Fort du succès engrangé dans la province du Tanganyika: E. Ramazani Shadary met le cap sur Kananga

par -
0 277
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sur instruction du président de la République, Joseph Kabila Kabange, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary est arrivé hier à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central, où il conduit une forte délégation gouvernementale. Accompagné de M. Venant Tshipasa, ministre des Affaires coutumières, et des notables du coin, le VPM se trouve dans cette partie du pays avec pour objectif principal la pacification et la réconciliation. Et ce, après les affres causés par la milice de l’ancien chef coutumier Kamwina Nsapu, dans les provinces du Kasaï, Kasaï Central, du Kasaï-Oriental, voire de la Lomami.

« Je suis venu avec le ministre des Affaires coutumières, accompagné d’une forte délégation des notables de la province du Kasaï Central, les députés nationaux et sénateurs, ensemble pour la paix. Avec tout ce qui s’est passé ici, notamment dans le territoire de Dibaya, précisément dans le Groupement de Bajila Kasanga, avec tout ce qu’on a eu comme impacts dans cette province, nous sommes venus, avec le concours de tout le monde, régler ce problème sur le plan coutumier, politique, pour que la paix règne dans le Kasaï-Central comme par le passé. L’approche est toujours politique et consiste à dialoguer, à négocier entre les uns et les autres, par après, on va finir par trouver une convergence et il y aura la paix. Ceci, parce que le chef de l’Etat insiste pour que  la paix règne dans cet espace », a expliqué à la presse le Vice-Premier ministre.

Soulignons que dans la délégation du VPM, une présence remarquée est notée des élus de la province du Kasaï Central, aussi bien de l’opposition que de la Majorité Présidentielle, sans oublier les leaders d’opinion qui devront concourir à l’instauration d’une paix durable. Selon notre source, déjà au départ de Kinshasa, ils ont appelé la milice à cesser toutes formes de violences, à ne plus s’attaquer aux forces de l’ordre, et la population à soutenir cette initiative beaucoup plus inclusive prise par le chef de l’Etat et dont la matérialisation est confiée à Ramani Shadary qui, durant un mois a étudié avec les fils et filles de cette partie du pays les pistes de solution susceptibles de mettre fin à la prolifération de cette milice dans l’ex-Grand Kasaï avec des dégâts collatéraux regrettables.

De sources provinciales, la famille régnante de feu Kamwina Nsapu déjà présente à Kananga en provenance de Dibaya à l’invitation du n°1 de l’Intérieur, est favorable quant au dialogue avec le Gouvernement pour des funérailles du chef Kamwina Nsapu, selon les us et coutumes, avant la désignation du successeur qui devra être intronisé suivant le programme à convenir avec la délégation gouvernementale.

Un pacte d’engagement entre les parties prenantes pour enterrer la hache de guerre et favoriser les opérations d’enrôlement des électeurs, est aussi envisagé. Et la population du Kasaï Central, à travers les cinq territoires, appelle à la paix pour le retour des centaines de déplacés et la reprise des écoles après sept mois des turbulences sur fond de télé-récupération policière. Une aide humanitaire consistante est également dans la gibecière de Ramazani Shadary sur ordre du président de la République pour la population, et surtout les victimes innocentes de ce phénomène dit Kamwina Nsapu dont tout espère vite voir la page tournée.

Soulignons que lors de sa communication le 19 février 2017, au sujet de la situation sécuritaire à Kinshasa, au Kongo Central, dans les Kasaï et dans le Tanganyika, Emmanuel Ramazani Shadary avait expliqué que son Gouvernement est pleinement conscient d’une chose, à savoir que les premières solutions durables à ces problèmes sont d’abord de type politique et communautaire. « C’est pourquoi nous privilégions à Kinshasa, au Tanganyika, dans l’espace kasaïen et dans le Kongo Central, les rencontres avec la notabilité, les forums intercommunautaires », avait-il dit, avant d’ajouter que les solutions de type militaire ou policier constituent seulement des appuis pour la sauvegarde d’un climat propice à la concertation et au dialogue. De même, les solutions judiciaires sont appelées au secours pour garantir la justice et la paix. C’est cette recette, croyons-le, qui a porté des fruits dans la province du Tanganyika, où bantous et pygmées se sont réconciliés, qui sera dupliquée dans le Grand Kasaï.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse