Formation du nouveau gouvernement: La Société civile monnaye les postes ministériels !

par -
0 318
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’opinion nationale et internationale habituée à l’analyse de la situation politique en République Démocratique du Congo, avait pour habitude d’assister à la fragmentation, division et séparation des formations politiques et autres regroupements. A chaque fois qu’un opérateur sociopolitique émet un point de vue contraire, il est soumis au chantage, peu avant d’être exclu du parti. Une contradiction flagrante de ceux qui se réclament démocrates, pourtant intolérants sur le point de vue contraire à la pensée du chef du parti. Ces genres de scènes se comptent et se multiplient dans la sphère politique au pays de Patrice Emery Lumumba.

Si tous se réclament démocrates, il y a lieu d’admettre un autre son de cloche, un point de vue contraire, être tolérant, car du choc d’idées jaillit la lumière, dit-on !

D’autre part, après la mort du guide, le parti disparait avec lui, puisque l’empire a été fondé sans idéologie, ni doctrine, moins encore une philosophie du parti. Et si le parti du défunt subsistait encore, ce que ses acolytes se retrouvent encore au pouvoir pour sauver le meuble. Une fois, dans l’opposition le parti disparait avec son géniteur.

Mais, à la Société civile, une entité sans coloration politique, jouant le rôle de porte-parole de la population auprès de décideurs, se trouve à la croisée de chemin. Entre le pouvoir et la population paupérisée, elle choisit par ailleurs, le camp de la manne au ciel.

De tous les temps, ses animateurs sont souvent assimilés à un camp politique tout comme à une autre. Au stade actuel, la vie politique au Congo est bipolarisée entre la Majorité présidentielle et l’opposition. Drame auquel assiste la Société civile d’une part, celle qui se réclame proche du pouvoir, et d’autre part celle qui se réclame proche de l’opposition. D’ailleurs, le fait d’être proche de tel ou tel autre camp, certains des acteurs jadis de la société civile se sont transformés en acteurs politiques actifs. Les cas sont légions. C’est cette crainte qui hante la population qui risque d’être abandonnée par cette entité proche d’elle.

Avec la nomination du nouveau Premier ministre Bruno Tshibala Nzenze, la course effrénée aux postes ministériels est ouverte à la Société civile. Surtout que l’Accord du 31 décembre confère quelques postes ministériels à cette entité sociale.

Dans cette optique, les sources bien agencées nous renseignent qu’un groupe de personnes bien identifiées monnayent les postes des ministres et vice-ministres dans le futur gouvernement. Notre source cite notamment de Bernard Botula, Christophe Bowulu et Alain Bokuli qui auraient confectionné une liste moyennant une somme de 3000 à 3500 dollars Us pour tout postulant voulant faire partie du gouvernement Tshibala. Les floués se sont confiés à notre rédaction pour décrier et dénoncer cette pratique qui prend de plus en plus corps au sein de la Société civile. Ces truandeurs pour ne pas paraitre au grand jour dans l’empire de l’escroquerie, auraient glissé les noms de certaines figures emblématiques de la Société civile, auprès de qui, ils ne se sont pas hasardés  de percevoir les billets de banque, sous peine d’être à découvert. Sinon, ils l’ont fait aux petits esprits moins avertis, croyant que le poste ministériel se monnaye.

Cette liste fictive de la Société civile signée de la main des précités a été découverte lorsque certains escroqués n’ont pas vu leurs noms être repris. Une situation atypique au sein de la Société civile qui, de plus en plus se discrédite dans leur prise de position politique. Au lieu d’être le porte-parole de la population, dont elle est censée défendre, tant dans les domaines agricole, économique, sociale, religieux, etc., les acteurs sous couvert de la casquette de la société se précipitent au Gouvernement central, sans au préalable consulter la population, dont elle défend.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse