme Evariste Boshab, il s’avère nécessaire de présenter le projet de loi qui fixe les circonscriptions électorales et répartit les sièges par commune d’une part et, par secteur ou chefferie et par groupement à l’intérieur des secteurs ou chefferies, d’autre part.

Ceci dit, la répartition des circonscriptions électorales tient compte de l’évolution du nombre de villes et de communes qui passe de 97 à 603 communes en conférant le statut de ville et de communes à certaines agglomérations des provinces ; et de 21 à 98 villes. « Quant au nombre de secteurs et chefferies, la RDC en regorge respectivement 471 secteurs et 263 chefferies, comprenant un total de 5635 groupements. Dans cette hypothèse, pour l’élection des Conseillers municipaux, le nombre des sièges par commune varie de 9 à 18 pour une commune en fonction du nombre d’électeurs enrôlés. Pour l’élection des Conseillers de secteur ou de chefferie, le nombre des sièges varie de 7 à 13 pour un Conseil de secteur ou de chefferie en fonction du nombre d’électeurs enrôlés. Toutefois, pour cette élection, une deuxième répartition des sièges se fait par groupement à l’intérieur de chaque secteur ou chefferie, pour garantir la représentativité de chaque groupement au sein du conseil », indique le patron de la territoriale.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse