Financement des élections en Rdc, refus de participer à la conférence de Genève, Alexey Sentebov : « La Russie a toujours confirmé sa non-ingérence dans les affaires intérieures de la Rdc »

par -
0 313
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

M.Alexey Sentebov, nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en République démocratique du Congo, a accordé dernièrement un entretien au Journal L’Avenir. Il s’est exprimé non seulement sur la politique extérieure de son pays, mais a donné aussi sa lecture de la situation actuelle en Rdc. Par rapport à l’empoisonnement de l’agent double et de sa fille dont la vie n’est plus en danger, l’Ambassadeur qualifie de provocation le comportement de la Grande Bretagne. Parce que sans avoir de preuves exactes, on ne peut nommer quelqu’un coupable et en plus, la Russie n’a aucun intérêt à s’engager dans des démarches pareilles, surtout au lendemain de l’organisation du mondial en 2018. Réagissant sur la décision pour le Gouvernement congolais de financer seul le processus électoral, Alexy Sentebov (dont l’interview suit) insiste que son pays a toujours confirmé sa non-ingérence dans les affaires intérieures de la Rdc. C’est-à-dire que pour la Russie, personne ne peut décider sur un Etat souverain sur comment il doit organiser son processus électoral. On peut tout simplement l’accompagner, mais sans imposer sa volonté à quelqu’un. Tout en appuyant la décision de la Rdc qui a boycotté la conférence de Genève, la Russie annonce avoir pris la décision de contribuer au Programme alimentaire mondial (PAM), concernant la livraison des denrées en Rdc. Il informe en passant que les pourparlers pour l’investissement des hommes d’affaires russes en Rdc demandent toujours du temps, surtout que la Russie a été absente de la Rdc pendant des décennies.

Comment se porte votre pays aujourd’hui, la Fédération de Russie, au point de vue de sa politique extérieure ?

Pendant les années 90, la Russie a été malheureusement absente de certaines régions, y compris l’Afrique. On n’a pas vu l’importance de la Russie dans la résolution de certains conflits internationaux et avec d’autres puissances mondiales. Avec l’élection du président Poutine en 2000, la Russie a commencé à jouer de plus en plus son rôle de puissance internationale et a eu dans certaines régions à rétablir les relations avec nos anciens alliés, mais aussi avec les pays africains arabes et asiatiques. Bien sûr, en conservant ce rôle de puissance avec d’autres puissances mondiales. Bien sûr que cette situation n’est pas parfois saluée par d’autres pays pendant l’absence de la Russie sur le plan international vers les années 90, et les rôles ont été déjà partagés. Le rôle de la puissance mondiale a provoqué certaines réactions de la part d’autres puissances.

L’empoisonnement de l’agent double et de sa fille a conduit à la brouille de vos relations avec certains de vos partenaires. Quelle peut être la solution, selon vous ?

En ce qui concerne cette tentative d’empoisonnement de l’agent double, ça n’exclut pas sa fille, on va commencer par vous dire que leur vie n’est plus en danger. Donc, la Russie a été désignée préalablement comme coupable dans cette affaire, sans présenter pas seulement à nous, mais aussi à l’ONU, de preuves crédibles. On a utilisé des phrases très probables, très possibles, mais sans présenter de preuves. Ce que demande la Russie, c’est de mener une enquête indépendante faite par l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques. Et faut-il vous rassurer que la Russie a proposé de participer à cette enquête. On a déjà reçu quelques conclusions faites sur demande de la Grande Bretagne qui a accusé la Russie de la participation à l’empoisonnement. Mais la Russie ou d’autres pays membres de cette organisation a reçu déjà quelques conclusions qui n’identifient pas la Russie comme le pays de fourniture de cette substance chimique. Donc, même le nom qui a été prononcé plusieurs fois par les représentants britanniques, ne figure pas non plus sur les premières conclusions de cette commission. C’est-à-dire, ce qu’on a fait, c’est une sorte de provocation de la Grande Bretagne envers la Russie. Sans avoir de preuves exactes, on ne peut pas nommer quelqu’un coupable et en plus, la Russie n’a aucun intérêt à faire les démarches pareilles, surtout avec l’organisation du mondial en 2018. Puisque ce n’est pas dans notre intérêt d’empoisonner quelqu’un dans un autre pays.

Les derniers rebelles ont quitté la Syrie et ce pays a retrouvé son calme grâce à la Russie. Entre-temps, il y a eu des frappes américaines, parce qu’ils soupçonnent qu’il y a eu utilisation du gaz chimique. Quel est votre entendement ?

Quand on voit ce qui se passe en Syrie, sur le plan de la stabilisation, l’armée syrienne grâce à l’aide de la Russie,  a réussi à trouver la solution pour ce quartier dans la banlieue de Damas. L’accusation de l’utilisation de l’arme chimique, mais les représentants de Croissant rouge se sont rendus sur le lieu à Douma, et n’ont découvert aucune trace. On a utilisé à nouveau comme dans l’affaire de l’agent double, les phrases très possibles, très probables, pour poursuivre leur logique anti-syrienne. L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques doit intervenir, parce qu’il n’y a pas de rebelles et peut aller travailler dans les conditions sécurisées. S’il n’y a aucune preuve de l’utilisation d’armes chimiques, cela doit être certifié par l’organisme international. Comme ça, on évite d’accuser de nouveau la Syrie d’être coupable.

La Rdc a décidé de financer les élections sur ressources propres. Quelle est la réaction de la Russie ?

La Russie a toujours confirmé sa non-ingérence dans les affaires intérieures de votre pays. C’est-à-dire que pour la Russie, personne ne peut décider sur un Etat souverain sur comment il doit organiser son processus électoral. On peut tout simplement l’accompagner, mais sans imposer sa volonté à quelqu’un. Dans ce contexte, si la Rdc prend la décision de financer ses élections, cette décision doit être respectée par d’autres, c’est-à-dire, c’est une question de souveraineté. Quand on parle de l’accompagnement du processus électoral qui se passe dans votre pays, on doit toujours avoir la limite entre la souveraineté et le désir d’accompagner et d’assister ce processus. Quand même on doit bien respecter le choix du gouvernement congolais.

Il y a un débat sur la machine à voter, quel est le modèle utilisé en Russie ?

Si la CENI se prononce sur cette question, il faut respecter la décision de la CENI. Mais en ce qui concerne les élections en Russie, ça se passe en mode traditionnel, c’est-à-dire, on utilise toujours les bulletins, les urnes, mais quand même on a des urnes différentes, les urnes automatiques qui peuvent lire les données immédiatement et transmettre au centre de traitement. En ce qui concerne la machine à voter, ce n’est pas facile d’en parler, parce que je ne l’ai jamais vécu. Je ne peux comprendre comment elle fonctionne.

La réunion de Genève a eu lieu, en l’absence de la Rdc, quel est votre commentaire ?

Je veux vous dire deux choses : cette décision a été prise et confirmée plusieurs fois, même par voie écrite, c’est-à-dire, ce n’était pas de mon point de vue une décision spontanée. Bien sûr qu’on a parlé de plusieurs raisons, mais cette décision a été prise et ce n’est pas de spéculer là-dessus. On n’a pas d’autres moyens de la changer. Mais en ce qui concerne cette conférence, vu que la Rdc n’y a pas participé, la Russie aussi ne pouvait pas y participer. Le plus important pour la Russie est d’être au cœur de tout ce qui se passe dans votre pays. La Russie a pris la décision de contribuer au Programme alimentaire mondial (PAM) concernant la livraison des denrées en Rdc. Nous envisageons toujours de participer à travers les organismes internationaux, à l’octroi de l’aide à votre pays.

Où est-ce qu’on en est avec la mobilisation des investisseurs russes ?

C’est un travail qui est en train d’être fait. Il y a des investisseurs russes qui sont en pourparlers avec les Ministères et les structures concernant leurs investissements. On est en train d’établir les liens entre les provinces de la Rdc et les régions de la Russie. Cette année, certaines conférences seront organisées à Saint Petersburg (Russie), sans oublier le forum économique international là où il y a des Congolais qui ont été invités, c’est-à-dire que ce processus est en cours. Les pourparlers demandent toujours du temps, surtout que la Russie a été absente de votre pays pendant des décennies. Malheureusement, on ne connait pas beaucoup votre pays chez nous. C’est le travail qu’abat l’ambassade. Mais l’intérêt existe. On reçoit presque chaque semaine des demandes concernant les perspectives d’investir en Rdc.

Donc, la coopération est au beau fixe ?

L’on espère avoir de grands projets. Mais cela demande du temps, même si c’est toujours important d’y travailler.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse