Hier à Kinshasa: Célébration du 57ème anniversaire de la proclamation de la République Centrafricaine

par -
0 584
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La colonie centrafricaine vivant à Kinshasa et quelques amis congolais se sont retrouvés le mardi 1er décembre 2015 à l’Ambassade de la République Centrafricaine pour fêter comme il se doit, le 57ème anniversaire de la proclamation de cette République frère. Au paravent, dans la matinée, il y a eu la levée de couleur (drapeau) présidée par le Chargé d’affaires, M. Welson Noël Dambe. Dans une remarquable improvisation, ce dernier a dit que le 1er décembre 1958 au 1er décembre 2015, cela fait exactement 57 ans depuis la proclamation de la République Centrafricaine. C’est-à-dire le passage de l’Oubangui Chari à la République Centrafricaine (RCA), qui initialement regroupait quatre pays, à savoir : le Tchad, le Congo, le Gabon et l’Oubangui-Chari avec Brazzaville comme capitale et l’emblème (bleu, blanc, vert jaune, le tout barré de rouge).

Devant le refus de ses paires, le Président Barthélemy Boganda était obligé de ramener au seul territoire de l’Oubangui-Chari. Après tous les maux qui gangrènent le développement de la RCA, c’est la jeunesse centrafricaine qui est mise en exergue, car manipulée par les hommes politiques aux ambitions égoïstes et partisanes. Pour conjurer ces fléaux qui freinent la RCA, le Diplomate Centrafricain l’exhorte la jeunesse à une prise de conscience, à la responsabilité et à la participation effective au développement du pays. Avec la venue de sa Sainteté le Pape François qui prône le pardon, l’amour divin, la tolérance pour la paix durable, en RCA, tout le monde doit s’impliquer.

Après le mot du Chargé d’Affaires de la RCA, l’assistance était conviée à une conférence-débat, intitulée : « L’apport de la jeunesse centrafricaine : diaspora centrafricaine en RDC dans le processus de la cohésion nationale et la paix en centrafricaine ». Selon le conférencier, M. Arnold Esatis Ngbagalet, l’importance de cette conférence est d’inciter un intérêt particulier chez la jeunesse centrafricaine vivant en RDC à militer par le moyen du dialogue afin de ramener la cohésion et la paix en RCA.

A en croire l’orateur, les causes et les facteurs de la déstabilisation des institutions centrafricaines sont variés et divers. Il a évoqué entre autres, la convoitise de richesses par les puissances occidentales, les élections mal organisées, l’ethnicisme, la mauvaise gouvernance, la marginalisation, la religion, le régionalisme, la haine viscérale et la soif du pouvoir a amené certains hommes politiques centrafricains à mettre le feu au pays.

Les moyens pour sauvegarder la cohésion et la paix

Le conférencier pense que c’est à travers un dialogue inclusif qui devrait réunir autour d’une table de négociation toutes les couches sociales confondues, permettant de sauver la situation du pays dans l’intérêt collectif. Après le dialogue, nous devons instaurer une démocratie, avec des institutions fortes afin de parvenir à un Etat de droit. La diaspora en RDC doit mettre tout en œuvre pour éradiquer les antivaleurs à savoir : l’égoïsme, l’ethnicisme, l’intolérance religieuse, la rébellion à répétition, la cupidité des politiques, etc. Comme toute jeunesse du monde, elle doit poser des actes pour ramener les fractions antagonistes sur la table des négociations en vue de privilégier l’intérêt collectif. Elle doit aussi changer la mentalité et poser des actes pacifiques, a-t-il conclu.

(BKS/Cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse