Grève au Fonds Forestier National: Fausse alerte !

par -
0 371
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La nouvelle de la grève au Fonds Forestier National a circulé comme une trainé de la poudre. Les médias en ont fait large échos, au point d’alerter les autorités compétentes de cet Etablissement rattaché au ministère de l’Environnement et Développement Durable.

Tout est parti du mémo adressé à l’attention du Chargé de Mission, signé en date du 10 février courant par 11 agents, dont l’initiateur Yuma, dans lequel il déplorait que bientôt quatre mois, les agents et cadres du FFN de la Direction Générale ne sont pas payés. Du fait ayant épuisé toutes les voies de recours sans aucune issus de sortie, ils décréteront à partir du jour de la réception de leur mémo une grève jusqu’à ce que leurs revendications soient prises en compte dans un délai de 72 heures.

Cette correspondance a été vite mise en cause par la délégation syndicale, à travers un courrier de protestation et de la non reconnaissance de la qualité à Monsieur Yuma de décréter une grève au sein du Fonds Forestier National. La correspondance  de la délégation syndicale  précise : « Ce vendredi 10 février 2017, le bureau de la délégation syndicale du Fonds Forestier National a été informé qu’à l’initiative d’un Sous-Directeur, une dizaine d’agents du Fonds Forestier National ont adressé un mémo relatif au paiement des salaires à la Direction Générale, faute de quoi une grève sauvage sera observée. Y réagissant, nous vous rappelons que seul le bureau de la délégation syndicale a le pouvoir d’engager l’ensemble des travailleurs du Fonds Forestier National et, à ce titre, toute revendication doit passer par son biais. Par conséquence, le bureau de la délégation syndicale n’ayant pas été associé à cette démarche, décline pour ce faire, toutes responsabilités », signé par Pitchou Mvingani Masamba, Josée Christiane Bokondi Iyombe et Basile Semopa Pao, respectivement Président, vice-présidente et secrétaire.

Les précisions de la Direction des Ressources Humaines et services généraux

La réaction à la médiatisation de la grève ne se fait pas attendre au niveau de la Direction Générale. La direction des Ressources humaines et services généraux, dans un communiqué de presse a tenu à fixer l’opinion sur la prétendue grève qui a défrayer la chronique de 11 travailleurs dont deux cadres de direction lui-même y compris, trois chefs de service qui n’accusent en réalité, que trois mois d’arriérés ainsi que deux chefs de bureaux, un commis Principal et trois Huissiers à qui  l’entreprise ne doit que deux mois d’arriérés à chacun. « Son coup ayant échoué, c’est donc, désespéré que Monsieur Yuma, qui fait désormais feu de tout bois, a carrément décidé de passer à la vitesse supérieure en se livrant au médias pour y débiter des élucubrations dans le but, d’alerter faussement l’opinion sur un malaise qui serait devenu ingérable au sein du Fonds Forestier National », renseigne le Communiqué de presse.

Malgré le retard de paiement, le FFN s’acquitte de ses obligations

Le communiqué nous parvenu, renseigne que le Fonds Forestier National est un établissement qui a ouvert ses portes en 2010. Cependant, il collecte des taxes en vue d’assurer le financement des opérations de reconstruction du capital forestier.

Depuis sa création, renseigne la Direction des Ressources Humaines, le Personnel du FFN est rémunéré grâce à la subvention de l’Etat congolais qui, en temps normal, devrait octroyer chaque mois à cet établissement une allocation variant pour la rémunération et le fonctionnement. « Malheureusement, à partir du mois de février 2016, cette subvention avait été malencontreusement interrompue exposant le Personnel au retard de paiement de leurs salaires. Entre février et juin 2016, le FFN n’avait pas bénéficié des allocations y afférentes. Jusqu’à ce qu’au mois de juillet 2016, grâce aux efforts conjugués des Mandataires et de l’Autorité de tutelle, Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Etat, Ministre du Budget, avait accédé à la demande li adressée en accordant une intervention économique mensuelle au Fonds Forestier National », a précisé la Direction des Ressources Humaines et Services Généraux. Elle indique en outre que si entre le mois de juillet et le mois de septembre 2016, cette intervention économique du Gouvernement en faveur du FFN était allouée de manière régulière, depuis lors, compte tenu de la conjoncture nationale et internationale qui a des effets certains sur la situation financière de la République Démocratique du Congo, cette intervention économique ne tombe plus qu’à compte-goutte.

Contrairement aux allégations, la situation du FFN ne relève pas de la mauvaise gestion des mandataires.

Il faut dire, qu’au Fonds Forestier National, la situation semble atypique. Bien que le mois de janvier a été payé, les allocations des mois de décembre 2016 et février 2017 attendent toujours d’être libérées. Cette situation a été conformée par la Direction des Ressources Humaines et Services Généraux en ces termes : « Pendant que nous nous tenons devant vous, nous venons d’apprendre que l’Ordre de Paiement Informatisé (OPI) pour le mois de janvier 2017 est en cours d’exécution et les Fonds pourront être disponibles dans les comptes du Fonds Forestier National dès demain vendredi 17 février 2017 : ce dont nous remercions Son Excellence Monsieur le Ministre d’Etat au Budget et Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances ».

Malgré cette mise au point, la Direction Générale qui avait pris, depuis plus de deux semaines, les dispositions pour payer les catégories allant de l’Huissier au Chef de Bureau, entend payer, au plus tard 17 février 2016, les catégories restantes, en ce compris les Mandataires (Ndlr nous avions appris qu’effectivement le mois de janvier a été payé). « Contrairement aux allégations de Monsieur Yuma Serge, il s’agit d’une situation qui ne relève pas de la mauvaise gestion des mandataires du Fonds Forestier National, qui sont toujours montrés, à plusieurs égards non seulement transparents dans leur gestion mais encore solidaire à la situation que traversent les travailleurs. Pour votre gouverne, le Chargé de Mission et son adjoint accusent eux aussi trois mois d’arriérés. Situation plutôt inédite », poursuit le communiqué.

Le stéréotype de Monsieur Yuma

Entre  11 agents qui se sont désolidarisés de l’initiateur de la grève et la délégation syndicale qui ne reconnait pas le mouvement de Monsieur Yuma Serge, le Communiqué de la Direction des Ressources Humaines donne de précision qu’il a été suspendu en 2015 pour détournement de fonds, ne vise qu’un seul objectif : nuire à la réputation des mandataires et salir le prestige du Fonds Forestier National. « Nous avons saisi la tutelle quant à ce et les mesures appropriées seront prises à son égard conformément au texte régissant le Personnel du Fonds Forestier National».

Donc, au Fonds Forestier National, ajoute le Communiqué, il n’y a pas grève. Les agents et cadres sont à leurs postes, avions nous constaté.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse