Grâce au programme FADOC du CENADEP

par -
0 654
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les OCB de Kinshasa dotées des stratégies de mobilisation sociale

Ces Organisations communautaires de base (OCB) de la capitale ont dernièrement réfléchi sur les défis et perspectives et stratégies de mobilisation face aux défis actuels de changement social. C’était à l’issue du forum ouvert organisé le 23 juin dernier par le programme FADOC du CENADEP sur le rôle des populations des quartiers populaires dans la transformation socio-économique de la ville de Kinshasa. Lequel forum a débouché sur des pertinentes recommandations aux OCB.

Mis en place par le Centre national d’appui au développement et à la participation populaire (CENADEP) pour le renforcement des capacités des acteurs collectifs du changement social, le programme FADOC (Formation-appui et dynamisation des organisations communautaires à la base) a organisé, le 23 juin dernier dans la salle paroissiale Saint Eloi de la commune de Barumbu à Kinshasa, un forum ouvert sur le rôle de population des quartiers populaires dans la transformation socio-économique de la ville-province de Kinshasa.

Cette séance avait pour but de répondre à la question : « Quelle approche de dynamique des quartiers doit-on mettre en place pour sortir de la précarité ? ». Pour ce faire, M. Jonas Tshiombela, coordonnateur national de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), a été convié à faciliter la réflexion. Il a donc abordé le sujet par éclairer la lanterne de l’auditoire en définissant des concepts tels que mobilisation, mobiliser, mobilisation sociale, plaidoyer, etc.

Il poursuit sa communication en évoquant, dans son entendement, les différents objectifs de la mobilisation sociale, ainsi que les principes auxquels se réfère la mobilisation sociale. Quant aux parties prenantes de la mobilisation sociale, Jonas Tshiombela a souligné, quant à lui, que c’est toute la société, toute la communauté qu’il convient de mobiliser.

Le coordonnateur de la NSCC s’est également entretenu avec les participants sur les différentes étapes de la mobilisation sociale. Comme il est observé une passivité du Congolais en général, Jonas Tshiombela a donné des pistes pour encourager la mobilisation sociale.

La deuxième intervention était celle de M. Masudi, secrétaire permanent du Réseau PRODDES, qui s’est entretenu avec les participants sur les leçons apprises des premières rencontres citoyennes ainsi que ses acquis, et il a annoncé la tenue très bientôt de la deuxième édition, c’est-à-dire, du 15 au 17 juillet 2015. Cette deuxième édition qui se penchera sur les enjeux électoraux, décentralisation et découpage, concertation et dialogue. Le thème central étant : « Elections en RDC, le citoyen conscient et engagé s’assume pour son destin ».

Toute la communauté kinoise est ainsi invitée à ces assises. Il est demandé aux OCB de s’engager pour mieux mobiliser les organisations à participer durant ces trois jours.

Les OCB appelées à développer des stratégies pour impliquer l’autorité

Après cette première séance, il s’est tenu également, le 24 juin 2015 dans la salle des réunions de la Maison de Laïcité de Kinshasa, un travail en panel sur les techniques d’animation urbaine de mobilisation sociale. Les discussions étaient basées sur les défis et perspectives et stratégies de mobilisation des OCB face aux défis actuels de changement social.

Après avoir dégagé des forces et faiblesses, les participants ont formulé des recommandations. Lesquelles indiquent que les OCB suscitent l’intérêt de la population par l’identification de problèmes de manière participative ; développent la capacité de mobilisation des fonds internes et externes et des stratégies pour impliquer l’autorité. Qu’ils puissent également avoir un plan de communication et de suivi de leurs activités; améliorent la gouvernance dans leur gestion ; impliquent les chefs de quartiers et de la population dans la mise en œuvre de leurs activités pour leur pérennisation.

Il est aussi recommandé aux OCB kinoises d’éviter d’être opportunistes mais qu’elles se professionnalisent dans ce qu’elles font ; d’éviter aussi d’exclure les autres acteurs sociaux dans leurs milieux et travaillent en synergie ; de veiller sur la relation interpersonnelle dans la mise en œuvre de leurs activités ; et qu’elles soient capables de créer des alliances politiques temporaires pour éviter la récupération politique. Qu’elles amènent les populations à s’approprier de l’action en les responsabilisant comme partie demanderesse pour la construction de la confiance mutuelle, la collecte des moyens financiers et le renforcement de l’unité ; etc.

(Lepetit Baende)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse