Gouvernement d’union nationale: Les contradictions de Félix Tshisekedi

par -
0 502
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Tout chemin peut mener partout où l’on veut se rendre, pourvu que l’on roule dans la bonne direction. Le Rassemblement, du moins la particule de Limeté dit Katumbiste est loin d’intégrer cette réalité, allant des dérives en dérives au point même de perdre de vue les indications de la boussole pourtant bien en marche.  Ne dit-on pas que l’on peut, tout aussi, être sur une bonne route et s’y faire renverser tout simplement puisque l’on ne veut pas bouger?

Lisanga Bonganga, Président du courant Tshisekediste/Rassemblement aura bien compris la raison de sa conscience en refusant d’être le valet des idées soufflées de mille lieux par des calculateurs qui n’ont rien à voir avec l’héritage d’une lutte constamment menée par le Patriarche Etienne Tshisekedi pendant plusieurs années.

Les libertés que se sont offertes d’autres personnalités du Rassemblement telles que Valentin Mubake, ensuite Freddy Matungulu, lesquels ont, chacun a sa manière, choisi de bruler de politesse à une discipline de type impériale pour rencontrer le Chef de l’Etat, pour le premier, et le Premier Ministre Tshibala pour le second, n’auront été que le début d’une série qui augure l’amorce des départs en cascade au sein de Rassemblement/Katumbiste qui, en réalité, est en passe de devenir une coquille vide donc sans lendemain.

Secret de polichinelle: Le président du Rassemblement pro-Tshisekedi et président du parti politique “Les Fonus”, Olenghankoy avait, pour la nomination d’un Premier ministre, déposé auprès du Chef de l’Etat, une liste de cinq candidats avec Félix Tshisekedi comme tête de liste, suivi de Bruno Tshibala, Valentin Mubake, Raphaël Katebe Katoto et Roger Lumbala.  Le dévolu jeté par le Chef de l’Etat, conformément à la Constitution, sur Bruno Tshibala pour diriger le Gouvernement de large union nationale a remué, finalement, le fond d’une marmite où toutes les brèles se mettent en surface pour faire prévaloir, chacune, le son de sa musique.

Félix Tshisekedi à sa propre rescousse

La Coalition des alliés d’Etienne Tshisekedi, plate-forme crée par le député honoraire Lisanga Bonganga avait longtemps joué au griot, criant du haut de tous les toits, le soutien à Félix Tshisekedi tantôt comme président du Rassemblement pour succéder à son défunt père, tantôt comme candidat Premier Ministre, plus haut encore comme prochain candidat à la présidence de la République.  Trop pour un personnage qui, au lieu de saisir la balle au bond pour mesurer sa grandeur et prendre la bonne direction, “le fils à papa” aura préféré s’agripper aux mamelles de Moïse Katumbi au point d’oublier le chemin qui lui était tout tracé et légué par son géniteur.

Après s’être rendu compte que la terre glissait sous ses pieds, Félix Tshisekedi Tshilombo a décidé de venir à sa propre rescousse.  Dans une déclaration devant un auditoire réduit au siège de l’Udps dont une bonne partie de la base a rejoint le nouveau Premier Ministre Bruno Tshibala, Fatshi a déclaré, pince sans rire, que “le Rassemblement était maintenant disposé à rencontrer le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange».

Curieux, constatent plusieurs observateurs qui ne s’expliquent pas que le même Félix Tshisekedi qui, après avoir sollicité de rencontrer le Président de la République, a décliné l’offre quant vint l’heure de l’audience élargie, à tour de rôle, à tous les acteurs politiques et sociaux du pays. Comme qui dirait, nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Qu’est-ce qui a changé pour expliquer ce revirement qui finalement, donne raison à ceux du Rassemblement qui ont pris leur courage en mains pour se tirer de l’étau dans lequel le camp du G7 ou de l’AR voulait subtilement les entrainer !

Olenghankoy bat  le  rappel des troupes Rassemblement/Tshisekedistes et recadre la CENCO

Opiniâtreté ou flaire politique, le Président des Fonus, celui-là qui se réclame héritier politique d’Etienne Tshisekedi qui l’avait copté comme membres du Comité de Sages du Rassemblement au terme de la messe de Genval en Belgique, s’est, dès l’annonce de la mort de son père spirituel (politique), refusé de se faire  caresser dans le sens de poils par des personnages avec lesquels il n’avait jamais partagé l’agenda.

Face à la sortie médiatique de la CENCO qui a mis en cause la nomination par Joseph Kabila, Président de la République, de Bruno Tshibala Nzenze en qualité du chef du Gouvernement d’union nationale, Olenghankoy a décidé de battre le rappel des troupes pour recadrer les propos, on ne peut plus partisans des Evêques de la CENCO.

N’y allant pas par le dos de la cuillère, le Rassemblement pro-Tshisekediste, a dénoncé la volonté des certains princes de l’Eglise Catholique de vouloir diviser les “fils et filles du pays pour des intérêts inavoués allant jusqu’à taxer leur attitude d’une pulsion pyromane qui menace autant la paix de conscience que la paix civile des citoyens.

Pour plus d’un observateurs, jamais les Evêques n’avaient été l’objet de lourds soupçons sur leur probité morale qu’ils le sont aujourd’hui au point même que l’expectative, est pressentie dans le chef de leur propre fidèles, devenus dubitatifs face à l’ambiguïté entretenue par leurs pères spirituels.

Ne voulant pas demeurer, non plus, en reste face à ce qui apparait comme de l’huile au feu, les autres pasteurs Chefs de confessions religieuses ont tout simplement exhorté les acteurs politiques, toute tendance confondue, à se mettre autour du Premier Ministre Bruno Tshibala pour former le Gouvernement d’union nationale devant amener rapidement le peuple Congolais aux élections; une manière réservée si pas polie de ces hommes d’Eglise de se mettre à distance de la position de leurs collègues accusés, à tort ou à raison, de rouler ouvertement pour le Rassemblement pro-Katumbiste.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse