Financement de l’entretien des routes au Nord-Kivu: Le FONER maintient le cap

par -
0 214
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis un bon temps, les rumeurs courent les rues de la province faisant état du dysfonctionnement du Fonds National d’Entretien Routier (FONER) juste après la réhabilitation par le Gouverneur Julien Paluku sur ordre du président de la République Joseph Kabila Kabange, des axes routiers à entretenir à l’intérieur de la province par quatre attributaires dont la société Premidis, l’opérateur économique  du secteur  pétrolier Dieudonné Komayombi SIMBA, le  vice-président de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC-Nord-Kivu) et M.  Kibando.

La rédaction du Journal L’Avenir est allée à la rencontre du Directeur provincial de cet établissement public chargé de financer l’entretien des routes en RDC, question de lever l’équivoque et les confusions qui sont  longtemps restés dans les têtes de plusieurs personnes qui croient que le FONER ne fait  plus son travail comme  il se doit. M. Impwili précise qu’un Arrêté ne peut en aucun cas annuler une Ordonnance, mais peut-être la consolider si nécessaire dans la vision de l’amélioration d’une action d’intérêt public. A lui d’ajouter que le FONER étant institué par une Ordonnance présidentielle,  ne peut pas être anéanti ou désorienté par un Arrêté et que clairement le FONER dans le sens du protocole qui sera incessamment signé avec la province, ne fera que léguer ses quelques attributions tout en gardant ses facultés statutaires.

Avec plus de précisions, M. Impwili estime que l’institution  qu’il dirige privilégie toujours le partenariat public – privé pour lequel, elle travaille avec les opérateurs économique dans le cadre de sa mission axée sur l’entretien des routes. C’est dans cette optique qu’elle a à ses côtés les attributaires que sont les membres de la Fédération des Entreprises du Congo(FEC), à qui sont confiées les taches de la gestion de différents tronçons routiers d’importance capitale pour la province. A lui de poursuivre qu’au-delà des attributaires, le FONER a des services techniques parmi lesquels l’Office des Routes, qui a la charge d’effectuer des études techniques et de faisabilité de la réhabilitation ou construction d’une route, dont la fiche est remise au FONER pour le financement des travaux.

Il y a également dans le même angle, des partenaires officiels tels que la DGDA qui perçoit les taxes dues au FONER en ce qui concerne la douane, et le SEP- CONGO qui le fait pour des redevances des produits pétroliers. Le FONER, a-t-il expliqué, est simplement chargé de disponibiliser des fonds pour l’entretien des routes et pas plus. L’Etat congolais a également sa part dans cette mission, celle d’élaborer des lois et mettre de mécanismes pouvant permettre l’application de ces dernières pour maintenir les routes en état. Quant aux services techniques, a-t-il insisté, ils ont mêmement le rôle d’identifier la nécessité de construction ou de la réhabilitation d’une route, pour laquelle ils en identifient les matériaux devant concourir aux travaux, et évaluent les cantonniers pour la réalisation desdits  travaux.

Des nouvelles orientations en faveur des infrastructures routières

Lors des discussions sur la gestion des taxes perçues par le Foner dans le cadre du péage routes, le Nord-Kivu a été choisie comme une province pilote, dans laquelle devaient se dérouler l’action du FONER à titre expérimental. Faisant allusion aux causes de la dégradation des routes, il a fait mention des transporteurs qui ne respectent pas souvent le tonnage qui au finish acquiert des répercussions fâcheuses sur l’état de routes. Une taxe de pénalité, a-t-il informé, est déjà instituée pour ramener ces transporteurs-là qui ne veulent pas respecter le tonnage à la raison. Cette taxe, a-t-il fixé, n’a aucunement une finalité liée à la recherche des recettes, mais plutôt au découragement de ce comportement affiché par ces derniers, celui de vouloir toujours dépasser le tonnage.

Pour une petite information, le directeur impwili a signifié que l’argent récolté pour le compte du FONER au niveau du Nord-Kivu, n’est forcément pas affecté aux travaux du Nord-Kivu. Il est transféré à son compte au niveau national à Kinshasa, où des études sont effectuées pour savoir, dans quelle partie du pays les affecter selon les urgences enregistrées.  C’est le FONER qui finance les travaux d’entretien des routes au Nord-Kivu, et s’il ne le faisait pas, ces travaux ne pouvaient pas continuer à être observés sur terrain, a-t-il conclu, avant d’appeler les journalistes à l’attente la signature dudit protocole afin de voir comment évolueront les choses. A titre de rappel, les axes routiers Goma-Bunagana et Kiwanja-Ishasha dans le groupement de Binza ont été confiés respectivement à l’opérateur économique du secteur pétrolier Komayombi Simba Dieudonné et le vice-président de la FEC-Nord-Kivu et que celui de Kiwanja-Kanyabayonga à la société Premidis. Mais ce qu’il faut retenir est que le Fonds National d’Entretien Routier (FONER) ne cesse de financer l’entretien des routes et non la réhabilitation, moins encore la construction malgré l’intervention des attributaires.

(Marty Da Cruz Olemba/Rtga-Goma)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse