Fonction publique: Lancement du programme de rajeunissement et mise à la retraite des agents

par -
0 429
Le ministre Michel Bongongo de la Fonction publique
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

 

Au ministère de la Fonction publique, hier lundi 5 juin 2017, Michel Bongongo, patron de secteur a donné le coup d’envoi des travaux de titularisation et de sensibilisation sur le processus de mise à la retraire des agents et cadres des administrations de cinq ministères pilotes dont les  Finances, le Budget, la Santé, la Fonction publique et Plan.

Devant les Secrétaires généraux, membres du groupe des leaders de la Réforme de l’Administration publique, le Président de l’intersyndical National de l’Administration publique, le ministre d’Etat de la Fonction publique a signifié que l’importance des effectifs des éligibles pour la retraite pour l’ensemble de l’Administration publique représente à la fois une contrainte financière et budgétaire importante pour l’Etat congolais, mais également, ajoute t-il,  un défi pour la gestion de la carrière des agents et fonctionnaires de l’Etat en termes de promotion et de recrutement, conformément aux exigences de la loi n°16/013.

D’après ce statut, signale-t-on, le recrutement comme la promotion ne se justifie que dans un contexte de disponibilité d’un poste budgétairement prévu. Cette disponibilité ne peut être constatée qu’en cas de  décès, de mise à la retraire ou de création des nouvelles directions, notamment dans le cadre des structures standards.

Plus des 250.000 agents éligibles à la retraite

Etant une étape importante intervenant au sommet de la carrière d’un agent et fonctionnaire de l’Etat, la mise à la retraire est un processus qui requiert une démarche à la fois rigoureuse et transparente. Le nouvel instrument juridique dont s’est doté le gouvernement, innove en matière de gestion de la retraite notamment sur les conditions de départ à la retraite, autorité compétente et droits des retraités.

Selon le chiffre évoqué sur place, il y a au moins 250.000 agents rétraitables. Dans le cadre du Comité de Pilotage  pour la Reforme et Modernisation de l’Administration publique (CPMAP), des options ont été levées pour assurer un processus efficace, transparents et respectueux des procédures et des normes statutaires.

Et le diagnostic établi en 2012, l’un des fauteuils qui pèsent sur l’efficacité de l’Administration  publique est le vieillissement du personnel sur l’ensemble 54 administration que comptent l’administration publique.  Restant l’une des questions principales des acteurs intéressés par cette reforme en RDC, le processus de mise à la retraite concerne les institutions de la République, les agents et fonctionnaires, les organisations syndicales des travailleurs du secteur public et les partenaires au développement.

Pour Michel Bongongo, «  au vu du nombre important des éligibles à la retraite plus 250.000  agents et fonctionnaires de l’Etat en fin 2016 et d’importants cas d’irrégularités ayant conduit à des plaintes lors des opérations de mise à la retraite organisée par le passé , le Gouvernement et la Banque mondiale se sont  accordés, dans le cadre du Programme recensement et rajeunissement agents de la fonction publique (PRRAP) sur une démarche rigoureusement et par étape garantissant la transparence. Cette démarche cible un certain nombre des ministres jugés pilotes avant l’extension progressive à d’autres groupes des ministères ».

Réunion interministérielle (Finances, Plan, Fonction publique, Portefeuille et Santé)

Avant le lancement de ce programme dans l’après-midi, une réunion interministérielle s’est tenue le matin engageant les ministres des administrations pilotes, notamment celui des Finances, du Budget, de la Fonction publique, du Plan et de Portefeuille dans le cadre du PRRAP et santé, dans le cadre du projet de développement du secteur de la santé (PDSS). Les ministres présents ont levé l’option du couplage stratégique et opérationnel du processus de mise à la retraite avec la titularisation de l’ensemble du personnel administratif.

Cette réunion, qui a été l’occasion de confirmer l’esprit et la cohésion gouvernementale  dans ce processus visant l’amélioration des conditions sociales des agents et fonctionnaires de l’Etat, notamment en qui concerne la gestion de la carrière et de la retraite a ainsi permis de consolider l’adhésion de tous au processus de mise à la retraite autour des options stratégiques relatives au processus de mise à la retraite.

Prenant la parole, Bahati Lukuebo, ministre d’Etat du Plan, « notre rencontre a concerné trois points : Retraite, titularisation et promotion. La mise à la retraite se fera au même moment avec la titularisation et la promotion. Ce programme a été déjà appliqué dans la Fonction publique, mais nous actualisons simplement. Nous sommes dans l’étape de l’opérationnalisation des décisions prises par le gouvernement pour que les agents éligibles perçoivent leurs argents ».

En outre, Michel Bongongo, au sortir de cette rencontre, a dit que cette vision de rajeunissement de la fonction publique vient du Chef de l’Etat et les moyens sont mis en œuvre pour que les agents qui partent en retraite soient bien encadrés.

L’intersyndical heureux, mais insiste sur l’application de la feuille de route

Dans l’après-midi, le ministre de la Fonction publique a eu à s’entretenir avec les Secrétaires généraux, membres du groupes des leaders stratégiques de  la reforme, le Président de l’intersyndical national, le coordonnateur de la CMRAP et du PRRAP, membres de la commission de titularisation pour éclairer la lanterne des participants.

Après l’exposé du Ministre Bongongo, les syndiqués ont insistés sur le respect de l’application de la feuille de route qu’ils ont introduit à propos de la retraite des agents de l’Administration publique.

« Nous sommes heureux pour la retraite, pourvu que les conditions posées par le syndicat soient respectées. Et après notre échange, le ministre nous a donné toutes les garanties que les fonctionnaires n’iront pas à la retraite comme orphelins », a déclaré Fidèle Kiyangi, président de l’Intersyndicale nationale de l’Administration publique (INAP).

Et de poursuivre en disant que «  parmi les conditions posées, il y a 20 ans il n’y a jamais eu de la promotion dans la Fonction publique. Les agents et fonctionnaires occupent actuellement des grades de commission. Nous avons demandé au ministre de titulariser d’abord les agents éligibles à la retraite et après ça nous allions réfléchir comment calculer les indemnités de sorties et viendra la retraite proprement dite. Mais dans l’ensemble, nous sommes pour la retraite à partir de 65 ans, voir même ceux qui ont 35 ans dans l’administration publique. Aussi pour ce deuxième cas, ceux qui se retrouvent là et veulent rester, qu’ils écrivent conformément à la loi. Avant la fin de ce mois, nous avons proposé au Ministre que nous ayons déjà un groupe des agents qui partent en retraite».

Selon lui, ils ne sont pas gérés par la Banque mondiale. Cette dernière vient en appui au gouvernement congolais puisqu’il manque de moyens pour arriver à retraiter les agents en vue de rajeunir l’Administration. Notons cependant que ce processus de mise à la retraite bénéficie de l’appui financier et technique du PRRAP et c’est le Ministre ayant en charge la Fonction publiques qui  préside la commission interministérielle de suivi de ce processus.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse