Hanna Kel se défend : « Je suis en quelque sorte une œuvre d’art…»

par -
0 1294
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le tatouage chez les femmes existe depuis des millénaires. Selon les pays, les tatouages empruntaient des formes différentes et les significations étaient tout aussi variées. En Afrique noire, le tatouage dévoilait le statut de la femme. Certaines se faisaient délibérément tatouer afin de s’identifier comme prostituées.

Il y a certainement autant de coutumes qu’il y a de pays, mais aujourd’hui, qu’en est-il du tatouage dans la société congolaise ? Hanna Kel, journaliste et animatrice télé à la Radiotélévision du Groupe L’Avenir (Rtga/World), qui porte un tatouage sur son bras gauche, nous donne son point de vu. Aux cœurs sensibles, faites attention.

L’Avenir : Tu portes un tatouage sur ta main gauche, qu’est-ce qui t’as poussé à l’imprimer sur ton corps ?

Hanna Kel : C’est une conviction personnelle. J’ai toujours aimé avoir des marques de beauté dans mon corps. Je suis naturellement libre d’esprit et un peu anarchiste, c’est-à-dire que je fais ce qui est à faire. Et cela tant que ce n’est pas une infraction punissable par la loi, je le fais sans problème.

N’as-tu pas peur de ce que ce tatouage peut produire comme risque dans ton corps ? Avez-vous consulté votre dermatologue avant de passer à l’acte ?

Non, je n’ai pas directement consulté un dermatologue, mais j’ai utilisé la méthode manuelle qui est traditionnelle. Mais souvent on utilise un matériel professionnel, à l’exemple du laser.

Ce que tu as imprimé sur ton bras, c’est pour un temps donné ou pour toute la vie ?

C’est pour toute la vie.

Et si ta fille ose imprimer un tatouage sur son corps comme toi sa mère, quelle sera ta position?

Je vais la demander ses motivations, peut-être que c’est moi qui lui ai influencé à faire ça. Le plus important, c’est de savoir ses motivations personnelles, car moi j’ai mené des enquêtes pendant 6 ans afin de connaître les avantages et inconvénients du tatouage. Ma fille a une personnalité propre à elle. Elle a son indépendance et sa façon de fonctionner.

As-tu pensé à ta personnalité ?

Je suis une artiste née et en tant que journaliste, je travaille plus dans le domaine de la culture. Je me sens libre et je suis en quelque sorte une œuvre d’art. J’utilise mon physique comme une œuvre d’art. D’ailleurs, je suis une femme mariée et je l’ai fait sur permission de mon mari. C’était pendant notre période de fiançailles, soit un mois avant le mariage. J’en connais les tenants et les aboutissants.

Pourquoi as-tu accepté d’être tatoué sur la main ?

J’avais proposé à mon époux qu’on me le fasse ailleurs, soit au niveau de mon dos. Malheureusement, il a trouvé que c’était un point intime pour lui et je lui ai donné raison. Il ne voulait pas que la personne qui devait me tatouer puisse voir mon dos. C’est quelque chose qu’on fait de commun accord.

C’est quel dessin ?

Je ne veux pas choqué les sensibilités. Moi j’ai choisi un signe astrologique de la vierge.

Que penses-tu de l’aspect spirituel selon laquelle la personne tatouée communique avec le diable ?

Non, moi je vis dans un certain esprit de liberté. Je ne peux pas me mettre dans un carcan d’une religion quelconque, bien que ce soit écrit dans le livre des Lévitiques 19/28 (voir Bible). Alors qui veut me lancer la toute première pierre ? Et alors les hommes qui coupent leurs cheveux ou qui rasent leurs barbes, le même livre des Lévitiques défend cette pratique. Il est plus facile de fixer le regard sur les autres que sur soi-même. Je l’ai fait parce que j’ai une certaine liberté sur moi.

En tant que femme mariée, de quelle liberté faites-vous allusion ?

Celle dont mon mari m’a donné. Nous en avons parlé et il m’en a autorisé.

Es-tu du diable donc?

Ce n’est que les hommes qui les disent. Ce sont des acquisitions éducationnelles. Ça n’a rien avoir avec ce que vous dites. Vous le dites parce que dans notre culture, cette pratique est réprimée et condamnée, mais sous d’autres cieux, c’est normale.

Je vous propose de vous tatouer une autre place

Non, ce n’est plus important.

Peux-tu être un exemple pour les autres ?

Quand je passe à la télévision, je ne suis pas nue quand-même. Je vis dans des circonstances qui ne me permettent pas de choquer certaines intimités. Ça me permet de vivre mon plaisir à moi. Les grands esprits discutent des idées. Le problème, ce n’est pas de me regarder physiquement.

Quel message à ceux qui te lisent ?

Je ne peux pas donner des conseils. Je ne sais pas à qui je m’adresse, peut-être qu’à une personne qui a fait plus de choses plus que moi. C’est moi qui ai choisi de me faire tatouer. C’est à chacun de choisir ce qu’il veut.

(Propos recueillis par Bernetel Makambo )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse