Grossesse et Alcool : Un danger pour les fœtus

par -
0 845
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est depuis 1999 que l’humanité célèbre  le 9 septembre de chaque année, la Journée mondiale consacrée à la sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), conséquence de la consommation d’alcool pendant la grossesse.

L’alcool, qui passe le placenta, agit notamment sur le système nerveux central fœtal qui est le cerveau. Dans certains pays occidentaux, la consommation d’alcool pendant la grossesse est la première cause de handicap mental d’origine non génétique chez l’enfant. Un équivalent de 800.000 bébés qui y naissent chaque année, environ 8.000 en sont atteints. Bien que réelle, cette pratique en République démocratique du Congo est encore ignorée.

La Journée internationale de prévention du SAF est une occasion de mobiliser et d’informer à nouveau le grand public, les professionnels de la santé, du social ou de l’éducation sur les méfaits potentiels d’une exposition prénatale à l’alcool. Un arrêt de la consommation d’alcool est recommandé dès le début de la grossesse et pendant toute sa durée car le seuil de consommation en dessous duquel il n’y a pas de risque pour le fœtus n’a pas été déterminé.

Selon l’Inpes, une étude a été faite en 2004 et 2007 sur les connaissances du grand public sur les risques liés à la prise d’alcool dès le souhait de la conception d’un enfant et pendant la grossesse. L’Organisation Mondiale de la Santé à son tour, reconnaît l’alcoolisme comme une maladie et le définit comme des troubles mentaux et troubles du comportement.

Méfaits de l’alcool chez les fœtus

L’alcool consommé par la mère va traverser la barrière placentaire. Si l’on peut, à l’âge adulte, éliminer assez facilement un toxique comme l’alcool et la cigarette vers le foie et les reins, ce n’est pas le cas du fœtus. C’est ainsi que toutes ces toxines nocives pour sa santé resteront dans son organisme et risqueront de ralentir ou empêcher un développement normal du bébé.

Certes, les femmes enceintes qui continuent de consommer de l’alcool risquent de provoquer un syndrome d’alcoolisation fœtale qui a comme conséquences : les malformations  physiques, des troubles du comportement lorsque l’enfant grandira, des troubles touchant au développement, etc.…

Lors du premier mois de la grossesse, l’alcool peut être responsable en effet de malformations. Aux deuxième et troisième mois de grossesse, l’alcool peut entraîner des problèmes sur la croissance du fœtus en plus d’un risque pour la mère d’un accouchement difficile ou d’une fausse couche.

Signalons que, si l’on évoque le fœtus et le bébé, il faut savoir que l’alcool peut avoir des conséquences plus tardives sur la croissance du bébé. L’enfant né d’une mère qui a continué à boire pendant la grossesse a les difficultés d’apprentissage à l’âge de la scolarisation puisqu’il sera moins d’attention, difficultés de concentration et de mémorisation.

L’alcool est certainement avec l’ennemi juré des femmes enceintes. Aujourd’hui, on sait que même un seul verre d’alcool peut-être néfaste pour le bébé, surtout s’il est pris pendant les étapes clés du développement. Raison pour laquelle, les mères pour protéger leurs enfants ont l’obligation d’éviter l’alcool une fois enceinte. L’abstinence totale pendant 9 mois.

 

(Clémence Kilondo/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse