Fin de la 11ème session des Directeurs de la DGDA

par -
0 936
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Déo Rugwiza s’en va-t’en guerre contre « CDFTI »

Le patron de la douane congolaise Déo Rugwiza Magera est déterminé à éradiquer la corruption, le détournement, la fraude, les tracasseries et l’impunité, connus sous l’acronyme CDFTI au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat. C’est ce que l’on peut retenir à l’issue de la 11ème session des Directeurs de la DGDA, Direction générale des douanes et accises, dont les rideaux sont tombés hier à Kinshasa.

Débutés le 19 janvier courant, les travaux de la 11ème session des Directeurs centraux et provinciaux de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) se sont clôturés hier jeudi à Kinshasa, assortis de recommandations et stratégies. Ce, afin d’éradiquer la corruption, le détournement, la fraude, les tracasseries et l’impunité, connus sous l’acronyme CDFTI au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat. Pour au finish booster les recettes au profit du Trésor, en rapport avec les assignations budgétaires exercice 2016, plus singulièrement son premier semestre. La séance de clôture a été présidée par le Secrétaire général aux Finances, en présence des Directeurs généraux adjoints de la DGDA, Gabriel Mwepu et Carol Lutaladio.

Un menu consistant

En effet, en exécution des instructions du ministre des Finances, a dit le DGA Mwepu, la présente session a permis de faire le point de l’activité douanière de l’année 2015 afin d’identifier les vraies causes de la tendance observée en matières de mobilisation des recettes ; de formuler les résolutions pertinentes pour redresser la situation ainsi constatée et, de communiquer les assignations budgétaires du premier semestre 2016.

Au cours de la présente session, il a donc été question de relever les faiblesses qui sont à l’origine de la tendance à la baisse des performances dans la mobilisation des recettes ; et de définir les mesures correctives concrètes susceptibles d’avoir un impact direct et immédiat sur les recettes.

Comme la Loi des Finances n° 15/021 du 31 décembre 2015 assigne à la DGDA 2.579 milliards de Francs congolais, Gabriel Mwepu a, au nom du DG Déo Rugwiza, rappelé aux Directeurs centraux et provinciaux l’impérieuse nécessité de réaliser les prévisions budgétaires assignées à leurs entités respectives. C’est dans ce cadre précis que ces derniers ont pris un engagement solennel en signant les contrats programmes de performances, devant se traduire dans la gestion quotidienne de leurs services respectifs dans le strict respect des dispositions légales et règlementaires, et par un encadrement efficient du Personnel.

A cet effet, Déo Rugwiza, par la bouche de son adjoint Gabriel Mwepu invite les Directeurs à s’impliquer davantage dans le suivi des opérations de dédouanement des marchandises et dans le contrôle des activités des services, et de mettre fin à une certaine passivité observée.

Lutte contre les antivaleurs

Ces antivaleurs, connues sous l’acronyme CDFTI : corruption, détournement, fraude, tracasseries et impunité ayant la peau dure au sein de la régie financière pourvoyeuse des recettes de l’Etat, nécessitent une lutte acharnée. « Je me dois d’attirer l’attention de chacun de vous sur l’importance de la lutte que nous devons tous mener contre la fraude et la corruption, car il sera illusoire de croire que l’on saura redresser la barre sans remporter la bataille contre les antivaleurs », a-t-il lancé.

A ce propos, le patron de la douane congolaise a tenu à rassurer le Secrétaire général aux Finances de l’engagement de la haute hiérarchie de la DGDA à mettre en œuvre les résolutions formulées à l’issue des travaux, tout en sollicitant du Gouvernement de la République son accompagnement dans leur mise en œuvre. Ce qu’a acquiescé le SG.

Avant de clore son propos, Gabriel Mwepu a invité, pour leur part, les cadres et agents de la DGDA à garder présent à l’esprit la devise de la douane congolaise : « Toujours davantage : aujourd’hui plus qu’hier et demain plus qu’aujourd’hui », relevant en même temps que cela n’est possible que si l’on abandonne CFDTI.

Ce qu’a été la séance d’ouverture

Le ministre des Finances Henri Yav Mulang, accompagné de son vice-ministre Albert Mpeti, avait ouvert le mardi 19 janvier 2016, devant le Directeur général des douanes et accises Déo Rugwiza Magera, les travaux de la 11ème session des directeurs centraux et provinciaux de la DGDA, Direction générale des douanes et accises. Cadre choisi : le centre événementiel Romeo Golf, à Kinshasa.

Premier à prendre la parole, le, le DG Rugwiza avait, dans son allocution, rappelé que chaque année, la DGDA organise deux sessions des travaux des Directeurs centraux et provinciaux, auxquels se joignent les représentants de cette régie financière à l’étranger.

Les deux sessions se tiennent respectivement en janvier et juillet. La première est consacrée au bilan de l’exercice passé et à la communication des assignations budgétaires du premier semestre de l’année en cours.

A ce sujet Déo Rugwiza a rappelé que conformément à la loi des finances N°14/027 du 31 décembre 2014, les assignations budgétaires de la Dgda pour l’exercice 2015 s’élevaient à 2.579.343.267.599 FC. Au 31 décembre 2015, la Dgda a mobilisé les recettes s’élevant au taux d’exécution de 71.42% par rapport aux assignations budgétaires ; et de 101.46% par rapport aux projections internes, arrêtées à 1.815.658.102.980 Fc. Comparé aux réalisations de l’exercice fiscal 2014, les réalisations de l’exercice 2015 accusent un taux d’accroissement de 2.60% et une plus-value de 48.841.282.487 Fc.

Au DG de renchérir : «  comme vous pouvez le constater, les réalisations de la DGDA en fin 2015 ont connu un accroissement par rapport à l’exercice fiscal de 2014. Mais force est de constater que ce taux d’accroissement est relativement faible par rapport aux années antérieures », prenant à titre d’exemple quelques cas : en 2012, le dépassement était de l’ordre de 32.52% par rapport à 2011. Pour 2013, elles ont dépassé de 29.19% celles de 2012. Les recettes réalisées en 2014 connaissaient un accroissement de 4.64% par rapport à l’exercice 2013.

Une mission difficile

« Nous devons donc profiter de l’occasion que nous offre cette session pour examiner fortement les raisons réelles de cette tendance à la baisse du taux d’accroissement de manière à dégager des recommandations pertinentes pour une réalisation des recettes plus accrue », a-t-il recommandé aux participants.

L’occasion a été propice pour le premier des douaniers d’informer que « la loi de finances N°15/021 du 31 décembre 2015 pour l’exercice 2016 assigne à la Dgda de mobiliser 2.579.943.278.582 Fc à repartir sur deux semestres de l’année, selon un coefficient saisonnier », a-t-il dit aux Directeurs centraux et provinciaux.

«  Je voudrais donc, à l’ouverture de ces travaux, en appeler au sens de responsabilité de chacun des directeurs provinciaux et centraux ici présent, en ce qui concerne l’obligation légale de mobiliser les recettes des douanes et accises votées par le Parlement et promulguées par le Président de la République ».

« Je sais que la présente session se tient à un moment où l’économie connait des perturbations marquées notamment pas la chute du prix du pétrole et du cuivre sur le marché mondial. Ce qui est à la base du ralentissement des activités des sociétés minières. Cependant je reste convaincu de l’impact non négligeable du facteur humain dans la mobilisation des recettes.

En effet, les rapports des missions de contrôle et d’audit effectués dans des provinces douanières au cours de l’année 2015 ont révélé que les efforts sont encore nécessaires en ce qui concerne l’éthique professionnelle. C’est peut-être là le terrain de bataille à mener en 2016 en vue de l’amélioration, a lancé le numéro 1 de la douane congolaise.

Yav Mulang remercie Déo Rugwiza

Prenant la parole à son tour, le ministre Henri Yav Mulang a dit merci au Dg Déo Rugwiza pour son invitation. « Je voudrais, avant toute chose, remercier le Directeur Général des Douanes et Accises, de m’avoir convié, comme l’année passée, à la cérémonie d’ouverture de la 11ème session des travaux des Directeurs de la DGDA », a-t-il commencé. Et de poursuivre : « Je saisis l’occasion que m’offre lorganisation, en ce début d’année 2016, de cette manifestation pour présenter mes vœux de santé et de succès à
l’ensemble du personnel de la Direction Générale des Douanes, ici représenté par les Directeurs centraux et provinciaux ».

Comme le DG l’vait préalablement dit, le ministre a mis la puce à l’oreille des participants pour circonscrire le rendez-vous: « chaque année, la présente session, organisée en ce début de l’exercice budgétaire 2016, doit pouvoir vous permettre de faire le bilan de l’activité douanière au cours de l’exercice passé, particulièrement du point de vue de la mobilisation des recettes en faveur du Trésor Public, principale
mission de votre organisation ».

Partant de cette évaluation, il a noté qu’il reviendra de réfléchir sur les voies et moyens de pallier les lacunes et les faiblesses constatées, et partant de
définir les stratégies d’amélioration de vos résultats au cours de cette année
nouvelle.

Tout en saluant les prouesses de la DGDA, Henri Yav a néanmoins regretté que « si la Loi des Finances pour l’exercice 2015 avait assigné à votre régie un objectif des recettes à atteindre supérieur de 43,8 par rapport à vos réalisations de l’année 2014, on note cependant qu’au 31 décembre 2015, le taux d’exécution des assignations de la DGDA n’a été que de 71,42 par rapport aux prévisions budgétaires ». En effet, quoiqu’indiquant une amélioration en valeur absolue par rapport aux réalisations de 2014, les montants des recettes produites en 2015 restent en deçà des prévisions budgétaires.

D’où, le vœu du ministre, qui est du reste celui du Directeur général : « J’ose donc espérer que vous vous appliquerez, au cours de vos travaux, à examiner, sans complaisance, les raisons qui entravent une mobilisation plus accrue des recettes ainsi qu’à proposer des mesures concrètes à prendre au niveau interne pour atteindre de meilleurs résultats en 2016, et cela, sans plus continuer à vous soustraire derrière les réformes et autres mesures structurelles attendues du Gouvernement ».

Mauvaise météo internationale

La loi de Finances pour l’exercice fiscal 2016 assigne à la DGDA un objectif des recettes de l’ordre de 2.579 milliards 943 millions 278 mille 582 Francs congolais à mobiliser. Le ministre des Finances se dit « conscient de l’environnement international actuel peu favorable, marqué par la baisse des cours des matières premières sur le marché mondial et le ralentissement général des activités économiques, particulièrement celles du secteur minier, qui constituent le gros des exportations de notre pays; facteurs qui ont un impact certain sur l’activité douanière ».

Mais, selon sa coutume, M. Yav lancera : « n’est- ce pas en des moments aussi difficiles que l’Etat devrait attendre de chacune et de chacun de vous un regain de professionnalisme et de conscience dans l’exercice de vos fonctions afin que vos efforts internes puissent compenser le manque à gagner causé par la conjoncture ? », ajoutant que « c’est maintenant, plus que jamais, le moment de montrer les résultats de l’effort des services ».

Le souci du ministre étant de garder tous à l’esprit, comme l’a si bien annoncé dernièrement le Président de la République Joseph Kabila que l’année 2016 sera ‘’une année de multiples défis’’. « Aux exigences du développement du pays, en général, et de l’amélioration des conditions de vie de la population, en particulier, auxquelles le Gouvernement doit faire face, 2016 comporte des enjeux majeurs,
notamment ceux relatifs
à l’organisation des élections et à la consolidation de
nouvelles provinces issues du processus de décentralisation
 », a-t-il cité.

Pour faire face à ces défis complexes, l’Etat aura encore besoin davantage
de moyens financiers que les services mobilisateurs des recettes, dont la
DGDA, sont appelés à lui procurer.

Engagés malgré vents et marrées

Dans la chute de son discours inaugural, le ministre a insisté que le Gouvernement attend de la DGDA un engagement citoyen pour accroître les recettes douanières. A l’en croire, cet engagement passe, on ne le répétera jamais assez, par la lutte contre la fraude et la corruption qui continuent à plomber la mobilisation des recettes. « A chacune et à chacun de vous de conformer désormais son comportement et ses actes à cette exigence morale et professionnelle », avait-il conclu, renvoyant les Directeurs chargés d’une noble mission de mobilisation accrue des recettes. N

Emmanuel Badibanga

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse