Grâce à la déposition des renseignants: Des présumés miliciens Kamwina Nsapu coincés

par -
0 239
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Devant la barre au Tribunal militaire de Garnison siégeant en audience foraine à la prison militaire de Ndolo, des renseignants ont été appelés, afin d’éclairer la religion du Tribunal, devant les négations des prévenus Kamuina Nsapu. Ils ont indisposé la défense, mais qui est restée sur ses positions initiales. Le Gérant des établissements Lusangi (WW) a reconnu que le prévenu Roger Tudiakuile, alias Bingo Bingo avait réellement pris le bus le 1er juillet 2017, de Kikwit à Kinshasa. Fait qui corrobore les accusations de l’organe de la loi. De même, le médecin de la Légion nationale d’intervention (LNI) a affirmé avoir administré les premiers soins au prévenu Ntumba Ntuma Papy, blessé par balle. Même si ce dernier ne reconnait pas ce médecin, et continue d’affirmer qu’il avait été blessé à la suite d’un accident de moto.

Devant la propension des présumés miliciens Kamuina Nsapu aile de Kinshasa à tout nier, le Tribunal militaire de Garnison siégeant en audience foraine à la prison militaire de Ndolo, dans la commune de Barumbu, était obligé de faire venir par devant lui certains renseignants, afin d’éclairer sa religion. Le premier à passer à la barre, c’est M. Kapapa Aimé, responsable des établissements Lusangi (WW), qui a confirmé que le prévenu Tudiakuile Roger, alias Bingo Bingo avait réellement pris place à bord de ses bus le 1er juillet 2017, pour l’itinéraire Kikwit – Kinshasa. Arrivés à Kinshasa, ils ont été accueillis par Eric Ngalamulume qui les a conduits dans les appartements d’un autre prévenu  Ngandu.

Le Ministère public qui a envoyé la défense pour consulter le procès-verbal de constat, de même que celui de saisi d’objet qui ne prend pas en compte les marchandises à vendre, explique que Tudiakuile a indiqué lors de son audition qu’il est venu à Kinshasa pour renforcer les Kamuina Nsapu par la préparation des différentes attaques. Pour cela, des images existent qui décrivent la cruauté des actes posés par Tudiakuile et les autres.

Un autre renseignant appelé à la barre, c’est le policier Tsambi Niati Gabriel, médecin de son état de la Légion nationale d’intervention (LNI). C’est  lui qui avait administré les premiers soins au prévenu Ntumba Ntuma Papy, blessé par balle lors de l’attaque  du commissariat de la Funa (Kalamu), le 29 juin 2017. Photo et explications techniques à l’appui, le médecin a reconnu le prévenu comme celui qui avait pris part à cette attaque. D’ailleurs, le même jour à la LNI, un autre militaire blessé avait pointé du doigt Ntumba Ntumba Papy qui lui avait tiré dessus à la main, après qu’il ait reçu un coup de machette à la tête. Le prévenu n’a même pas reconnu le médecin traitant, se contentant de dire que c’était une légère plaie causée par un accident de moto à Gambela.

Vu que le prévenu doutait systématiquement, le Ministère public a formulé une proposition, disant : si le Tribunal estime que les déclarations du médecin ne sont pas claires, il peut faire venir les policiers qui avaient été blessés ce jour-là. Connaissant les méthodes de la défense, la partie civile Rdc a tout simplement rappelé la déposition du prévenu qui avait dit que « suite à cette attaque, l’un de nos frères a été atteint par une balle mortelle et moi j’ai été touché à la main ».

Soulignons qu’après la déposition des renseignants, le procès s’est poursuivi avec un autre prévenu, Mubengayi Betu Kumesu. Celui-ci ne reconnait pas les faits mis à sa charge, parce que n’habitant pas Kinshasa. Voilà qui a poussé Me Mazowa, avocat de la partie civile Rdc à dire que l’innocence ne se présume pas. Il appartient au Tribunal seul de  déclarer que tel est innocent.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse