Football : pourquoi et comment respirer pendant l’effort ?

par -
0 386
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour bien respirer, il faut que la respiration soit fluide et en parfaite harmonie avec les gestes techniques du football. Les muscles de l’abdomen doivent être bien travaillés, ne pas comporter de dépôts de graisse. Le footballeur doit absolument éviter le stress. Ce dernier est l’un des facteurs négatifs car, il tend le cerveau et les muscles. Le joueur doit être en parfaite harmonie avec le kinésithérapeute qui a la charge de ses exercices de respiration.

Outre les muscles, organes sensibles du footballeur, ce dernier est obligé d’avoir une respiration bien encadrée. C’est ce qu’ils apprennent au repos. Il y a aussi lieu de se préoccuper de savoir comment un athlète peu respirer pendant l’effort. En réalité, l’exercice est simple, mais la  pratique se fait avec apprentissage. Il est vrai que sans suivi, l’athlète peut se vouer à une mauvaise façon de respirer pendant l’effort. Cette situation est à éviter, car le principal combat de la Fédération internationale de football association (FIFA), c’est d’éviter la mort subite sur le terrain. Et pourtant, un mauvais contrôle de respiration de l’athlète peut-être à la base de cette tragédie. Alors qu’une mauvaise respiration peut influencer chez l’athlète une asphyxie. En fait, il importe que le footballeur apprenne comment envoyer de l’oxygène dans tous les muscles, grâce à une bonne respiration. Lorsque le corps est en pleine effort et que les fibres musculaires ne reçoivent plus suffisamment d’oxygène, l’acide lactique prend place pour permettre que les muscles aient de l’énergie. Et ce, grâce au sucre qu’il dépose comme palliatif. Mais le relai doit vite être rendu à la respiration. C’est ainsi qu’en football, il est prévu un repos de 15 minutes entre les deux mi-temps qui durent chacune 45 minutes. Aussi est-il recommandé des entrainements dits de décrassage. Ceux-ci répondent au besoin de nettoyer les muscles, pour évacuer les déchets déposés par l’acide lactique dans les muscles.

La voie la plus noble et naturelle de donner de l’oxygène à nos muscles, c’est de respirer l’air ambiant. Après avoir respiré, l’athlète inspire l’oxygène de l’air dans les filtres des poumons que l’on appelle les bronches. Ensuite, cet air sera transporté dans le sang, en partie  grâce au fer présent dans l’organisme pour atteindre les fibres musculaires. Les glucoses et les lipides viennent compléter le travail du transport de l’oxygène à travers le sang pour atteindre les muscles. C’est en fait le trio : fer, qui brule le glucose et le lipide sur son passage qui fait le gros travail du transport de l’oxygène vers les muscles, grâce au sang qui joue le rôle de transporteur.

Il faut donc que l’athlète ait de bon poumons et qu’il soit avant tout éligible à la pratique du football. Parce qu’il y a tout de même quelques situations qui peuvent handicaper les capacités du footballeur dans la pratique du football. Notamment l’hyperréactivité, qui réduit les filtres d’air pendant que l’athlète est en plein effort. Aussi lorsque l’athlète a une carence en fer. Lequel est un des transporteurs de l’oxygène au niveau des muscles.

(Hana Kel)

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse