Hausse de prix du carburant à Tshikapa: La DGDA et la DGM sur le banc des accusés

par -
0 392
Le Gouverneur Marc Manyanga interpellé/Ph. d’archives
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les conducteurs des motos et les chauffeurs des taxis de la ville de Tshikapa, province du Kasaï se plaignent. Pour cause, un litre d’essence est passé dans l’espace de  trois jours de 1800 à 2500 Fc, voir plus dans certains coins. Les causes de cette hausse ne s’expliquent dans les rangs des pétroliers de la ville. Certains d’entre eux expliquent que ces derniers temps, Tshikapa est ravitaillé à partir de la bande frontalière en carburant à Kamako, Kandjanji  … Et le carburant serait devenu rare.

Joint au téléphone, le Secrétaire de l’Association des Operateurs pétroliers de ces localités et environs précise que cette hausse est la conséquence d’une tracasserie à outrance des operateurs pétroliers par les services de l’Etat opérationnels à la frontière. Selon M. Emile Ilunga, si la DGDA a augmenté les frais officiels à payer par bidon de 25 litres, la DGM, elle, a instauré une taxe illégale, soit un jeton frauduleux qu’impose le chef de poste de la DGM/Kamako.

Plusieurs sources concordantes sur place à Kamako affirment que cette pratique serait une instruction de la direction provinciale de la DGM/Kasaï. Chaque operateur pétrolier et ses porteurs sont obligés de payer mille Franc congolais par tête et à chaque mouvement de sortie du carburant contre remise d’un jeton sur lequel  aucune mention n’est indiquée, encore moins le montant versé, pas même le sceau du service percepteur qui est la DGM.

Découragés par cette pratique, les pétroliers ont décidé de sécher les transactions, ce qui explique la hausse du prix de carburant. L’Association des operateurs pétroliers de Kamako et environs demande aux autorités provinciales de s’impliquer pour mettre un terme à cette sorte d’enrichissement illicite au détriment de la Province, dans la mesure où la direction générale des recettes provinciales ne tire aucun profit de ce jeton.

Contacté à ce sujet, le Directeur provinciale de la Direction provinciale des migrations, dit que la presse n’a aucun droit de lui demander des explications et il ne traite pas avec les journalistes. M. Hilaire Kabaseke renchérit que, même certains responsables au niveau central, n’ont pas le pouvoir de lui poser pareille question.

(Lukengu Laurent/Tshikapa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse