Fustigeant les violences physiques, Gloria Mbuya Mutala : « Le mariage n’est pas un ring de boxe… »

par -
0 656
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les violences physiques sont très courantes et récurrentes dans bon nombre de mariages en Afrique. En République démocratique du Congo, les violences physiques se retrouvent en tête des différents types de violences basées sur le genre à travers toutes les provinces du pays. L’on catégorise surtout des coups et blessures ainsi que toute forme d’agression corporelle contre les femmes. Voilà pourquoi, « L’Avenir Femme » ;:de cette semaine s’est intéressé à cette situation. Pour ce faire, Dans une interview exclusive nous a accordée volontiers, Mme Gloria Mbuya Mutala, jeune femme et journaliste de son état, mariée également à notre confrère Israël Mutala, fustige donc toutes formes de violences physiques dans le mariage. Elle soutient pour sa part que « le mariage n’est pas un ring de boxe ». Elle prône plutôt le dialogue avec l’observance la Parole de Dieu. Ci-dessous, l’essentiel de l’entretien de notre consœur de Télé 50 au Journal L’Avenir :

L’Avenir : Quelle est votre appréhension des violences physiques dans le mariage ?

Personnellement, je n’encourage pas les violences physiques sur la femme. En tout cas, c’est mon avis personnel. Parce ce que la femme est un être semblable à l’homme. Je ne comprends pas comment un homme peut accepter de maltraiter sa femme physiquement, comme si elle était un animal, excusez-moi. Je ne perçois pas que les violences physiques soient une bonne chose. Peut-être qu’il y a d’autres femmes qui acceptent ces violences physiques dans le mariage. Mais à mon avis, en tout cas je n’encourage pas. C’est inhumain de maltraiter une femme physiquement. La femme est une fleur. La femme est un être adorable. Il faut lui parler comme une grande personne. Il faut d’abord la traiter à un niveau égal à vous-même. Si l’on fait du mal à sa femme, c’est comme si on faisait du mal à son propre corps. Parce que c’est le même corps.

D’autres hommes considèrent plutôt que battre sa femme ce n’est pas de la maltraitance. C’est pour la redresser, comme c’est le cas avec l’enfant. Comment réagissez-vous à cela ?   

Ce n’est pas avec les coups qu’on redresse l’enfant ou la femme. D’ailleurs, la question qu’il faut poser, depuis qu’ils ont commencé avec les coups, quels ont été les résultats ? Je pense que quand on parle de bien-aimée, c’est-à-dire que c’est la personne qu’on aime le plus. On ne peut pas la traiter violemment. Même quand il faut corriger l’enfant, cela dépend du degré par rapport à son âge. C’est une mécanique mais ce n’est pas forcément toujours ça la solution. Les enfants sont dans l’inconscience. Surtout quand ils sont encore tout petits. Ils ne comprennent pas parfois ce qu’ils font. Alors on ne peut pas les traiter durement comme s’ils avaient déjà de la conscience et qu’il s savaient distinguer le bien et le mal. Et quant à la femme, la bien-aimée, ce n’est pas une personne qu’on maltraite avec des coups comme si on était dans un ring de boxe. Je crois qu’il faut un dialogue. Si la femme est têtue, il faut se poser la question sur la source de cet entêtement. Pourquoi elle serait têtue ? Avant d’arriver au mariage, il y a une étape. On passe par les fiançailles. C’est le moment où on se connait les caractères, les comportements, etc. C’est dès le départ qu’on doit commencer à tout arranger, à mettre les points sur les i, à établir des règles, des principes. Parce qu’on vient des familles différentes. Chacun a été éduqué différemment. On a des comportements différents. Mais, quand on se rencontre dans les fiançailles, c’est une école qui fasse qu’on puisse se connaître les comportements, les caractères les plus enfuis d’ailleurs. Pour que, quand on va accéder au mariage, qu’il n’y ait pas d’ennuis dans le couple marié. 

Que direz-vous à ceux qui pensent que parfois dans le mariage, les disputes, les bagarres constituent des ingrédients pour l’amour ? Surtout qu’il y a une catégorie des femmes qui aiment aussi se faire tabasser par leurs chéris ? 

Chacun a sa perception des choses. Certaines femmes aiment se bagarrer avec leurs maris. Mais c’est le contraire pour d’autres. De mon avis personnel, je crois que les violences dans le mariage c’est inhumain. Toutefois, celles qui trouvent les violences conjugales les arrangent, c’est leur problème, qu’elles soient seulement fortes d’encaisser les coups et de tenir jusqu’au bout. Pour elles, le mariage c’est comme un ring de boxe où elles deviennent fortes à l’instar du boxeur américain Mike Tyson. Mais quant à moi, je condamne les violences physiques dans le mariage. En tout cas, je n’encourage pas les bagarres dans le foyer. Surtout que la femme est une fleur. La femme est une personne qui a la raison, qui a toutes ses facultés. Question d’échanger avec elle dans l’amour, de lui expliquer les choses. Et je suis sûre que si on parle avec amour à la femme, elle comprend facilement que si on utilise les coups.

Quel conseil prodiguez-vous aux couples mariés afin d’éviter d’arriver aux violences conjugales ?         

D’abord c’est le dialogue. C’est l’amour. C’est la compréhension. C’est la communication. Le mariage n’est pas un paradis où il n’y a que des roses et qu’il n’y a pas d’épines. Il y a toujours des problèmes. Il y a toujours des incompréhensions. Il y a la colère. Mais tous ceux-ci ne peuvent pas amener le couple à bout. Parce que, les coups violents à force de les encaisser, un jour ils peuvent causer des traumatismes dans le corps de la femme. Or, la femme est porteuse de vie. La femme est un être adorable. Elle n’est pas faible car elle est capable de tout faire. Mais, elle adorable et porte beaucoup de choses, entre autres, la vie. Elle dot-être toujours à la coquetterie. Si déjà son corps est détruit par les coups de la bagarre conjugale, ce n’est pas appréciable, même pour son mari. Pourtant, c’est l’homme qui doit entretenir et embellir sa femme, la mettre dans des conditions de sorte quand on la voit, qu’on soit heureux. Aussi, il y a un effet positif de la part des autres.

Et que direz-vous alors aux hommes qui ont des femmes qui ne savent pas écouter ?

D’abord il faut leur poser la question de savoir si depuis qu’ils ont commencé avec les coups, les résultats sont au rendez-vous. Si oui, et que c’est une formule qui tient, je ne les encourage pas, c’est à eux de voir s’ils vont continuer dans cette lignée. Ou encore, ils vont changer de formule. Mais si non, alors ça ne sert à rien de continuer à donner des coups à sa femme. Il faut seulement parler à sa femme. Qu’on essaie seulement de changer de stratégie. Peut-être que la prochaine va marcher.  

Un dernier mot par rapport à votre propre expérience maritale ?

Depuis que j’ai connu mon mari, il n’a jamais porté la main sur moi. Le dialogue est l’un des éléments clés de notre mariage, couronné par la Parole de Dieu. Je crois que le mariage n’est pas un ring de boxe où la femme est une adversaire. Le mariage doit-être fondé par la crainte de Dieu et la connaissance de sa Parole, afin de comprendre les bienfaits de cette première institution.

Je n’encourage pas la violence physique dans le mariage. Mais, je ne défends pas non plus l’insoumission de la femme. Mais les deux êtres doivent adopter l’attitude recommandée dans Ephésiens 5 : 22 – 29. Dans lequel passage, la Bible recommande à la femme d’être soumise à son mari, et au mari d’aimer sa femme comme son propre corps. 

(Propos recueillis par Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse