Henry Yav Mulang met en garde les Coordonateurs des projets défaillants

par -
0 366
Une vue du ministre lors de l’investiture du Gouvernement Samy Badibanga/Ph. Kokolo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

M.Henry Yav Mulang, ministre des Finances et Gouverneur pays de la Banque mondiale, a lancé hier à Kinshasa la revue de la performance des projets financés par la Banque mondiale en République démocratique du Congo. C’était en présence de M. Ahmadou Moustapha Ndiaye, Directeur des Opérations de la Banque mondiale, des coordonateurs des projets, des bénéficiaires et d’autres invités de marque. Cette revue placée sous le thème : « la mise en œuvre des projets financés par la Banque mondiale face aux défis de la crise économique », s’assigne comme objectif, non seulement de permettre de faire véritablement le bilan de la mise en œuvre des projets et de contribuer ainsi à l’amélioration de la performance des projets et par là, aux objectifs de développement et d’amélioration des conditions de vie des populations congolaise, mais aussi de permettre une meilleure appropriation de l’exécution de ces projets et une bonne prise de décision dans leur suivi.

« Mon souhait est qu’en partant tout à l’heure d’ici, chacun de nous se soit fait une idée la plus exacte possible des missions, du fonctionnement, du cadre d’intervention de la Banque mondiale », dit-il, a précisé le ministre des Finances, avant d’ajouter qu’il s’agit également pour nous de nous informer sur la taille et la composition du portefeuille de cette Institution financière internationale dont l’accompagnement nous est utile pour relever le défi de la stabilisation et de la relance de l’économie congolaise, auxquelles tient personnellement le Président de la République, Joseph Kabila Kabange.

Soulignons que dans ce contexte de crise économique que connaît la Rdc à la suite de la chute brutale des cours de ses principaux produits d’exploitation et ses conséquences sur ses ressources, il n’est pas superflu de réfléchir, avec un partenaire multilatéral aussi important que la Banque mondiale, sur la meilleure manière d’utiliser les fonds que cette organisation apporte au financement des projets de développement. Voilà pourquoi, pour le ministre des Finances, il s’agit concrètement d’échanger sur notre capacité à absorber, dans les délais contractuels, les ressources extérieures mises à notre disposition.

Quel rôle des projets financés par la BM ?

Dans son mot de circonstance, M. Ahmadou Moustapha Ndiaye, Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la Rdc, abordant la question du rôle des projets financés par la Banque mondiale face aux défis de la crise économique en cours,  a souligné que devant la baisse des recettes fiscales et de ralentissement de la croissance économique, il nous parait capital de garantir la poursuite des investissements de développement. Même si les efforts considérables ont été consentis pour la relance de l’éducation, de la santé, des infrastructures de transport et de l’agriculture, les défis restent encore importants compte tenu du déficit cumulé d’investissements conséquents dans la plupart des secteurs ; ce qui traduit par des indicateurs socio-économiques encore faibles en comparaison aux moyennes de l’Afrique Sub-saharienne.

« Fort de ce constat, je réitère mon appel de la revue précédente de mettre en place des mesures urgentes afin d’accélérer les décaissements et finaliser la mise en vigueur pour des projets dont les financements sont déjà approuvés par le Conseil d’administration du groupe de la Banque mondiale », précise-t-il. Il a par la suite donné le portefeuille de projets financés par la Banque mondiale en Rdc, qui est aujourd’hui constitué de 24 projets nationaux pour un montant total de 2,5 milliards de dollars Us auxquels il faut ajouter 2 projets régionaux pour un montant de financement de 1.14 milliards de dollars Us et 4 projets de l’initiative des Grands Lacs pour un montant total de 430 millions de dollars Us. Le montant total du portefeuille s’élève à plus ou moins 4.07 milliards de dollars. Disons que l’ensemble de ces projets présentent un solde disponible non décaissé de dollars 1,226.89 M pour les projets nationaux et dollars 486 M pour les projets régionaux, soit un total de dollars 1,708.57 M. Et pour l’année fiscale 2017 en cours, la Banque mondiale aura accordé un volume de nouveaux engagements chiffrés à 722 millions de dollars Us  (comprenant dollars 545 millions IDA et dollars 177 dons) contre 645 millions de dollars en 2016, soit une augmentation de 12%.

Jean-Marie Nkambua

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse