Financé par la Banque mondiale: Le projet PARRSA approuvé par tous

par -
0 1179
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des résultats probants enregistrés sur terrain ainsi que la gestion satisfaisante du projet a ainsi permis au PARRSA de recueillir l’approbation et la satisfaction de toutes les parties : le Gouvernement et la Banque mondiale. Pour M. Amadou Oumar Ba, responsable du projet à la Banque mondiale, PARRSA est un projet qui répond parfaitement aux exigences du développement de la province de l’Equateur. Il a rassuré, quant aux sollicitations de l’extension de la date butoir du projet, que des discussions seront entamées entre les deux parties pour une éventuelle possibilité. A l’endroit de l’équipe du projet, ce ne sont que des félicitations.

Le Projet d’appui à la réhabilitation et à la relance de l’Agriculture (PARSSA) est une initiative du Gouvernement de la République, financée par l’Association internationale de développement (IDA) avec un don de 120 millions $US. Il est mis en œuvre depuis janvier 2011 dans trois districts de la province de l’Equateur (Mongala, Nord Ubangi et Sud Ubangi) et dans le Pool Malebo/Kinshasa et s’achèvera en principe le 15 décembre 2015. L’objectif principal étant d’augmenter la productivité agricole et améliorer la commercialisation de la production agricole et animale des petits producteurs dans les zones ciblées.

Ainsi, une Mission conjointe Gouvernement – Banque mondiale d’appui à la mise en œuvre du projet PARRSA a eu lieu du vendredi 26 au mardi 31 mars 2015. C’était pour procéder à la supervision du PARRSA, une année après la revue à mi-parcours et à dix mois de la date de clôture du projet ; visiter les réalisations du projet dans la province de l’Equateur, etc. Après la première étape sur terrain dans la province de l’Equateur (comme principale zone d’intervention), la deuxième a été organisée sous-forme d’un atelier de deux jours tenu à Kinshasa le lundi 30 et hier mardi 31 mars 2015.

Présidé par le secrétaire général à l’Agriculture, M. Hubert Ali Ramazani, cette réunion d’échange a connu la participation entre autres du personnel du projet, dont le coordonnateur national du projet M. Alfred Kibangula Asoyo, des ministres provinciaux de l’Agriculture de Kinshasa et de l’Equateur, des secrétaires généraux sectoriels. Ont aussi contribué à ces échanges, des directeurs des services et inspecteurs de l’Agriculture, Pêche et Elevage et Développement rural de la ville-province de Kinshasa et de la province de l’Equateur, ainsi d’autres représentants du Gouvernement et de la Banque mondiale.

Une gestion satisfaisante

Après les allocutions d’ouverture, la première journée a gravité autour de la présentation du coordonnateur national du projet PARRSA, M. Alfred Kibangula Asoyo, des résultats des composantes 1 et 3 du projet, relatifs respectivement à l’amélioration de la production agricole et animale, et au renforcement des capacités du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

  1. Kibangula a pour ce faire mis en relief les résultats probants enregistrés, l’accroissement continu du nombre de bénéficiaires directs du projet (107.403 ménages de producteurs), le renforcement des capacités nationales, la vaccination de poules (2.774.765) et de petits ruminants (555.543). Parlant de la composante 3 du projet, le coordonnateur national du PARRSA a relevé les réalisations qui sont achevées et celles qui sont en cours.

La gestion du projet s’est avérée satisfaisante au regard du taux de décaissement de près de 75 %, de l’amélioration de la passation des marchés (80 %) et de la réalisation régulière des audits internes et externes. Après la présentation de M. Alfred Kibangula, les participants étaient conviés à suivre la projection du film documentaire sur la présentation des résultats de la composante 2 du projet relative à l’amélioration des infrastructures de commercialisation.

Amadou Oumar Ba rassure des discussions pour PARRSA 2

Hier au cours de la deuxième journée, le coordonnateur Alfred Kibangula a présenté les résultats de la vaccination et s’est appesanti sur le bien-fondé de cette campagne et a souligné les difficultés de sa mise en œuvre. Cette présentation a été suivie de celle portant sur le système électronique du suivi-évaluation du projet PARRSA.

A l’unanimité, les participants ont remercié et félicité vivement le responsable du projet à la Banque mondiale, M. Amadou Oumar Ba, le coordonnateur national du projet ainsi que toute l’équipe du projet. Ils ont poursuivi leur plaidoyer pour l’élaboration et la mise en œuvre du PARRSA 2 en lieu et place d’une extension du projet actuel en vue de résorber les défis et consolider les acquis.

Pour ce faire, M. Amadou Oumar Ba a rassuré que la Banque mondiale va discuter avec le Gouvernement à ce sujet. Il a aussi affirmé que le projet PARRSA est en voie d’atteindre ses objectifs assignés. « Cet échange a été très riche et a permis de redonner du sang nouveau aux animateurs du projet. Ce qui donne lieu d’espérer à une deuxième phase du projet ».

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse