Financement du processus électoral: Sur 435 millions Usd, 203 millions payés au 10 juillet 2018

par -
0 263
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Tripartite CNSA-Gouvernement-CENI sur l’évaluation de la mise en pratique de l’Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral se poursuit, à l’immeuble de la territoriale, dans la commune de Lingwala, ville province de Kinshasa. Depuis le 11 juillet 2018, les membres du Gouvernement et les institutions impliquées dans cette évaluation défilent devant les membres de la plénière du CNSA, afin d’expliquer le niveau d’exécution de leurs cahiers des charges. Hier jeudi, c’était le tour du ministre des Finances, Henri Yav Mulang de passer, pour parler du financement des élections.

Dans sa communication, il a donné des éclaircissements sur l’état de paiement des fonds alloués à l’organisation des élections. Pour lui, sur les 435 millions de dollars Us qui ont été alloués dans le budget 2018, déjà 203 millions Us ont été payés de janvier au 10 juillet 2018. Comme d’habitude, après son exposé, les membres de la Tripartite ont soulevé plusieurs préoccupations, dont le financement du CNSA et l’indifférence du gouvernement face à l’appui logistique de la Monusco. A cette dernière question, Henry Yav a précisé que l’Etat congolais a fait son choix et va ainsi s’assumer.

« Aujourd’hui, il était question de parler sur le financement. Et le ministre des Finances est venu donner les engagements du Gouvernement. La conclusion générale sera connue demain à la clôture. Nous sommes en train d’exécuter notre calendrier et le 23 décembre 2018, il y aura élections. Sans moyens, nous ne serons pas là où nous sommes aujourd’hui », a soutenu Corneille Nangaa, président lors de cet exposé du ministre des Finances.

Soulignons que ces travaux de la Tripartite ont été convoqués par rapport à l’Accord du 31 décembre 2018, surtout au regard des préoccupations formulées par le CNSA et portant sur l’absence d’un consensus politique autour de la machine à voter contraire à l’esprit de l’avant dernière ligne du préambule de l’Accord ; l’existence de 16% d’enrôlés sans empreintes digitales, telle que notées par l’organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans ses conclusions sur l’audit du fichier électoral ; le défaut de prise en compte des corrections des omissions et erreurs contenues dans la liste des partis et regroupements politiques publiées au Journal officiel le 30 avril 2018 conformément au Chapitre V.4 de l’Accord ; la non-libération de certains prisonniers politiques, d’opinions et amnistiés, contraire aux prescrits du Chapitre V.1 de l’Accord du 31 décembre 2016 et du Chapitre V paragraphe 8 qui exige au Gouvernement de la République issu de l’Accord de poursuivre sans délai les mesures de décrispation politique et d’entreprendre concomitamment les démarches auprès des Etats et organisations internationales concernés en vue d’obtenir la levée des sanctions prises à l’encontre des certains compatriotes ; le règlement non satisfaisant de la question des cautions payés depuis 2015 pour les élections législatives provinciales et le dédommagement des personnes victimes de l’intolérance des évènements du mois d’octobre 2016 à savoir les familles des victimes et des membres des partis politiques.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse