FPI : Patrice Kitebi prend son fauteuil

par -
0 797
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Industrie, Georges Bakali, a présidé hier jeudi 24 novembre 2016, la cérémonie de remise et reprise au Fonds de Promotion de l’Industrie(FPI) entre le comité sortant dirigé par Constantin Mbengele et l’équipe entrante conduite par Patrice Kitebi Kibol Mvul. Laquelle a été rehaussée de la présence de plusieurs cadres du FPI, des élus nationaux et aussi des mandataires d’autres entreprises de l’Etat.

Après lecture de l’Ordonnance de nomination de l’actuelle équipe, la parole a été accordée à l’ancien patron du FPI, Constantin Mbengele, qui d’entrée de jeu, a remercié Dieu, le Chef de l’Etat, le Premier ministre, le ministre de l’Industrie, la délégation syndicale et l’ensemble du personnel, pour leur accompagnement durant son mandat.

Aux affaires depuis janvier 2008, Constantin Mbengele a rappelé à l’assistance qu’il est d’abord « fils maison » dans cette entreprise où il a évolué durant 26 années. Exprimant sa satisfaction sur le choix porté sur l’expert en gestion des projets, Patrice Kitebi Kibol Mvul, son successeur, Constantin Mbengele l’a prévenu sur les problèmes existentiels auxquels il va faire face.

Il s’agit notamment des organismes qui diminuent les capacités de financement du FPI, des suspensions de sortie des fonds, des taxes sujettes à caution, le défi de formation du personnel, le rajeunissement, etc.

Pour sa part, le nouveau Directeur général du FPI, M. Patrice Kitebi, a lui aussi remercié Dieu pour cette circonstance et a réitéré sa loyauté au Chef de l’Etat qui a placé sa confiance en lui et ses collaborateurs.

Rappelant les missions assignées à cette société, notamment le redéploiement de l’industrie, la promotion de la petite et moyenne entreprises, le financement des matières premières qui servent à l’industrie de transformation, etc., Patrice Kitebi, l’ex-ministre délégué auprès du Premier ministre a fait mention d’une dimension exprimée par le Chef de l’Etat lors de son adresse devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès sur l’état de la nation : accorder une attention particulière à la jeunesse.

« Une jeunesse au chômage aujourd’hui qui fait l’objet de convoitise et de manipulation politicienne de la part d’un certain nombre d’acteurs que vous connaissez… », l’a-t-il paraphrasé, avant d’ajouter au mandat du FPI la création des emplois jeunes.

Au sujet des défis lui présentés dont l’accumulation des arriérés au titre de remboursement du service de la dette, la problématique liée à la mobilisation et répartition, le rajeunissement du personnel, etc., il a rassuré que « tous ces défis vont faire l’objet de la feuille de route que nous allons mettre en place dans les jours qui viennent pour que le FPI devienne véritablement l’instrument modernisé qui permet le redéploiement de l’industrie , l’émergence de l’entre nationale, la création des emplois, l’ensemble des reformes déjà suggérées (création d’une banque d’investissement et d’un fonds de garantie qui devrait permettre aux PME-PMI d’améliorer leur accès aux crédits), toutes ces reformes là, nous allons y travailler… »

Conscient que le FPI a évolué dans un environnement institutionnel et politique extrêmement contraignant, Patrice Kitebi a profité de l’occasion pour féliciter son successeur qui a laissé des preuves tangibles, notamment l’érection de la tour de la Gare centrale. « Soyez rassuré que nous avons, pour votre action, le plus grand respect. Vous avez été confronté à des difficultés, vous nous avez prévenus que nous allons les connaitre. Mais, une vie publique comme une vie privée qui se déroule en marge des difficultés manque des piquants. C’est peut être cet environnement hostile qui va nous motiver et déterminer… », s’est-il adressé à son prédécesseur.

Le Dg Kitebi a indiqué que le FPI doit demeurer une institution de financement, bailleur de fonds soumis aux normes pour atteindre ses objectifs. S’adressant à la responsable du personnel, il a souligné que les défis sont importants. D’où la nécessité d’un audit institutionnel et la codification des règles et procédures qui seront communiquées à tous. « La tasse de thé d’une institution financière est sa crédibilité. Le personnel doit faire prévaloir les compétences, l’éthique. Il n’y aura pas de chasse aux sorcières. Je demande aux flatteurs de garder leurs flatteries, la seule raison qui justifie notre présence, c’est le travail », a enfin déclaré le nouveau Dg du FPI, Patrice Kitebi.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse